L'Ile de France, La Seine-Saint-Denis, Stains

Julien Mugerin : « Pour Stains, je serai sur la liste de Valérie Pécresse »

Les élections régionales auront lieu les 6 et 13 décembre prochains.La gauche régionale a abandonné la question des transports routiers et se moque des usagers des transports publics. On nous doit tellement plus !
Pour l’Ile de France et pour Stains ces élections sont une opportunité de choisir l’alternance, pour arrêter les gaspillages, les augmentations d’impôts, les copinages.
Cette alternance, c’est Valérie Pécresse qui l’incarne et j’aurai la chance de l’accompagner en figurant sur sa liste de Seine-Saint-Denis.
Au cours de cette campagne nous proposerons de favoriser la mixité sociale, la vraie, en arrêtant de financer le logement très social dans les communes où le taux dépasse les 30%.
Par ailleurs nous nous engageons à mieux gérer votre argent, à un plan d’urgence pour les transports, à plus de sécurité dans les transports.
Je tiens à féliciter Valérie Pécresse d’avoir choisi la banlieue pour installer le futur siège de la Région. Des économies pour l’Ile de France et de la reconnaissance pour les banlieusards !
Enfin, j’ai choisi Valérie parce qu’elle est venue soutenir l’équipe Stains pour tous durant les élections municipales et elle a vu combien notre ville aurait besoin de la région pour contrebalancer l’échec pluriel d’une gauche toujours unie pour le pire. Pour Stains, je serai donc sur la liste de Valérie Pécresse.
Les 6 et 13 décembre prochains votez et faites votez Valérie Pécresse.
Julien Mugerin
Président de Stains pour tous
Conseiller municipal de Stains
Conseiller communautaire de Plaine Commune 

   

Publicités
L'Ile de France, Stains

Lancement des Nouveaux visages de l’Ile de France

L’association Nouveaux visages de l’Ile de France est présidée par Vincent Jeanbrun, Maire de L’Haye les roses et parrainée par Valérie Pécresse, Cheffe de file de l’opposition à la région.

Elle a pour but de préparer la relève en Ile de France avec les jeunes élus issus des élections municipales de 2014.

L'Ile de France

Logement : les dissimulations du PS d’Ile de France

Communiqué de Valerie Pecresse

Logements de la région Ile-de-France : les révélations de Michèle Sabban illustrent les dissimulations dénoncées par les élus de l’opposition et démontrent que la gauche a tout fait pour que la mission d’information soit une mascarade

Les révélations de Madame Michèle Sabban sur les conditions d’obtention de son logement social – qui font suite à la lettre de Pierre-Yves Bournazel demandant à Jean-Paul Huchon de fournir la preuve que la vice-présidente n’occupait pas un logement issu du quota réservataire de la région – décrédibilisent totalement les conclusions de la mission d’information.

Elles démontrent qu’il y a eu une dissimulation manifeste et volontaire d’informations essentielles pour lever l’opacité sur l’attribution des logements régionaux aux élus et à leur famille.

Les élus du groupe Mouvement Populaire rappellent que l’attribution des logements issus du quota réservataire de la région passe normalement par une commission d’attribution dans laquelle siègent, outre la vice présidente en charge de l’administration (NDLR : Mme Sabban), les vice-présidents en charge des lycées et du logement ainsi que plusieurs directeurs de la région.

Dans ces conditions, il est peu probable que l’exécutif régional – contrairement à ce qu’il affirme – n’ait pas eu connaissance avant hier des conditions dans lesquelles Mme Sabban avait obtenu son logement.

A l’évidence, la démission de Mme Sabban de sa vice-présidence doit être le déclencheur pour la transparence et non son achèvement. Cet épisode jette en effet un trouble sur le mode de fonctionnement de la région. Il est désormais urgent que la majorité régionale s’engage à donner suite aux demandes de transparence formulées par le groupe Mouvement Populaire et qui sont restées à ce jour sans réponse.

Valérie Pécresse renouvelle donc sa demande pour que tous les élus de la majorité de gauche déclarent s’ils occupent ou non un logement social (comme l’a fait l’ensemble des élus du groupe Mouvement Populaire). Elle demande également à ce que les membres de la mission aient communication de la liste précise des logements de fonction et des logements sociaux et non conventionnés dépendant de la région avec, pour chacun d’entre eux, l’adresse, la superficie, le loyer et l’identité et la qualité de leurs occupants.

