Stains

Tribune au 7 jours à Stains : octobre 2018

Majorité silencieuse : des réunions de quartier pour vous écouter

Nouvelle médiathèque, tramway T11, quelques rues et marché refaits, rénovations des quartiers Cité jardin, Clos St Lazare, Maroc et bientôt, la Prêtresse : oui Stains évolue. Ces avancées seraient impossibles sans la solidarité de l’Etat providence, généreux avec les villes en difficulté, de la Région Ile-de-France et de Plaine commune qui se rappelle parfois qu’il ne faut pas donner uniquement aux grosses villes Saint-Denis, La Courneuve et Aubervilliers.

Malgré ces avancées, le malaise reste profond chez les Stanois, qui ressentent une mauvaise qualité de vie : les rues sont sales, des groupes perturbent le quotidien des gens biens dans les halls, sous leurs fenêtres, les manipulations politiques sont fortes, on cache, on ment, on copine. De belles initiatives ou des parcours font renaître la fierté d’être Stanois, mais cela reste un combat difficile. Trop souvent j’entends, « je veux partir de Stains » de la part d’habitants, souvent de longue date, ou d’agents de la Ville. Quand je demande à certains proches de la Municipalité, pourquoi ils ne vivent pas à Stains, je les entends me répondre « parce que j’ai des enfants ». Des mots qui me font mal parce que j’aime cette ville et ses habitants.

Dans ses longs discours sur le Stains qui va mieux, le Maire est sourd à cette majorité silencieuse qui soit, a déjà commandé le camion de déménagement, soit se tait par dépit. J’en veux pour preuve les 60 % d’abstention lors des dernières élections municipales.

Stains pour tous veut donner une voix à cette majorité silencieuse. Nous vous proposons des rencontres dans vos quartiers au cours desquelles il y aura un échange libre. Vous pourrez dire ce qu’il en est aux élus de l’opposition municipale et nous allons agir : soit immédiatement comme nous le faisons depuis 2014, soit en écrivant les premières lignes d’un programme que nous défendrons en 2020.

Voici les 2 premières dates :

  • quartiers GUIGNETIERES et PAROUZETS : vendredi 19 octobre à 19h30 au café Le Bonheur (13 rue Aristide Briand)
  • quartier AVENIR : vendredi 26 octobre à 19h30 à la brasserie La Cascade (51 rue Jean Jaurès).

Je vous attends nombreux.

Contactez-nous sur les réseaux sociaux, www.julienmugerin.fr ou au 07 85 55 88 96.

 

Julien Mugerin

Stains

Tribune 7 jours à Stains : septembre 2018

Retour sur ces 2 mois d’été

Ces 2 mois de vacances auront vu l’avancée de nombreux chantiers par Plaine commune. En tant qu’élu y représentant Stains, je n’ai eu de cesse d’interpeller Patrick Braouezec pour l’état de nos rues. Mes appels ont porté leurs fruits, notamment rue Francis Auffray ou les ruelles des quartiers de l’Avenir, du Globe et du Maroc.

D’autre part, j’ai une pensée solidaire pour ceux qui ont subi les inondations suite aux orages.

Comme toutes les villes, Stains a proposé des vacances aux enfants. J’ai soutenu l’action que je veux renforcer en proposant, comme à Saint-Denis, des séjours familiaux qui resserrent ce lien précieux.

L’été aura été marqué par la victoire française à la coupe du monde, même si je ne m’explique toujours pas la disparition de notre drapeau en mairie le jour de la finale, mais également par la fermeture brutale de la piscine, à l’image de ce que je dénonce régulièrement.

Pourquoi évoquer des « problèmes techniques » et attendre les révélations du blog « Alternative stanoise » pour avouer un manque de personnel ? Pourquoi parler du Gouvernement alors que les raisons internes sont plus fortes ? Pour les Stanois qui voulaient profiter de la piscine à 1€, c’est regrettable mais pourquoi mentir? Parce qu’il fallait cacher l’ambiance déplorable en Mairie et l’incompétence de certains.

