La Seine-Saint-Denis, Stains

Stains, ville sous perfusion porte plainte contre l’Etat

Il y a quelques jours, le Maire de STAINS entouré d’une poignée de maires de Seine-Saint-Denis annonçait dans une conférence de presse porter plainte contre l’Etat pour abandon. Mais Stains est-elle vraiment abandonnée ?

Le constat d’un recul de l’Etat dans notre beau département est désormais partagé par tous : même le Premier ministre reconnaissait cette inégalité devant les parlementaires qu’il recevait à déjeuner en septembre dernier. Justice, scolarité, sécurité, etc dans de domaines, alors que le besoin est plus fort chez nous qu’ailleurs l’investissement financier est moindre. Il faut désormais aller au-delà du constat et exiger des actes, c’est vrai.

Cette réalité est avérée à Stains comme dans toute la Seine-Saint-Denis. Mais Stains est loin d’être la plus à plaindre…

Il y a tout d’abord la rénovation urbaine : depuis 20 ans l’Etat a accru son intervention dans nos quartiers populaires, particulièrement sous Chirac et Sarkozy, avec 4 quartiers rénovés (Clos St Lazare, Moulin neuf, Maroc et Cité Jardin) et bientôt la Prêtresse. Cette rénovation urbaine a été rendue possible à coup de millions par l’Etat.

Il y a ensuite les nombreux projets et associations soutenus par l’Etat au titre de la politique de la ville.

D’autre part, comme vous pourrez le voir dans cet article du Parisien, Stains est l’une des villes les plus accompagnées du département : avec 635€ par habitant en 2018, nous sommes la 2e ville où la dotation globale de fonctionnement est la plus forte après Clichy sous bois. Cette dotation est une somme donnée par l’Etat à la mairie pour qu’elle puisse fonctionner. A cela s’ajoutent de nombreuses autres dotations, toutes calculées en fonction du nombre d’habitants mais surtout de la fragilité sociale des populations et des recettes de la ville.

Techniquement, la Municipalité a tout intérêt à ce que la ville soit pauvre économiquement et socialement, ce qui lui assure des rentrées d’argent importantes dans les caisses.

Cet intérêt est aussi sur le plan personnel : les indemnités des élus sont majorées dans les communes attributaires de la dotation de solidarité urbaine et de cohésion sociale.

Le but de cet article n’est pas de nier les manquements de l’Etat qui sont réels mais de rappeler qu’Azzedine Taibi se garde bien de dire dans ses conférences de presse qu’il est à la tête d’une ville sous perfusion de l’Etat.

Une fois encore toute la vérité n’est pas dite. Bien des problématiques rencontrées par les habitants peuvent être traitées à l’échelle locale. Pour Azzedine Taïbi c’est tellement facile de rejeter toute la faute sur quelqu’un d’autre, surtout quand il s’agit de l’Etat. Malgré une succession de mauvais choix bien choisis sur la mixité sociale, l’économie ou encore la sécurité cela lui donne l’air d’agir : voilà tout ce qui compte pour lui.

A la lecture de ces informations, vous pourrez juger en toute connaissance de cause.

Publicités
Stains

Fadwa Barghouti ne sera pas citoyenne d’honneur de Stains

Nouvelle victoire pour l’opposition :  le vœux voté en Conseil municipal faisant de Fadwa Barghouti est annulé par le Tribunal administratif.

Une nouvelle fois, j’ai du présenter à la Justice cette décision totalement illégale. En effet, le Maire ne doit prendre des décisions ne concernant que l’intérêt de la commune dans laquelle il a été élu.

Une fois encore, il ne s’agit pas ici de dénoncer l’engagement politique en faveur de la Palestine qui est un droit absolu et que beaucoup de gens partagent. Mais la morale de l’histoire c’est que le combat d’Azzedine Taïbi lui-même ne doit pas être celui du Maire de Stains. Cet engagement est personnel et il ne peut pas y engager tous les Stanois.

Le Maire fait preuve d’un entêtement qui revient cher aux habitants : un énième procès pour le faire abandonner, ce sont autant de frais d’avocat payés par la commune.

