Stains

Jeu dangereux pour gagner des voix

Elles sont si grosses les ficelles de ce communiqué!!

Les Stanois ne peuvent qu’y voir une dangereuse séduction au service d’une ambition personnelle au risque de favoriser l’entre-soi.

Dans sa course aux voix, le Maire PCF tourne le dos aux valeurs de son parti : que ce soit Bordes, Pierna ou même Beaumale jamais ils ne seraient allés aussi loin : au contraire, ils ont toujours eu pour ambition de rassembler, d’ouvrir, de décloisonner quand Taibi enferme les gens dans leurs communautés et se sert d’eux.

Je rêve d’un Stains, comme avant, où il n’y avait ni blancs, ni noirs, ni beurs, juste un peuple fraternel, qui vit ensemble dans l’espace public et cultive sa différence dans l’espace privé. Oui, préserver ce que chacun est au plus profond de lui-même, sa culture, son histoire n’interdit pas d’embrasser une culture commune, ciment de la cohésion sociale.

Ce rêve beaucoup le partagent à Stains et ils n’ont trouvé comme seul moyen d’expression le vote Rassemblement national. Ce vote de réaction, Taibi vient encore de l’alimenter alors qu’il nous rabâche sans cesse ses mêmes discours « contre l’extrême droite ». Qui veut la concorde sème le bon grain. Comme toujours avec lui, il y a les discours et il y a les actes.

Publicités
Stains

Tribune au Stains actu : mai 2019

Guignetières et Paradis : Non à la bétonisation

Nouvelle trouvaille de la Municipalité pour nous occuper et se donner une posture combative : le bruit des avions. Pour cela, ils s’opposent au nouveau terminal à Roissy qui pourrait créer 50 000 emplois tout près de Stains.

Depuis 2014, nous avons multiplié les rencontres avec vous. Nous vous avons écoutés dans tous les quartiers, entendu ce qui était pour vous cause de nuisance, ce qui vous donnait envie de partir de cette ville que vous aimez. Jamais les avions n’étaient l’une d’elles. Vous nous avez parlé d’insécurité, d’incivilité, oui ; du bruit des occupations de halls ou au bas des immeubles, des trafics ; des voitures qui, en pleine nuit, sont musique à fond et portes ouvertes, des rodéos motos ; de la saleté dans la ville, de l’installation de camps Roms.

Voilà les vrais combats sur lesquels vous attendez un Maire. Le reste n’est que gesticulation à visée électorale.

IMG_0444Les avions, on s’y fait. Mais les habitants des cités Paradis et Guignetières ne se font pas à l’idée qu’on construise un immeuble à la place de leurs espaces verts, au cœur de leurs cités. C’est la raison pour laquelle, avec mon équipe, j’ai lancé une pétition contre ce projet de Seine-Saint-Denis Habitat. Les Stanois attendaient du Maire beaucoup plus qu’un courrier : qu’il use de son mandat de Conseiller départemental de la majorité PS-PCF-Verts pour ôter cette idée de la tête de son ami et Président du département Stéphane TROUSSEL. Que l’office fasse les travaux sur les bâtiments existants : humidité, jour sous les fenêtres, épaves, etc. Que ce bailleur, le plus important de Stains, cesse de demander aux locataires de mettre la main à la poche pour des travaux. Qu’il sécurise les parties communes, avec des caméras et une présence humaine.

Notre pétition, que je vous invite à signer massivement, est toujours en ligne sur mon site et sur les réseaux sociaux.

Je finirai cette tribune par un vœu d’unité. Nous sommes à un carrefour pour les 3 principales religions avec la fin du Carême et de la Pâque juive, et le début du Ramadan. Toutes 3 ont été frappées par la violence et l’extrémisme récemment. Je leur souhaite la paix dans cette belle liberté de pratiquer (ou non) sa religion.

