Stains

Une opposition qui dérange

 « On vous a vus venir manger des petits fours aux vœux aux forces de sécurité de Stains ». Voilà la petite attaque qui a choqué les membres du conseil municipal réunis en séance le 30 septembre dernier.

C’était une petite pique mesquine qui me fut destinée par un Maire énervé que l’opposition soit venue à la rencontre de nos forces de sécurité. J’y ai eu un échange très riche avec le Commissaire de police de Stains, sur les réalités de notre ville et les outils à notre disposition pour lutter contre les trafics et la violence.

Un très long échange qui a semblé déranger Azzedine Taïbi que nous savons tous trèèèèès actif et si efficace pour la sécurité des Stanois.

Publicités
L'Ile de France, Stains

Solidarité avec le lycée Maurice Utrillo de Stains

L’image contient peut-être : arbre et plein air

Depuis hier, le lycée Maurice Utrillo de Stains est au centre de toutes les attentions, notamment médiatiques et politiques. On doit ce tout nouvel intérêt à l’alerte ultime lancée par les enseignants et parents qui n’en peuvent plus de voir la situation s’aggraver et les agressions dont la visibilité et la violence sont plus fortes que jamais. Je tiens tout d’abord à les féliciter pour leur mobilisation et leur témoigner de ma solidarité. J’invite d’ailleurs tous ceux qui le peuvent à les rejoindre dimanche 8 avril à 10h pour une manifestation contre ces actes qui posent de nouvelles entraves à la réussite de nos jeunes.

 Lorsque l’on est de Stains et que l’on parle avec nos jeunes, on sait que ce n’est pas nouveau. Il y a quelques années, lors d’un conseil municipal, j’avais même évoqué le fait que certains élèves venaient armés en cours, non pas pour attaquer mais pour pouvoir se défendre en cas de besoin, parce qu’ils avaient été témoins de scènes devant ce lycée. A l’époque, l’équipe d’Azzédine Taïbi, le Maire de Stains, avait crié au scandale parce qu’elle ne connaissait pas cette réalité… ou bien parce qu’il ne fallait pas en parler. L’opposition municipale Stains pour tous réclame toujours des moyens supplémentaires pour une police municipale tandis que la majorité a décidé de réduire le budget en terme de personnel et de ne pas investir dans le domaine. Choquant !

 En tant qu’administrateur du lycée pour le compte de la région Ile-de-France, je rappelle l’engagement fort de Valérie Pécresse pour une sécurisation des établissements. A Maurice Utrillo il s’est illustré par une amélioration du système de fermeture et d’interphonie évoqué en 2016 sur mon blog. La sécurité est aussi assurée par le système de vidéosurveillance des abords, visionné en direct par un agent et dont les bandes vidéo sont tenues à disposition des forces de police.

 Mais il faut être conscient que le problème vient en bonne partie de l’extérieur. A l’instar de la présidente de Région, j’en appelle au ministère de l’Intérieur et au rectorat pour qu’ils prennent leurs responsabilités. La Région a compétence sur le patrimoine bâti, pas en matière d’éducation, ni dans le domaine régalien.

 Enfin, je demande aux maires de Pierrefitte et de Stains de se saisir sérieusement de la question de la violence de nos jeunes, des trafics dans les quartiers et encore plus de la parentalité. Nos quartiers ne sont pas des territoires que l’on se départage, ils appartiennent à tous : c’est pour cette raison que la seule loi qui doit s’y appliquer est la Loi de la République. Il faut également encourager certains parents à prendre en main sur l’éducation de leurs enfants tant qu’il est encore temps et cela malgré les difficultés de la vie, les logements trop petits, les heures de boulot à rallonge, etc… Comme le disait un vieux RAP des années 90, « laisse pas trainer ton fils » !

 

Stains

Pourquoi Stains n’aura pas sa Police de sécurité du quotidien

182963_189761611056705_100000686032375_522808_6437797_n
Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois a obtenu une police de sécurité du quotidien

Le Ministre de l’Intérieur a annoncé hier la sélection de 30 quartiers ciblés par ce nouveau dispositif ayant pour ambition la « reconquête républicaine » de territoires considérés comme difficiles. Après les Zones de Sécurité Prioritaire (ZSP) des socialistes, c’est maintenant la Police de sécurité du quotidien macroniens qui échappe à la Ville de Stains.

La réaction la plus évidente serait de considérer ce refus comme un abandon de Stains par l’Etat, alors que le sentiment d’insécurité grandit chez les habitants, que les faits délictueux se maintiennent et deviennent de plus en plus difficiles à vivre. Ce constat est entièrement fondé : il aurait été bon que le Président Macron se rende compte du recul de la République sur notre territoire et choisisse l’un des quartiers de notre ville pour ce nouveau dispositif.