Je continuerai à dévoiler ces mensonges qui étouffent les Stanois, les agents municipaux et même au sein de la Majorité qui se fissure : en juin, démission du 1er adjoint, concentration des pouvoirs entre le maire et les élus communistes, pas de délégation sur la sécurité, ni à l’urbanisme alors que les squats de halls, les trafics ont libre cours, que les marchands de sommeil s’enrichissent. Une ambiance que les terrasses citoyennes n’auront pas réussi à calmer…

Avec l’équipe Stains pour tous, je suis à votre disposition. N’hésitez pas à nous interpeller lorsque nous nous rencontrons, comme au Forum des associations ce samedi. Nous sommes là afin que Stains s’améliore et qu’elle devienne juste et agréable à vivre.

Pour cette nouvelle année scolaire, souhaitons aux jeunes la réussite et qu’ils nous rendent fiers d’eux, comme la plupart savent le faire.

Bonne rentrée à tous !

Julien Mugerin

Stains

Des panneaux pour l’église de Stains

Des panneaux ont fleuri en centre-ville cet été mais aucun d’indique la présence de l’église de Stains datant du Moyen-Âge.

CV StainsÀ plusieurs reprises en conseil municipal, j’ai exprimé l’idée de valoriser la présence de l’église Notre-Dame de L’Assomption par la pose de panneaux de signalisation. Lors de mes interventions il m’avait été répondu qu’une étude à Plaine commune était en cours pour une révision de l’ensemble de la signalisation sur le territoire communal. Cette étude m’avait été confirmée lors d’une séance en commission à l’établissement public territorial  auquel je siège.

Sauf que cet été la révision a été opérée et voilà à quoi Stains a eu droit : de petits panneaux en centre-ville dont aucun n’indique la présence de l’église datant de l’époque médiévale et qui faisait la fierté des Stanois.

panneaux

maurice-utrillo-eglise-de-stains-(seine)Cette église datant du 16e siècle, refaite à neuf, fréquentée par une communauté religieuse importante doit être signalée comme élément fort du patrimoine historique et identitaire stanois. Identitaire, car la tradition a fixé la fête patronale de la Ville de Stains aux 15 et 16 août en référence à l’Assomption de la Vierge Marie et à Sainte Gemme auxquelles sont consacrées cette église. Identitaire aussi car elle marque une présence significative dans le paysage peint par Maurice Utrillo.

Je réclame donc toujours la pose de panneaux marrons, couleur de la signalisation des monuments historiques, orientant vers l’église de Stains.

 

Plaine Commune, Stains

Plaine Commune : Démocratie 0, complaisance et hypocrisie.

La fin justifie les moyens. Cela pourrait être la devise de notre communauté d’agglomération qui a élu hier son bureau politique.

A la séance qui se tenait dans les sous-sols du Stade de France, et qui a vu la réélection du communiste Patrick BRAOUEZEC à sa tête, le jeu balançait entre compromis et compromission.

Pas de courage politique pour cette assemblée qui s’abstient lourdement lorsque le vote est secret, et se met à genou lorsque le vote est public, à main levée : j’ai été LE SEUL à m’abstenir sur le vote des commissions et les indemnités des élus !!! Pas de comparaison possible avec l’élection à bulletin secret de Monsieur Braouezec par 57 voix sur 72. Quel courage !

Lorsque l’on est élu, on reçoit un mandat des électeurs : le vote à bulletin secret ne devrait donc pas exister. Déni de démocratie à Plaine commune d’autant plus grave que les élus communautaires ne sont pas élus au suffrage universel direct et indépendant.

Dur pour les villes de droite et du centre, d’entrer dans un rapport de force contre la gestion de gauche d’une communauté d’agglomération où la majorité des villes sont tenues par la gauche. Dur pour cette majorité, de faire sans les villes de droite, sans lesquelles Plaine Commune s’affaiblirait.