Contact : 07 85 55 88 96 ou http://www.julienmugerin.fr

Julien MUGERIN

Stains

Tribune Stains actu : avril 2019

Nous voulons un budget pour tous les Stanois

Le Conseil prévu le 21 mars a été reporté car les élus n’étaient pas assez nombreux pour qu’il puisse se tenir. Plus de la moitié des élus de la majorité étant absents, j’ai décidé avec mon équipe de quitter la salle car il aurait été illégal de tenir cette séance. Isolé et impuissant, le Maire nous le fait payer depuis par le montage d’une polémique me faisant passer pour un islamophobe : je me suis déjà exprimé sur le sujet en vidéo et dans ce journal encore, par un droit de réponse qui est publié page 4 si le Maire respecte la loi. Vérifiez !

Lorsque le conseil s’est finalement tenu, nous n’avons pas voté le budget. Il confirme l’installation des services municipaux au collège Thorez, la hausse des dépenses de personnel peu avant les élections, le soutien partisan aux associations : nous y sommes opposés.
La Ville reste très endettée, sous perfusion de l’Etat et les impôts élevés. Une bonne nouvelle : l’arrivée d’ENGIE grâce à la Métropole du Grand Paris présidée par M. Ollier (LR).
Nous voulons la maîtrise de la dépense, et une dépense qui serve tous les Stanois ! Il faut stabiliser les dépenses de personnel, un soutien plus fort à l’ESS notre club sportif, la création d’une crèche pour répondre aux besoins des parents qui travaillent, une lutte pour la mixité sociale, une action pour plus de propreté, un meilleur accompagnement de notre jeunesse. Nous avons besoin de plus de solidarité, mais la subvention au CCAS baisse.
Seuls 250 000€ sont prévus pour des caméras de vidéoprotection : très peu quand on sait qu’à la Région, Valérie Pécresse est prête à les subventionner largement. Cela traduit le peu d’intérêt pour les incivilités et les violences qui dégradent le quotidien.
Cela explique aussi le rejet violent par la majorité de notre vœu en hommage aux forces de sécurité (policiers, pompiers, militaires, policiers municipaux) qui sont mises à rude épreuve en ce moment.
Stains pour tous, continue à être aux côtés des Stanois comme nous le sommes sans discontinuer depuis 2014. Prochaine Réunion de quartier mercredi 17 avril à 19h au restaurant « Chez Baba » (62 av L. Bordes) pour les habitants du Vieux Stains, Cité-jardin, Prêtresse, Louis Bordes, Nexon.
Contact : 07 85 55 88 96 ou http://www.julienmugerin.fr

Julien MUGERIN

Stains

La majorité refuse de rendre hommage aux forces de sécurité

Afficher sur le fronton de la mairie un hommage de la Ville aux pompiers, policiers, militaires qui nous protègent chaque jour, voilà le sens du vœu que nous avons proposé au conseil municipal du 27 mars. Notre proposition a été rejetée par la majorité municipale au motif d’arrière-pensées politiques. Ces arrières-pensées, je vous avouerais ne pas les avoir comprises parce que notre volonté était très claire et écrite dans ce texte que vous pourrez lire ci-dessous.

Je crois qu’en réalité, la gauche a ici montré son rejet de l’ordre et son malaise face à l’insécurité. À vous d’en juger.

Vœux pour un hommage aux forces de sécurité

Régulièrement, la police, la gendarmerie, les pompiers mais également les militaires, payent un lourd tribut pour nous protéger.

Parce qu’ils ont choisi un métier où l’on est capable de se sacrifier pour la sécurité de la population, les noms de ceux qui sont morts en moins de 5 ans dans l’exercice de leurs fonctions peuvent s’égrainer : Arnaud Beltrame, Xavier Jugelé, Simon Cartannaz, Nathanaël Josselin et tant d’autres.

En 2017, 15 policiers et gendarmes ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions selon l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales. 13 pompiers sont morts en service commandé en 2018.

Ce sont nos nouveaux héros.

Les policiers municipaux ne sont pas en reste. Avec l’assassinat de Clarissa Jean-Philippe à Montrouge en 2015, tuée par un terroriste, c’est la preuve que nos agents municipaux présents sur le terrain pour le maintien de l’ordre peuvent également être des cibles.

