Plaine Commune, Stains

Plaine Commune : Démocratie 0, complaisance et hypocrisie.

La fin justifie les moyens. Cela pourrait être la devise de notre communauté d’agglomération qui a élu hier son bureau politique.

A la séance qui se tenait dans les sous-sols du Stade de France, et qui a vu la réélection du communiste Patrick BRAOUEZEC à sa tête, le jeu balançait entre compromis et compromission.

Pas de courage politique pour cette assemblée qui s’abstient lourdement lorsque le vote est secret, et se met à genou lorsque le vote est public, à main levée : j’ai été LE SEUL à m’abstenir sur le vote des commissions et les indemnités des élus !!! Pas de comparaison possible avec l’élection à bulletin secret de Monsieur Braouezec par 57 voix sur 72. Quel courage !

Lorsque l’on est élu, on reçoit un mandat des électeurs : le vote à bulletin secret ne devrait donc pas exister. Déni de démocratie à Plaine commune d’autant plus grave que les élus communautaires ne sont pas élus au suffrage universel direct et indépendant.

Dur pour les villes de droite et du centre, d’entrer dans un rapport de force contre la gestion de gauche d’une communauté d’agglomération où la majorité des villes sont tenues par la gauche. Dur pour cette majorité, de faire sans les villes de droite, sans lesquelles Plaine Commune s’affaiblirait.

Seul moment intense de la soirée, le discours du Président du groupe « Centre, Droite Républicaine et Indépendants », toutefois Vice-Président de Plaine Co, Patrice Konieczni, qui a rappelé la large victoire de la droite dans le département, une claque pour le Président Hollande et la majorité du Conseil Général PS de la Seine-Saint-Denis.

A suivre…photo (2)

Publicités
L'Ile de France, Saint-Denis

Cité du cinéma de Luc Besson, rendons à Sarkozy ce qui revient à Sarkozy !

Un petit rappel historique se révèle bien utile, en ces temps de réjouissance autour de l’inauguration de la cité du cinéma de Luc Besson à Pleyel que ce projet voit enfin le jour grâce à l’action du précédent gouvernement.

En effet, il faut rappeler que sans le soutien déterminant de Nicolas SARKOZY, la cité du cinéma n’aurait pas vu le jour.

L’ancien Président de la République a immédiatement saisit l’intérêt pour la France et pour Saint-Denis de l’existence d’un tel établissement qui devait s’intégrer dans le projet du Grand Paris et apporter de l’emploi dans les quartiers sensibles environnants.

A tel point qu’il a donné le signal pour que la caisse des dépôts accepte d’apporter 40 millions d’euros qui manquaient à un projet qu’aucune banque ne souhaitait financer à ce moment. Par la suite, les autres soutiens financiers ont commencé à s’engranger.

Le Premier Ministre François FILLON était même venu, accompagné du Ministre de la Culture et du Ministre de la Ville y signer un accord-cadre du Grand-Paris liant cette cité du cinéma encore en travaux à des projets de construction de logement et de développement des transports en commun. (pour rappel consulter cet article )

Cette présence massive et ce soutien du Gouvernement de l’époque contraste avec l’absence des ministres socialistes Aurélie FILIPETTI (Culture) et Arnaud MONTEBOURG (Redressement productif), tandis que des stars hollywoodiennes avaient, elles, fait le déplacement.

C’est une honte pour ce gouvernement qui montre par là sa fermeture par rapport à un projet certes soutenu par la droite, mais ambitieux pour la France qui se dote d’un équipement à la pointe de la création cinématographique, ainsi que d’une école formant les futurs techniciens du 7ème art. Dommage pour Saint-Denis qui a voté massivement pour Hollande et qui est remerciée aussi sèchement lorsqu’on braque sur elle des projecteurs qui la mette en valeur.

Saint-Denis

Quelle honte!! BRAOUEZEC complice de ses propres agresseurs

L’agression dont Patrick BRAOUEZEC, Député sortant et Président de Plaine Commune a fait l’objet jeudi dernier possède le même caractère inacceptable que celles auxquelles sont confrontés des centaines de dionysiens et dionysiennes chaque année.

Rappelons que plus d’une fois, Saint-Denis a été classée ville la plus dangereuse de France.

Malgré les efforts et les bons résultats du Gouvernement et de Nicolas SARKOZY en matière de Sécurité, y compris dans les quartiers de nos villes, la délinquance violente reste un fléau. C’est pour cette raison que ces efforts auraient du être accompagnés par l’action de la Ville de Saint-Denis :

– par la mise en place d’une Police Municipale aux prérogatives et aux moyens de coercition les plus complets dans ce que permet la Loi

– l’installation de la vidéoprotection sur l’ensemble de la Ville (aidée financièrement par l’Etat!!)

Les moyens financiers, nous les avons. Les outils légaux, nous les avons. Les élus et candidats de droite et du centre le réclament depuis de nombreuses années. Sclérosés dans leur idéologie, les élus de gauche se refusent à agir. Ils sont donc responsables de cette dangerosité de notre Ville. Et parmi ceux-ci, nous trouvons en premier lieu, le même Patrick BRAOUEZEC suivi de près par Didier PAILLARD, le Maire et Florence HAYE Conseillère générale et 1ère adjointe en charge de la « Tranquillité publique ».

Patrick BRAOUEZEC est donc victime de ses propres choix et de son idéologie.

Mais comme si cela ne suffisait pas, nous apprenons par le PARISIEN du 14/04/12 que notre Député ne souhaitait pas porter plainte contre ses agresseurs, qu’il restait silencieux sur la question et que sur place même, il tenait à ce qu’ils soient relâchés!