Seul moment intense de la soirée, le discours du Président du groupe « Centre, Droite Républicaine et Indépendants », toutefois Vice-Président de Plaine Co, Patrice Konieczni, qui a rappelé la large victoire de la droite dans le département, une claque pour le Président Hollande et la majorité du Conseil Général PS de la Seine-Saint-Denis.

A suivre…photo (2)

Stains

Tribune UMP dans le journal 7 jours à Stains – juin

Alors que la situation économique de notre pays et la désaffection des Français pour leurs hommes politiques voudraient que la politique devienne plus simple et plus claire, le Gouvernement PS s’obstine dans une réforme qui multiplie le nombre d’élus, complique le mille-feuille administratif et coute cher aux contribuables.

Dès son arrivée au pouvoir François Hollande, a voulu enterrer la réforme des collectivités au simple motif qu’elle avait été pensée par Nicolas SARKOZY. Pourtant cette réforme diminuait le nombre d’élus en créant le conseiller territorial, réduisait le nombre de collectivités en créant notamment en Ile de France la Métropole du Grand Paris.

Le stanois, veut savoir à qui s’adresser en cas de dysfonctionnement mais avec la clause de compétence générale tout le monde gère tout et personne n’est responsable de rien.

Le stanois veut payer moins d’impôts mais Hollande crée des collectivités qui se serviront sur sa feuille d’impôts : Ville de Stains, Plaine Commune, Conseil général, Région auxquelles s’ajoutent une future métropole.

Le stanois veut des élus qui se battent pour lui pour l’emploi, le logement, les transports : les socialistes lui imposent des collectivités impuissantes qui ne pourront pas rivaliser avec les grandes cités européennes telles que Londres, Francfort, Berlin qui attirent nos jeunes talents qui rêvent de réussite et de liberté.

D’autant plus impuissantes que la baisse des dotations décidées en 2012 par le Gouvernement  AYRAULT affaiblie financièrement les collectivités. Pour rappel, le Gouvernement FILLON avait décidé un gel des dotations et une redistribution de l’enveloppe globale pour plus de solidarité envers les communes pauvres.

La vérité, c’est qu’il faut plaindre le Président de la République qui s’est mis dans une position intenable : coincé entre les promesses mensongères qui lui ont permis d’arriver au pouvoir, entre la réalité économique et financière difficile que connaissent l’ensemble des pays développés, et son idéologie qui le poste, instinctivement et de manière mécanique, à l’inverse de ce que la droite a décidé durant 5 ans quoi qu’il en coute aux Français. Il ne peut que choisir la voie du(de la) compromis(sion).

Or comme un compromis fait un bon parapluie mais un mauvais toit, c’est une réforme bancale que la majorité du Sénat, pourtant à gauche, a refusé de voter. Une fois de plus François HOLLANDE a manqué de courage.

Pourtant la solution est là. Il faut aux Français une décentralisation basée sur la rigueur budgétaire : une réforme ne doit pas coûter aux contribuables. Il faut à la France de la clarté : les compétences doivent être clairement déterminées. Il faut à l’Ile de France une région capitale forte, attractive, qui fait rêver pour entrer en compétition avec les grandes métropoles du monde. Il faut à Stains un maire fort qui défend sa commune et non un animateur socioculturel qui fait avec ce qu’on lui laisse de pouvoir entre la communauté d’agglomération, la métropole, la région qui picoreront dans ses compétences.

Il nous faut des collectivités qui voient clair pour fixer un cap pour le développement économique, les transports, la sauvegarde des espaces et des espèces à protéger, le logement, la recherche et l’enseignement.

Saint-Denis

Le Velcom enterré, une veste pour Plaine Co’, comme prévu !!

Il aura fallu 3 ans d’échec, 2 suspensions, pas loin de 1000  vélos abimés ou volés des centaines de milliers d’euros pris dans la poche du contribuable et des dizaines de stations vandalisées pour que Plaine Commune prenne enfin la décision de mettre un terme au bide du vélo communautaire.