Portant fièrement les couleurs bleu blanc rouge sur leurs écussons, nous leur donnons à tous confiance, autorité, parfois même affection, parce que nous savons que nous avons tous affaire à eux à un moment ou l’autre de notre vie.

Comme dans tous les métiers, certains peuvent faire delourdes erreurs : ils représentent alors la honte de leur profession. La mise à l’honneur des forces de sécurité doit donc s’accompagner d’une exigence de justice néanmoins elle leur est due.

Le dévouement dont ces « hommes » font preuve, y compris dans les périodes difficiles, y compris lorsque leurs gardes se rallongent au détriment de leur santé et de leur vie familiale, en font des exemples à suivre pour notre jeunesse en quête de repères.

Ils doivent également être soutenus dans leurs missions, rendues difficiles dans notre société parfois violente. A Stains, des policiers nationaux et municipaux mais également des pompiers se font caillasser lorsqu’ils arrivent sur des lieux d’intervention : en décembre 2017, alors qu’ils étaient en train de sauver 3 enfants des flammes de leur appartement avenue François Bégué, des policiers ont été la cible de jets de projectiles. Le soutien de la ville doit être exprimé par la voix des élus.

Le fronton de l’Hôtel de ville étant régulièrement un moyen d’expression politique, le Conseil municipal souhaite y afficher son soutien et son hommage aux femmes et aux hommes membres des forces de sécurité.

Stains

Tribune au Stains actu : mars 2019

Azzédine Taïbi s’en prend aux Anciens Combattants

Dans la plupart des pays, on admire et soutient ses vétérans. Faire le contraire est vu comme trahir le pays tout entier. La raison est simple : ils ont sacrifié leur jeunesse pour défendre leur patrie. Envoyés à la guerre sans l’avoir choisi, ils ont fait preuve de bravoure et n’en sont pas revenus intacts.Aujourd’hui, c’est à eux qu’Azzédine Taïbi ose s’en prendre. Une honte, pour un français, pire pour un élu.

Parce que les élus de l’opposition ont prononcé leurs vœux à la population à la Maison des Anciens Combattants, bravant le sabotage du Maire, le président, Maurice Lesné s’est vu adresser une lettre de menace d’expulsion. Son arrêté anti-expulsion ne les protègera pas, eux.

Je ne voulais pas causer d’ennui à nos vétérans mais malheureusement, cette affaire est une nouvelle illustration de l’obligation pour chacun, de prêter allégeance au « Nouvel élan populaire », peu importe qui vous êtes, votre histoire, votre mérite.

A cela s’ajoute l’affiche scandaleuse de la cérémonie du 19 mars. Le drapeau algérien qui y figure bouleverse pour la 3eannée consécutive les Anciens Combattants qui croient que c’est une date nationale. Le 5 juillet est fêté en Algérie, très logiquement. Défendre l’amitié franco-algérienne est nécessaire, encore plus dans cette période de révolte à laquellele pays fait face. Mais jamais cette amitié ne doit se faire au détriment de nos mémoires patriotiques respectives. A chaque jour sa mémoire, il ne faut pas tout mélanger.

Heureusement, nos concitoyens, plus particulièrement ceuxvisés par ce communautarisme abject, ne se font pas berner. Les ficelles sont trop grosses : ils savent que les respecter va bien plus loin qu’afficher un drapeau !

Le sujet n’est même pas lié au parti politique : est-ce que Louis Pierna, ancien maire PCF aurait fait cela, lui qui a boycotté la cérémonie en 2017 ? Non car il tentait d’unir notre ville et ne divisait pas pour mieux régner. Triste succession…

Suivez notre actu sur les réseaux sociaux, www.julienmugerin.fr et contactez-nous au 06 85 55 88 96.

Prochaine réunion de quartier au Maroc mardi 26 mars à 19h. Le lieu sera communiqué par affiches (si elles ne sont pas arrachées par ceux qui ont peur de votre mécontentement) et sur internet.

Julien MUGERIN