Dans le même temps il faut pousser un peu plus loin l’interrogation et analyser le type de commune retenu, plus particulièrement les 2 plus proches de nous : Garges-lès-Gonesse et Aulnay-sous-Bois. 2 communes dont les maires ont mis en place une police municipale, 79 agents pour Aulnay, une garde montée à cheval pour Garges, un véritable maillage de caméras de vidéoprotection pour les 2, etc… Les élus de Stains ont-ils fait ce qu’il fallait pour attirer les projecteurs sur la ville en termes de sécurité, ou bien ont-ils préféré les étouffer, les cacher pour faire croire que tout allait pour le mieux ? Notre maire est-il réellement la bonne personne pour défendre les intérêts des Stanois ou peut-on penser que sa méthode, ses discours fonctionnent comme un épouvantail ? A-t-il tissé les bons réseaux ou s’est-il davantage isolé même de ses amis politiques naturels de gauche ?

Mais surtout, les gouvernements ne se sentent pas trop seul à agir en matière de sécurité lorsque le Maire de Stains refuse toute action en la matière renvoyant à la responsabilité de l’Etat ? Le Gouvernement ne voudrait-il pas plutôt encourager les villes qui montrent une véritable volonté d’en finir avec la violence et l’insécurité ?

Pour Stains pour tous, même si elle est regrettable, cette décision renforce encore un peu plus notre volonté d’agir concrètement pour la sécurité des habitants en appliquant chez nous les solutions qui fonctionnent ailleurs, en affirmant notre intransigeance quant au respect des Loi de la République, terreau fertile du bien vivre ensemble. En conclusion, en matière de sécurité comme sur d’autres sujets, aide toi et le ciel t’aidera.

Stains

Tribune au 7 jours à Stains : janvier 2018

Bonne année 2018 à tous !

Après une année 2017 où les cartes ont été rebattues au niveau national, où les combats locaux ont été âpres et les vérités difficiles plus nécessaires à dire que jamais, une nouvelle année commence.

J’aimerais pouvoir vous dire qu’elle sera belle pour Stains mais ce ne sera pas le cas. La Majorité tentera encore de s’attribuer ce qu’elle n’aura pas fait ou détournera votre attention pendant qu’elle vous emmènera droit dans le mur. Les finances communales seront toujours dans le rouge, les petites manipulations et les grands mensonges pour gagner de l’électorat se multiplieront. Votre cadre de vie se dégradera, les incivilités seront condamnées du bout des lèvres.

Malgré la difficulté pour l’opposition d’avoir accès aux informations et les muselages répétés, j’entends continuer l’action entreprise avec l’équipe Stains pour tous avec les mêmes exigences : travailler, rassembler et rester à vos côtés.

A travers ces lignes, que ceux qui œuvrent pour notre commune soient remerciés. Les forces de l’ordre et les militaires qui agissent au quotidien pour notre sécurité, les Sapeurs-pompiers qui répondent toujours à nos appels, les enseignants, les agents municipaux et territoriaux qui sont les premiers visages du service public, les responsables associatifs qui tissent le lien social… et tant d’autres personnes qui travaillent à bâtir le vivre ensemble.

Comme beaucoup j’ai une pensée émue pour les policiers de Stains qui ont sauvé 3 enfants des flammes au péril de leur vie à la cité jardin. Je veux leur dire que le caillassage imbécile dont ils ont fait les frais juste après ne représente pas Stains qui les remercie de leur acte héroïque. Pour rectifier cette injure et leur rendre hommage, je demande la levée d’une banderole remerciant police, pompiers et militaires pour ce qu’ils font pour la sécurité des Français.

Enfin, je voudrais vous présenter mes meilleurs vœux. Que 2018 vous apporte joie et bien-être ; que vous la traversiez en bonne santé, avec de grands moments de bonheur, sans difficultés personnelles, familiales ou professionnelles.

INVITATION : Galette républicaine, samedi 20 janvier 15h à la Maison des Associations. Venez nombreux, présence d’élus départementaux.

Contact sur les réseaux sociaux, www.julienmugerin.fr ou au 07 85 55 88 96.

Julien MUGERIN

Saint-Denis, Stains

Un motard, gardien de la paix à Stains, est mort fauché à Saint-Denis

EXTRAIT DU PARISIEN SEINE-SAINT-DENIS
Il abandonne sa voiture après la collision mortelle
Saint-denis. Un motard âgé de 28 ans, gardien de la paix à Stains, est mort fauché par une Audi. Le chauffard a pris la fuite, sa voiture a été retrouvée cité Allende.