Le 12 juillet dernier les élus du conseil de Plaine Commune ont définitivement enterré le vélo en libre service.

En plus de l’incivisme qui lui a donné son coup de grâce, c’est bien l’erreur de stratégie économique qui est à la base de ce fiasco que nous étions nombreux à prédire dès le départ : mauvaise implantation des stations, besoin inexistant d’un tel service, système de paiement contraignant, inadaptation aux populations de notre territoire…

Selon des chiffres communiqués l’an passé par Plaine Commune seules 80 personnes (à tout casser) se seraient donné la peine de prendre un abonnement Velcom soit même pas le nombre d’élus de Plaine Co et de la Ville de Saint-Denis additionnés !!

Par un communiqué lapidaire on apprend que ces abonnés se verront heureusement rembourser de la prestation à laquelle ils n’ont finalement pas eu droit.

Au lieu de lancer cette fausse bonne idée, le Président Patrick BRAOUEZEC aurait du concentrer ses efforts sur les évolutions du transport public initiées par le Président de la République Nicolas SARKOZY dans le cadre du grand Paris.

Plaine Commune devrait également aller vers une amélioration du réseau de pistes cyclables, le développement de parcours cycliste de découverte de la Ville, de la mise en place de parkings vélos aux points importants bien moins chers que le dispositif VELIGO de la région Ile de France.

Velcom, le bide de Patrick BRAOUEZEC

Pour information : http://www.velcom.fr/misc/closed.html

Saint-Denis

Ma visite de l’exposition « Toit et Moi » de Plaine Commune

Depuis cette semaine, l’exposition «Toit et Moi » célébrant le centenaire du Logement social se tient dans la salle de la Légion d’Honneur de Saint-Denis. Je l’ai visitée ce samedi.

Au-delà de la genèse du logement social et de son évolution depuis cent ans, qui y sont exposées avec talent, on a le sentiment d’une opportunité saisie par Plaine commune  pour être présente dans la campagne présidentielle et surtout, pour son président Patrick BRAOUEZEC, député communiste sortant, de commencer les élections législatives.

Centre-ville de Saint-Denis
Centre-ville de Saint-Denis

Certains trouveront cette histoire légèrement orientée politiquement : ils ne s’étonneront donc pas de la furtivité de l’épisode « Rénovation urbaine ». L’ANRU (Agence Nationale de Rénovation Urbaine) lancée par Jean-Louis BORLOO aura beau correspondre à 10 ans de cette histoire du logement social, enclencher une véritable métamorphose des quartiers populaires, engranger 12 milliards d’euros depuis son lancement, mobiliser énergies, agences, politiques, etc mais son principal problème est d’avoir été lancée par la droite de Jacques CHIRAC et poursuivie et amplifiée par Nicolas SARKOZY.

Cela devait faire tâche dans cette expo à la gloire de ces élus de gauche et autres syndicats qui auraient été les seuls artisans du logement à loyer modéré.

Oublié le consensus gauche/droite de la sortie de la guerre sur la nécessité de logement social et l’action du Gouvernement Gaulliste à cette époque.

Mais oubliés aussi, les premiers rapports qui dès les années 60 manifestaient quelques doutes sur les grands ensembles locatifs. Pourtant fin 80 la Ville de Saint-Denis construisaient un centre-ville tout-béton dont les locataires se plaignent des défauts de conception, dont quelques uns réprouvent la beauté architecturale et qui sont aujourd’hui de véritables labyrinthes au profit des délinquants en tous genres.

Comme à leur habitude, le Patrick BRAOUEZEC et Stéphane PEU, Président de Plaine Commune Habitat, érigé en véritable star sur écran géant dans cette exposition présente une histoire biaisée avec morceaux choisis et qui crédibilisent les erreurs urbanistiques de leurs prédécesseurs.