Stains

Mon interview par le Bondyblog

Vous trouverez l’article complet à l’adresse suivante : http://www.bondyblog.fr/201402100001/julien-mugerin-veut-des-champs-elysees-a-stains/

Julien Mugerin veut des champs-élysées à Stains.

Sous l’étiquette UMP, Julien Mugerin brigue la mairie de Stains, bastion communiste depuis près de vingt ans. Un défi politique que ce poulain de 28 ans ne voit pas comme inatteignable. Rencontre.

Publicités
Uncategorized

New York retrouve son superflic

Extrait du journal LE PARISIEN du 19 janvier 2014

Mâchoires carrées, regard bleu acier, sans état d’âme face au crime… William Bratton est une légende de la police américaine. Il rempile à la tête du mythique NYPD, dix-huit ans après l’avoir quitté.

Devant les caméras le jour de sa nomination, William J. Bratton brandit un livre à la couverture jaune usée : « Votre police ». Le même qu’il empruntait par hasard, à 9 ans, à la bibliothèque de Boston et que son père postier et sa mère, femme au foyer, le verront lire pendant des heures, à s’en user les yeux. Un déclic. A 66 ans, le regard perçant, un profil d’aigle, il pétille de la même impatience d’enfant pressé de se colleter au crime.
Bratton ouvre le livre : « Nous devons toujours nous rappeler, chaque fois que nous voyons un policier, qu’il est notre ami. » Ces mots qui ont forgé sa vocation seront, à New York, son nouveau leitmotiv. « Dans cette ville, je veux que chaque New-Yorkais puisse dire : ma police ». Depuis son retour, début janvier, le ton, plus enclin au dialogue, a bien changé par rapport à 1994, quand le nouveau chef du NYPD (le département de la police de New York) martelait d’un ton guerrier : « Nous allons nous battre pour chaque maison, pour chaque rue… Et nous allons gagner. »
Adepte de la tolérance zéro

A l’époque, la ville rongée par le crime et par la corruption comptait près de 2 000 meurtres par an. Arrivé de Boston, après un début de carrière fulgurant, adepte de la tolérance zéro, Bratton révolutionne les méthodes de la police new-yorkaise en s’appuyant sur un outil conçu par un obscur policier rencontré à l’autorité des transports. JackMaple, pour éradiquer les vols dans le métro, avait eu l’idée de les recenser sur d’immenses cartes recouvrant les murs de son bureau. Avec lui, Bratton met au point un système de cartographie en temps réel du crime, baptisé CompStat, grâce auquel la police enregistre aujourd’hui encore d’extraordinaires résultats. En à peine deux ans, la criminalité est réduite d’un tiers et le nombre de meurtres divisé par deux. Le monde entier encense le superflic de New York, au point que le maire, Rudolph Giuliani, en prend ombrage et le force à démissionner en 1996. Mais Bratton, qui savoure son exposition médiatique, sait capitaliser sur sa réputation. Pendant des années, les entreprises de sécurité s’offrent ses services et les municipalités du pays se bousculent aux portes de sa société de conseil. En 2002, il prend la tête de la police de Los Angeles, le LAPD dont le prestige a été sali par le tabassage de Rodney King et les émeutes de 1992. « Supercop » Bratton relève, là encore, le gant : il restaure les relations avec les différentes communautés et amorce une baisse historique de la criminalité. David Cameron pensera même à lui, en 2011, pour diriger la police de Londres… Après une telle carrière, Bratton a-til encore des défis à relever ? Pour revenir, il a dû quitter ses fonctions lucratives aux conseils d’administration de plusieurs entreprises. Le taux de criminalité à New York (35 000 policiers, 332 meurtres l’an dernier) est à son plus bas niveau historique, mais la police souffre d’un déficit d’image… Le superflic au coeur d’artichaut (il a été marié quatre fois), habitué des plateaux de télévision qu’il adore et même du cinéma (il est apparu en 2002 dans le film « Influences » avec Al Pacino), devra incarner au quotidien son rôle de légende… Un rôle qui ne tolère pas de faux pas.