Quelle honte!! Lorsque l’inaction devient de la complicité, de la couverture, il est temps de se demander quels sont les intérêts de notre élu.

 

Dionysiens, Dionysiennes, ce n’est pas sur Patrick BRAOUEZEC complice de ses propres agresseurs qu’il faudra compter pour votre sécurité! Souvenez vous en en JUIN PROCHAIN!!

Saint-Denis

Ma visite de l’exposition « Toit et Moi » de Plaine Commune

Depuis cette semaine, l’exposition «Toit et Moi » célébrant le centenaire du Logement social se tient dans la salle de la Légion d’Honneur de Saint-Denis. Je l’ai visitée ce samedi.

Au-delà de la genèse du logement social et de son évolution depuis cent ans, qui y sont exposées avec talent, on a le sentiment d’une opportunité saisie par Plaine commune  pour être présente dans la campagne présidentielle et surtout, pour son président Patrick BRAOUEZEC, député communiste sortant, de commencer les élections législatives.

Centre-ville de Saint-Denis
Centre-ville de Saint-Denis

Certains trouveront cette histoire légèrement orientée politiquement : ils ne s’étonneront donc pas de la furtivité de l’épisode « Rénovation urbaine ». L’ANRU (Agence Nationale de Rénovation Urbaine) lancée par Jean-Louis BORLOO aura beau correspondre à 10 ans de cette histoire du logement social, enclencher une véritable métamorphose des quartiers populaires, engranger 12 milliards d’euros depuis son lancement, mobiliser énergies, agences, politiques, etc mais son principal problème est d’avoir été lancée par la droite de Jacques CHIRAC et poursuivie et amplifiée par Nicolas SARKOZY.

Cela devait faire tâche dans cette expo à la gloire de ces élus de gauche et autres syndicats qui auraient été les seuls artisans du logement à loyer modéré.

Oublié le consensus gauche/droite de la sortie de la guerre sur la nécessité de logement social et l’action du Gouvernement Gaulliste à cette époque.

Mais oubliés aussi, les premiers rapports qui dès les années 60 manifestaient quelques doutes sur les grands ensembles locatifs. Pourtant fin 80 la Ville de Saint-Denis construisaient un centre-ville tout-béton dont les locataires se plaignent des défauts de conception, dont quelques uns réprouvent la beauté architecturale et qui sont aujourd’hui de véritables labyrinthes au profit des délinquants en tous genres.

Comme à leur habitude, le Patrick BRAOUEZEC et Stéphane PEU, Président de Plaine Commune Habitat, érigé en véritable star sur écran géant dans cette exposition présente une histoire biaisée avec morceaux choisis et qui crédibilisent les erreurs urbanistiques de leurs prédécesseurs.

Saint-Denis

Grand Paris, le Gouvernement investit pour des Dionysiens trop longtemps abandonnés par la gauche

Nef de la cité du cinéma

J’ai eu la chance de pouvoir assister ce matin à la signature du 1er accord-cadre sur le Grand-Paris par le Premier Ministre François FILLON à Pleyel, dans une cité du cinéma encore en chantier mais déjà tellement belle : une cathédrale du cinéma en construction.

Le Premier Ministre y a redit l’engagement du Président de la République Nicolas SARKOZY et du Gouvernement pour un développement du Grand Paris en lien avec les habitants et l’histoire du territoire.

C’est ainsi que 70 000 logements seront construits dans le cadre du Grand Paris, q’un contrat de cohésion sociale où emploi et formation auront une place prédominante verra le jour.

La promesse d’une modernisation du réseau existant et la création de nouvelles lignes de métro devient une réalité : en septembre une convention a été signée par l’Etat pour des travaux du RER B (alors que la compétence transport à été entièrement donnée à la région), 3 des 4 nouvelles lignes qui seront créées dans le cadre du Grand Paris passeront par le territoire de Plaine Commune.

Vous l’aurez compris, jusqu’au bout, le Gouvernement est pleinement mobilisé pour mener à leur terme des projets de transports qui révolutionneront notre vie à Saint-Denis après l’inaction de la gauche au pouvoir à la région de 1998 et qui n’a pas été capable de prendre les bonnes mesures pour désaturer la Ligne 13 ou améliorer la ligne D du RER.

Patrick BRAOUEZEC, qui cumule, lui, Présidence de Plaine Commune et de Paris métropole n’a pas pu s’empêcher d’employer le double discours habituel et de tirer la couverture à lui. L’échec de la ligne 13 revient à l’ancien Maire, au député, au Président de la communauté d’agglomération qu’il est et pourtant à en croire son intervention c’est grâce à lui que tout se fait. Tout se fera, et c’est bien par le courage et l’engagement de Nicolas SARKOZY.

Pourvu que personne ne l’oublie d’ici là.

Saint-Denis

Le Gouvernement injecte 20 millions d’euros pour la rénovation de l’habitat ancien dégradé à Saint-Denis

Le 14 novembre, j’accompagnais le Secrétaire d’Etat au Logement, Benoist APPARU à Saint-Denis. Il visitait avec les élus, le Préfet Christian LAMBERT et le Sous-Préfet le quartier de la gare où un projet de réhabilitation prévoit un vrai changement pour les habitants et pour toute la ville.

C’est le Gouvernement qui finance la plus grosse part de ces travaux avec 19 millions d’euros dans le cadre du Plan National de Rénovation des Quartiers Anciens Dégradés (PNQRAD).

Même Didier PAILLARD et Patrick BRAOUEZEC n’ont pas tarri d’éloges à l’égard du plan voulu par Nicolas SARKOZY!!

Après l’ouverture du commissariat  de Police à la Gare, avec le Grand Paris pour objectif, tout prouve que le Gouvernement n’abandonne pas Saint-Denis.