La communication de ces données, explicitement autorisée par la CNIL, est en effet le seul moyen de s’assurer que d’autres élus n’y habitent pas.

Après les révélations de Mme Michèle Sabban, la dissimulation n’est plus tenable. Jean-Paul Huchon doit assumer toutes ses responsabilités et rendre des comptes aux Franciliens durement frappés par la crise du logement.

Valérie Pécresse demande donc à Jean-Paul Huchon de relancer sans délai les travaux de la mission d’information et d’évaluation et de lui donner les moyens de travailler afin que toute la transparence puisse enfin être faite sur les logements de la région Ile-de-France.

20140703-105238-39158536.jpg

La Seine-Saint-Denis, Stains

Retour sur la fête départementale de l’UMP

Les sympathisants UMP de l’équipe Stains pour tous, ont participé à la fête départementale de l’UMP en présence de nombreux élus du 93 et de Valérie Pécresse.

L’occasion pour les membres du mouvement stanois de profiter d’un moment convivial en bord de pelouse.

Un dernier temps de rassemblement avant la période de vacances estivales.

Bizarrement, ce fut également l’occasion de voir ceux qui avaient quitté le partie avec pertes et fracas, construisant notre défaite aux élections municipales sur des motifs personnels et égocentriques, de revenir à la soupe, la queue entre les jambes.

Merci à Philippe Dallier et Bruno Beschizza respectivement Président et Secrétaire départementaux par intérim ainsi qu’à Thierry Meignen, Maire du Blanc-Mesnil qui nous accueillait d’avoir organisé cette journée sympathique et mémorable.

20140703-112258-40978645.jpg

20140703-112256-40976910.jpg

L'Ile de France

Ces « drôles » de subventions attribuées par la région

EXTRAIT DU PARISIEN DU 20 JUIN 2014
BERTRAND SCHNEIDER

L’ARGENT, nerf de la guerre, c’est encore plus vrai dans la dernière ligne droite du mandat de Jean-Paul Huchon (PS) à la tête du conseil régional. Alors que l’instance votait hier une procédure de simplification des versements de subventions de moins de 50 000 € en contrepartie d’un renforcement des contrôles, Valérie Pécresse (UMP) a une nouvelle fois dénoncé la « gabegie  qui sévit de manière permanente » au sein de la collectivité.
Celle qui se verrait bien dans le fauteuil de Jean-Paul Huchon en décembre 2015 — date de l’élection — brocarde des subventions « destinées à financer des projets ubuesques » : 12 000 € pour construire d’une yourte de 10 m de diamètre et mettre à dispostion des vélos bricolés en triporteurs, 18 000 € pour « provoquer la parole des habitants et la sublimer artistiquement », 12 000 € pour promouvoir la pratique des jeux de société, 12 578 € pour réaliser un herbier à Sao Paulo (Brésil), 2 500 € pour la réinsertion des détenus via des ateliers de percussions africaines, 10 000 € pour « rappeler aux autorités et à l’opinion publique chilienne l’engagement du conseil régional au Chili », 129 726 € pour un centre d’animation culturelle au Mali, etc.
536 M€ versés en 2013

« Face à cette utilisation inacceptable de l’argent des Franciliens, nous demandons que cesse ce gaspillage. Nous proposons que ces crédits soient redéployés vers l’apprentissage, priorité pour notre jeunesse », conclut la chef de fil de l’opposition.
Réponse cinglante des troupes de Jean-Paul Huchon : en 2013, le conseil régional a versé 536 M€, une somme stable depuis le début du mandat. Sous-entendu, la liste à la Prévert de Valérie Pécresse ne représenterait qu’une goutte d’eau. Sur cette somme, 147 M€ sont consacrés aux centres de formation des apprentis (CFA) et 61 M€ aux lycées privés.
Par ailleurs, la région, via un communiqué officiel, « revendique totalement le fait de subventionner des associations comme la Croix Rouge, le Secours catholique, ou les nombreuses associations de quartier, pourvoyeuses d’emplois et de lien social ».
Mais quid des « subventions farfelues » comme aime à les surnommer la droite ? « Pour l’herbier de Sao Paulo, par exemple, se justifie la majorité régionale, c’est un projet de coopération scientifique piloté par le Muséum national d’histoire naturelle. Contrairement au dire de Madame Pécresse, ces projets ont toutes leur pertinence en matière de rayonnement, d’attractivité et de solidarité internationale pour l’Ile-de-France. »
Bertrand Schneider