Stains

Tribune des élus UMP dans le 7 jours à Stains : novembre

La Démocratie selon la Beaumale : une opposition muselée.

Michel BEAUMALE nous l’a montré une fois de plus, la Démocratie, c’est quand ça l’arrange.

Ayant été directement mis en cause dans une missive du Maire, les élus UMP avons à notre tour réclamé un droit de réponse qui nous a été refusé. Ainsi, en Démocratie version Beaumale, celui qui a le dernier mot a toujours raison, y compris lorsque l’un des interlocuteurs est forcé à se taire.

En effet, dans la tribune de la précédente édition du 7 jours à Stains, le Groupe UMP au Conseil Municipal évoquait les augmentations d’impôts phénoménales qui ont si durement frappé les Stanois depuis l’élection de Michel BEAUMALE. En comparant le chiffre de 50% d’augmentation d’impôts entre 2001 et 2011 aux baisses d’investissement de la commune, je ne faisais que citer des chiffres que tout un chacun peut trouver sur différentes sources, notamment, le Ministère de l’Economie et des finances et surtout sa propre feuille d’imposition.

Je persiste et signe puisque la maladie est contagieuse : le Conseil général dont Azzedine TAIBI est Vice-Président a lui aussi augmenté l’imposition des foyers stanois, doublant le montant des taxes foncières et augmentant l’ensemble des taxes de 95% depuis 2004. Décidément, nos élus, qu’ils siègent au niveau communal ou départemental ne savent que taper dans nos porte-monnaie.

Furieux d’être confronté à une opposition musclée, le Maire s’est rapidement arrogé un droit de réponse dans l’édition du 7 jours à Stains de la semaine suivante. Confus et à la limite du hors sujet, allant même jusqu’à parler du Gouvernement et de l’écotaxe en Bretagne, sujet bien lointain du matraquage fiscal et du quotidien des Stanois, le Maire imposait sa vérité dans un article bardé de jaune fluo. Notre réponse, a elle été éconduite par le 7 jours à Stains dont le Directeur de publication n’est autre que… Michel BEAUMALE.

Après 80 ans de communisme à Stains, la majorité se croit tout permis. Après 80 ans de communisme, la Majorité n’accorde pas ses droits à l’opposition au mépris des règles les plus basiques de la Démocratie. Au bout de 80 ans, pour le communisme, le débat d’opinions ce n’est qu’entre copains de même opinion. Après 80 ans, le communisme à bout de souffle, ne fait plus rêver, ne rêve plus, et ne trouve, pour garder le pouvoir, que le musèlement.

Ces méthodes ont assez duré. Les Stanois doivent se réveiller et prendre conscience de la médiocrité de la gestion communale. Certaines villes qui nous entourent ont pris la décision de changer de cap et leurs habitants vivent mieux.

Ne nous résignons pas. N’attendons pas. N’acceptons plus ces constats sur la violence, l’abandon, le nivellement, les conditions de vie que l’on conclue trop souvent par « mais bon, on est à Stains ».

N’acceptons plus que les jeunes qui ont pris l’ascenseur social prennent aussi le camion de déménagement en choisissant d’aller vivre ailleurs qu’à Stains, là où la qualité de la vie est jugée meilleure. Non, non, non ne nous résignons pas !!

Aimons Stains et commençons à rêver. Imaginons Stains autrement. Soyons exigeants. Battons-nous pour être respectés.

Vous trouverez les élus UMP à vos côtés pour alimenter cette flamme, ce rêve. Et les tentatives des élus de gauche de nous faire taire n’entameront en rien l’engagement qui est le nôtre de défendre vos intérêts et vos rêves.

20131130-171721.jpg
Marie-Claude Goureau, Présidente du Groupe UMP au Conseil Municipal.

Publicités
Stains

Augmentations d’impôts : le Maire de Stains s’en prend violemment aux élus UMP

Dans le 7 jours à Stains de ce jour, le Maire s’accorde un droit de réponse à la tribune d’expression dans laquelle les des élus UMP s’interrogeaient sur l’utilisation des deniers publics par la Ville.