Stains

Réception au commissariat de Stains

20140115-124115.jpg

A la réception des partenaires de la sécurité publique au commissariat de Stains (2ème de France pour les atteintes aux personnes).

Comme à son habitude, le Maire de Stains ne fait preuve d’aucune conviction pour la sécurité des habitants. Même Michel Fourcade, maire socialiste de Pierrefitte semble s’y intéresser davantage.

Voilà ce qui fera la différence lors des élections : pour les communistes veulent un Maire irresponsable en matière de sécurité, je crois que le Maire peut et doit agir.

J’en profite pour saluer l’arrivée d’une jeune commissaire sur cette circonscription difficile.

Stains, Uncategorized

Il vole la recette du Franprix de Stains et tente de s’envoler pour la Tunisie

Article de mytf1news

Un employé de Franprix arrêté à Roissy avec la recette de sa supérette

Hier 18:52 – Il a été arrêté à Roissy avec près de 20 000 euros en sa possession. La recette du Franprix où il travaillait et qu’il avait probablement volée.

Il allait s’envoler pour la Tunisie. Le salarié d’une supérette de Seine-Saint-Denis a été arrêté mardi à l’aéroport de Roissy avec dans ses bagages la recette du week-end qu’il venait probablement de dérober.
Ce salarié d’un Franprix de Stains, soupçonné d’être parti avec 26.000 euros qui avaient pourtant été enfermés dans un coffre pour être remis ultérieurement à des convoyeurs de fonds, a pu être signalé « dans une salle d’embarquement de Roissy où il attendait un vol pour la Tunisie », a rapporté une source judiciaire. Trahi par son téléphone portable
Les policiers, prévenus du vol par un responsable du supermarché vers 9h30, ont rapidement découvert qu’il avait donné une fausse adresse. C’est en pistant son téléphone portable qu’ils l’ont retrouvé, et interpellé dans l’aéroport, « à 11h30 alors que son vol était prévu à midi », a-t-on dit à la préfecture de Seine-Saint-Denis.
Seulement une partie de la somme, soit près de 19.000 euros, a été retrouvée sur lui, a-t-on précisé de même source.

Saint-Denis

Mes voeux aux Dionysiens pour l’année 2013

Bonne-annee-2013-costa-rica-300x245Chers Dionysiens, chers amis,

Je vous présente mes meilleurs vœux pour cette année 2013.

Que cette année soit pour vous et pour ceux que vous aimez pleine de bonheur, de joie, d’amitié et d’amour.

En ces moments difficiles que traverse notre pays  je souhaite que l’emploi soit au rendez-vous pour le plus grand nombre d’entre nous.

Cette année sera, une année pré-électorale. Les gesticulations des uns et des autres ne devront pas vous le faire oublier.

Les campagnes de communication de la Ville sur la sécurité, la propreté qui ne reposent sur rien ne doivent pas vous faire oublier l’inaction  de la majorité dans ces 2 domaines durant plusieurs décennies laissant un bilan calamiteux.

Les manipulations des PS locaux (puisqu’il y en a plusieurs) ne devront pas vous faire oublier qu’ils sont frères ennemis avec la municipalité communiste qui nous gouverne. Rappelez vous toujours que leurs rapprochements ou leurs guéguerres se font toujours dans leur intérêt et à votre détriment.

Cette année ouvrez les yeux et aidez vous de votre mémoire!!

Vous me trouverez à vos côtés, avec mes amis de l’UMP et plus largement encore, tout au long de cette année pour poursuivre le combat, pour l’emploi, pour la sécurité, pour un avenir pour nos jeunes, pour un commerce de qualité, pour la propreté, pour l’équité, pour l’exemplarité, pour l’excellence, bref, pour être fiers de Saint-Denis.

Cette année nous allons poursuivre la construction d’une opposition forte, qui portera vos couleurs lors des élections municipales de 2014. Nous ne lâcherons rien de ce qu’on est en droit d’exiger d’une ville telle que Saint-Denis.

J’aurai l’occasion de vous rencontrer en cette nouvelle année à l’occasion de la cérémonie des Voeux du Maire ce 11 janvier en Mairie.

Encore une fois, je vous souhaite une très bonne année 2013.