Lisez ci-dessous le jugement du Tribunal administratif :

Jugement Fadwa Barghouti

Stains

Tribune au 7 jours à Stains : octobre 2018

Majorité silencieuse : des réunions de quartier pour vous écouter

Nouvelle médiathèque, tramway T11, quelques rues et marché refaits, rénovations des quartiers Cité jardin, Clos St Lazare, Maroc et bientôt, la Prêtresse : oui Stains évolue. Ces avancées seraient impossibles sans la solidarité de l’Etat providence, généreux avec les villes en difficulté, de la Région Ile-de-France et de Plaine commune qui se rappelle parfois qu’il ne faut pas donner uniquement aux grosses villes Saint-Denis, La Courneuve et Aubervilliers.

Malgré ces avancées, le malaise reste profond chez les Stanois, qui ressentent une mauvaise qualité de vie : les rues sont sales, des groupes perturbent le quotidien des gens biens dans les halls, sous leurs fenêtres, les manipulations politiques sont fortes, on cache, on ment, on copine. De belles initiatives ou des parcours font renaître la fierté d’être Stanois, mais cela reste un combat difficile. Trop souvent j’entends, « je veux partir de Stains » de la part d’habitants, souvent de longue date, ou d’agents de la Ville. Quand je demande à certains proches de la Municipalité, pourquoi ils ne vivent pas à Stains, je les entends me répondre « parce que j’ai des enfants ». Des mots qui me font mal parce que j’aime cette ville et ses habitants.

Dans ses longs discours sur le Stains qui va mieux, le Maire est sourd à cette majorité silencieuse qui soit, a déjà commandé le camion de déménagement, soit se tait par dépit. J’en veux pour preuve les 60 % d’abstention lors des dernières élections municipales.

Stains pour tous veut donner une voix à cette majorité silencieuse. Nous vous proposons des rencontres dans vos quartiers au cours desquelles il y aura un échange libre. Vous pourrez dire ce qu’il en est aux élus de l’opposition municipale et nous allons agir : soit immédiatement comme nous le faisons depuis 2014, soit en écrivant les premières lignes d’un programme que nous défendrons en 2020.

Voici les 2 premières dates :

  • quartiers GUIGNETIERES et PAROUZETS : vendredi 19 octobre à 19h30 au café Le Bonheur (13 rue Aristide Briand)
  • quartier AVENIR : vendredi 26 octobre à 19h30 à la brasserie La Cascade (51 rue Jean Jaurès).

Je vous attends nombreux.

Contactez-nous sur les réseaux sociaux, www.julienmugerin.fr ou au 07 85 55 88 96.

 

Julien Mugerin

Stains

Du rififi dans l’équipe municipale de Stains

délégations

Cette semaine, vous avez découvert la nouvelle répartition des délégations au sein de l’équipe d’Azzedine Taibi.

Après la démission surprise du Premier adjoint au Maire « pour raisons personnelles » qui ne convainquent personnes, après la tribune tonitruante de Francis Morin, l’adjoint à la sécurité, qui nous disait en gros qu’il n’avait pas les moyens d’agir, cette présentation en grande pompe laisse entrevoir des fissures dans l’élan populaire :

– La sécurité disparait des délégations données à l’équipe.

– En pleine mise en place du PLUI, aucun élu n’obtient de délégation à l’urbanisme.

– Les délégations majeures (financièrement parlant) sont confiées à des élus du groupe communiste. Les socialistes et verts se voient confier les missions d’ordre symbolique.

Mais surtout, voyez la liste des sujets de prédilection que le Maire s’accorde. Vous y retrouverez la sécurité et l’urbanisme !! À croire qu’il n’ait eu suffisamment confiance en personne… Même pas en Matthieu Defrel, le tout frais premier adjoint qui brille surtout par son arrogance, ni Favella Himeur, nouvelle 5e adjointe dont le principal talent est de répéter les outils de langage appris par cœur à la section PC et au bureau politique municipal.

Sans compter les membres du PS qui ne se cachent même plus désormais pour exprimer leurs doutes sur les manœuvres politiques du Maire.

En résumé, cette situation politique ne nous regarde pas vraiment car la gestion de notre ville ne peut de toutes façons pas être encore pire qu’elle ne l’était déjà mais elle montre les signes de faiblesse dans la majorité.

Face à cela l’équipe Stains pour tous continue à se solidifier et à se préparer pour l’avenir.