Ses propos témoignent une fois de plus de la mauvaise fois dont il sait faire preuve par écrit comme en séance du conseil municipal.

Il n’admet pas la critique et sort de ses gonds à chaque fois que l’opposition s’évertue, dans le rôle qui est le sien, dans le mandat que lui a donné la population, à rappeler quelques vérités.

Il repousse d’un revers de main et avec mépris, le ressenti des Stanois auquel nous faisons écho.

Il est tout de même regrettable que dans la version du débat démocratique de Michel Beaumale, dont il se dit amateur dans son fameux Droit de réponse, il doit obligatoirement avoir le dernier mot.

Cela n’est pas sans rappeler ces enfants capricieux dans les cours de récréation, qui acceptent de jouer avec leurs camarades à la seule condition de gagner. On appelle cela des mauvais perdants.

La grandeur du débat démocratique, c’est d’accepter la critique et la contradiction sans utiliser les moyens, certes légaux, pour avoir raison à tout prix en ayant le dernier mot.

Sur le fond, l’adage « Les chiffres sont comme les gens. Si on les torture assez, on peut leur faire dire n’importe quoi » prends ici tout son sens.

Alors je n’irai pas plus loin dans cette discussion sur les chiffres des impôts locaux à Stains sauf à dire que les chiffres cités peuvent être vérifiés par tout un chacun sur divers sites internet, certains reconnus mais surtout, ceux du Ministère des finances lui-même.

Ainsi, si désinformation il y a, elle vient de Monsieur le Maire.

Sa désinformation, n’empêche pas les Stanois de ressentir directement dans leur portefeuille ce qu’il leur préleve d’impôts.

Sa désinformation n’empêche pas les Stanois de ressentir que leur Ville stagne quand toutes les autres aux alentours progressent.

Sa désinformation ne nous empêchera pas de dire que les seules efforts qui ont été fournis à Stains l’ont été par Nicolas SARKOZY et Jacques CHIRAC par la rénovation urbaine, par le Grand Paris avant que celui-ci ne perde de sa saveur, une fois François HOLLANDE arrivé au pouvoir.

Sa désinformation ne nous empêchera pas de dire que sous ses airs de générosité, de solidarité, de justice sociale, de ces mots tant galvaudés qu’ils perdent tout sens, il nous ponctionne injustement et abusivement depuis plus de 10 ans. La réalité, c’est que ce qu’il donne d’une main, il le reprend de l’autre.

Sa désinformation ne changera rien au fait qu’hier soir encore, j’entendais en pleine rue, des dames se plaindre de payer trop d’impôts pour la qualité de vie dont on bénéficie à Stains.

La rapidité de Monsieur le Maire à venir démentir ce que des milliers de Stanois voient clairement, ce que le Ministère des finances édite publiquement, ce que les fiches d’impôts comportent noir sur blanc, me fait dire que Michel Beaumale et sa Majorité a le nez dans le guidon depuis bien trop longtemps et qu’il est grand temps pour la ville de lui faire prendre un peu de distance.

20131107-211237.jpg

Stains

Tribune UMP dans le journal 7 jours à Stains – octobre

Avis de recherche

Nous lançons un avis de recherche sur la Ville : où est passé l’argent du contribuable Stanois?

Avec + 50 % d’impôts locaux en 10 ans, nous devrions voir une amélioration concrète de la qualité de la vie à Stains : il n’en est rien.

De 2001 à 2010, le Maire et son équipe municipale ont augmenté les impôts locaux à petite dose, faisant payer toujours les mêmes, les seuls 40% de foyers imposables, leur incapacité à assainir les finances de notre commune.

Les Stanois doivent savoir que leur dette communale a doublé sur la même période, atteignant 48 millions d’euros, presque l’équivalent du budget annuel.