CAROLE STERLÉ

Saint-Denis, hier. A gauche, l’Audi accidentée. Il s’agirait d’un véhicule de location appartenant à une société basée dans le XVIe arrondissement. A droite, la Ducati du policier. Il était affecté au commissariat de Stains depuis moins de deux mois.
VIVE ÉMOTION HIER MIDI à Stains et à Saint-Denis, en marge d’une dramatique collision qui a coûté la vie à un motard de 28 ans. Il était policier à Stains. Le chauffard est activement recherché par la police judiciaire de Seine-Saint-Denis.
« J’ai entendu un énorme boom, j’ai pensé qu’un camion trop haut avait encore heurté le haut du tunnel, comme c’est souvent le cas », rapporte un commerçant de l’Avenue du Colonel-Fabien à Saint-Denis. Il se trouvait à quelques dizaines de mètres de l’accident lorsqu’il a vu des gens courir et compris, en s’approchant lui aussi, que ce n’était pas un camion, mais un motard très grièvement blessé. « Il était au sol, près de la moto, j’ai vu du sang, son casque était plus loin », poursuit le riverain tandis que la Ducati rouge accidentée était hissée sur une dépanneuse. On est ici sur la RN 214, une deux-voies. Une mince séparation de béton se dresse entre les deux voies. Celle de gauche permet d’éviter la place du Général-Leclerc en passant dans le tunnel souterrain, pour rejoindre l’avenue de Stalingrad en direction de Stains.
Dans les premières minutes, l’hypothèse d’un accident délibéré, où le motard aurait été volontairement fauché n’a pas été écartée. Peut-être du fait de déclarations floues laissant penser que la voiture avait manœuvré plusieurs fois avant de quitter les lieux. « C’est un tragique accident de la route, mais il ne faut pas imaginer des choses qui n’ont pas lieu d’être », recadre une source policière. Rien n’indiquait en outre que le motard était fonctionnaire de police. Il était en civil, au volant d’une moto sportive. C’était un tout jeune policier, puisqu’il était gardien de la paix stagiaire, affecté au commissariat de Stains depuis moins de deux mois. L’annonce de ce décès a profondément choqué au commissariat, où un soutien psychologique a été proposé.
Autre hypothèse, plus plausible : l’un des véhicules se serait rabattu sur la voie de gauche sans voir que l’autre arrivait, provoquant ainsi la collision. « Des gens disent que c’est la moto qui s’est rabattue », rapportent des habitants de Saint-Denis, qui ne sont pas des témoins directs de l’accident. La voiture a tout aussi bien pu se rabattre sur la gauche comme en témoigne son aile gauche enfoncée.
Pour s’en convaincre, il suffit d’aller un peu plus loin, cité Allende. Des policiers sont à pied d’œuvre sur le parking à l’arrière du Franprix de l’avenue de Stalingrad, et sous l’œil curieux des habitants. On est à un petit kilomètre de l’accident. L’Audi y a été minutieusement garée en marche arrière. Un homme en est descendu côté passager, sans se presser, comme en témoigne une vidéo qui circulait hier dans le quartier.
Il s’agirait d’une voiture de location appartenant à une société basée dans le XVI e arrondissement.
Un homicide involontaire, aggravé par la violation d’une obligation de prudence, suivi d’un délit de fuite est passible de dix années d’emprisonnement.
Carole Sterlé

Stains

Réception au commissariat de Stains

20140115-124115.jpg

A la réception des partenaires de la sécurité publique au commissariat de Stains (2ème de France pour les atteintes aux personnes).

Comme à son habitude, le Maire de Stains ne fait preuve d’aucune conviction pour la sécurité des habitants. Même Michel Fourcade, maire socialiste de Pierrefitte semble s’y intéresser davantage.

Voilà ce qui fera la différence lors des élections : pour les communistes veulent un Maire irresponsable en matière de sécurité, je crois que le Maire peut et doit agir.

J’en profite pour saluer l’arrivée d’une jeune commissaire sur cette circonscription difficile.

Stains

Une kalachnikov découverte en pleine rue à Stains

Une kalachnikov a été découverte en pleine rue aujourd’hui à Stains (Seine-Saint-Denis), dans un sac plastique abandonné par un homme qui a pris la fuite à la vue d’une patrouille de police, a-t-on appris auprès de la préfecture.

La kalachnikov, une arme de guerre prisée dans le milieu du grand banditisme, a été découverte dans le quartier Allende, vers 15h30.

« L’arme était dissimulée dans un sac plastique. L’homme qui la transportait l’a jetée au sol et a pris la fuite à la vue des policiers », a raconté la préfecture.

Un chargeur non approvisionné se trouvait également dans le sac, a-t-on précisé.

Source Le Figaro – 5/11/13