Les Stanois doivent savoir que les dotations de l’Etat ont progressé depuis de nombreuses années. Les tentatives du Maire et de son équipe de rejeter la faute sur d’autres doivent être confrontées aux augmentations des dotations en fonctionnement de l’Etat sous les présidences de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy. L’enveloppe de la DSU (Dotation de Solidarité Urbaine) a également été rallongée, ne laissant pas Stains en reste.

La logique voudrait qu’avec plus d’argent, on fasse mieux : lancer des projets d’avenir, construire, imaginer, aller de l’avant, capitaliser pour les générations futures. En un mot, avec plus d’argent on devrait INVESTIR !

Mais à Stains cette logique est inversée : l’investissement diminue et reste parmi les plus faibles du département. Lorsque les communes investissent  en moyenne 538 euros par habitant dans l’année, à Stains, ce n’est que 332 euros par habitant. Pourquoi cette différence ?

Comment expliquer qu’avec plus d’impôts locaux, plus de dotations, un endettement accru, nous ne soyons pas en mesure d’apporter des améliorations significatives à l’image de Stains et qu’on investisse moins ? Avec Beaumale, c’est payer plus pour investir moins !

Heureusement, sur certains points, on vit mieux qu’avant à Stains mais le Maire n’y est pour rien. La quasi-totalité des derniers investissements sur la Ville proviennent de fonds de l’Etat sous des Gouvernements de Droite. La Rénovation du Clos St Lazare et ses nouveaux équipements c’est l’ANRU. Idem au Moulin Neuf et à Cité Jardin. L’accélération du projet de Tangentielle Nord, c’est le plan de relance de Nicolas Sarkozy.

La Majorité municipale fabrique un écran de fumée sans regarder à la dépense : c’est cela qui nous coûte cher. C’est là que se trouve notre argent ! Les communistes accompagnent la survie, nous voulons une Ville qui vive ! La Mairie a pris l’habitude de rendre service au coup par coup, nous voulons une politique pour tous, durable et juste. Face à la politique de la demande qui coûte cher, nous rêvons d’équité et de mérite.

Le message de l’UMP au plan national est clair : l’engagement des municipales 2014 c’est + 0% d’impôts locaux entre 2014 et 2020. Nul doute que cet engagement trouvera un relai à Stains.-

Stains

Tribune UMP dans le journal 7 jours à Stains – Septembre

arton434L’heure des grands travaux a sonné à Stains !! Annoncés en pleine page du 7 jours à Stains ils sont effectués dans la précipitation et la confusion générale, causant des embouteillages monstres, même de nuit.

Les Stanois ne sont pas dupes et voient bien la sournoiserie de cette pratique qui consiste à faire bonne figure pour les élections municipales qui approchent à grands pas.

Aucun doute sur la complicité de Plaine Commune qui a compétence en matière de propreté et de Voirie pour faire en 6 mois ce qui aurait dû être fait en 6 ans. C’est apparemment la conception qu’a la majorité municipale du mandat électoral.

Mais cette tentative de manipulation ne fera pas oublier les nombreuses plaintes des Stanois sur l’état d’abandon de la voirie fréquemment relayées sur les réseaux sociaux.

Ces gigotements de dernière minute, ne feront pas oublier qu’à Stains il faut 3 semaines pour enlever une voiture brûlée quand dans les villes d’à côté il n’en faut qu’une. Tout le monde connait ce squelette de scooter trainant depuis des mois sur le rond-point du Palmier (Angle Aristide Briand / Gambetta).

Ces petites manœuvres ne feront pas oublier la saleté qui s’accumule dans les caniveaux ou dans certains recoins de la ville.

La réfection tant attendue des rues Parouzets et Hennequin ne fera pas oublier les dizaines d’années d’oubli de ces même rues. Le revêtement neuf de l’avenue Marcel Cachin et Aristide Briand financé par le Conseil Général tranchera net avec l’état de délabrement de la rue Francis Auffray et de la plupart des rues des quartiers de l’Avenir, du Maroc et du Globe.

Heureusement pour eux, les habitants de la Cité Jardin, du Clos Saint Lazare et du Moulin Neuf ont bénéficié des financements des années Sarkozy et Chirac au titre de la rénovation urbaine.

Il arrivera un moment où le Maire de Stains devra demander des comptes à Plaine Commune sur l’égalité de traitement entre les villes qui la compose, l’état global des rues de St Denis, d’Aubervilliers ou même de La Courneuve étant sans commune mesure avec celui des nôtres.

Mais il arrivera surtout un moment où les Stanois réclameront le respect pour eux et leur ville pour une vraie qualité de vie.

Stains

Tribune UMP dans le journal 7 jours à Stains – juin

Alors que la situation économique de notre pays et la désaffection des Français pour leurs hommes politiques voudraient que la politique devienne plus simple et plus claire, le Gouvernement PS s’obstine dans une réforme qui multiplie le nombre d’élus, complique le mille-feuille administratif et coute cher aux contribuables.

Dès son arrivée au pouvoir François Hollande, a voulu enterrer la réforme des collectivités au simple motif qu’elle avait été pensée par Nicolas SARKOZY. Pourtant cette réforme diminuait le nombre d’élus en créant le conseiller territorial, réduisait le nombre de collectivités en créant notamment en Ile de France la Métropole du Grand Paris.

Le stanois, veut savoir à qui s’adresser en cas de dysfonctionnement mais avec la clause de compétence générale tout le monde gère tout et personne n’est responsable de rien.

Le stanois veut payer moins d’impôts mais Hollande crée des collectivités qui se serviront sur sa feuille d’impôts : Ville de Stains, Plaine Commune, Conseil général, Région auxquelles s’ajoutent une future métropole.

Le stanois veut des élus qui se battent pour lui pour l’emploi, le logement, les transports : les socialistes lui imposent des collectivités impuissantes qui ne pourront pas rivaliser avec les grandes cités européennes telles que Londres, Francfort, Berlin qui attirent nos jeunes talents qui rêvent de réussite et de liberté.

D’autant plus impuissantes que la baisse des dotations décidées en 2012 par le Gouvernement  AYRAULT affaiblie financièrement les collectivités. Pour rappel, le Gouvernement FILLON avait décidé un gel des dotations et une redistribution de l’enveloppe globale pour plus de solidarité envers les communes pauvres.

La vérité, c’est qu’il faut plaindre le Président de la République qui s’est mis dans une position intenable : coincé entre les promesses mensongères qui lui ont permis d’arriver au pouvoir, entre la réalité économique et financière difficile que connaissent l’ensemble des pays développés, et son idéologie qui le poste, instinctivement et de manière mécanique, à l’inverse de ce que la droite a décidé durant 5 ans quoi qu’il en coute aux Français. Il ne peut que choisir la voie du(de la) compromis(sion).

Or comme un compromis fait un bon parapluie mais un mauvais toit, c’est une réforme bancale que la majorité du Sénat, pourtant à gauche, a refusé de voter. Une fois de plus François HOLLANDE a manqué de courage.

Pourtant la solution est là. Il faut aux Français une décentralisation basée sur la rigueur budgétaire : une réforme ne doit pas coûter aux contribuables. Il faut à la France de la clarté : les compétences doivent être clairement déterminées. Il faut à l’Ile de France une région capitale forte, attractive, qui fait rêver pour entrer en compétition avec les grandes métropoles du monde. Il faut à Stains un maire fort qui défend sa commune et non un animateur socioculturel qui fait avec ce qu’on lui laisse de pouvoir entre la communauté d’agglomération, la métropole, la région qui picoreront dans ses compétences.

Il nous faut des collectivités qui voient clair pour fixer un cap pour le développement économique, les transports, la sauvegarde des espaces et des espèces à protéger, le logement, la recherche et l’enseignement.