L'Ile de France, Stains

Stains pour tous avec Valérie Pécresse

Départ en car depuis la Mairie de Stains à 8h15!!

Venez nombreux !!

VP

Publicités
L'Ile de France, Stains

Lancement des Nouveaux visages de l’Ile de France

L’association Nouveaux visages de l’Ile de France est présidée par Vincent Jeanbrun, Maire de L’Haye les roses et parrainée par Valérie Pécresse, Cheffe de file de l’opposition à la région.

Elle a pour but de préparer la relève en Ile de France avec les jeunes élus issus des élections municipales de 2014.

L'Ile de France

Ces « drôles » de subventions attribuées par la région

EXTRAIT DU PARISIEN DU 20 JUIN 2014
BERTRAND SCHNEIDER

L’ARGENT, nerf de la guerre, c’est encore plus vrai dans la dernière ligne droite du mandat de Jean-Paul Huchon (PS) à la tête du conseil régional. Alors que l’instance votait hier une procédure de simplification des versements de subventions de moins de 50 000 € en contrepartie d’un renforcement des contrôles, Valérie Pécresse (UMP) a une nouvelle fois dénoncé la « gabegie  qui sévit de manière permanente » au sein de la collectivité.
Celle qui se verrait bien dans le fauteuil de Jean-Paul Huchon en décembre 2015 — date de l’élection — brocarde des subventions « destinées à financer des projets ubuesques » : 12 000 € pour construire d’une yourte de 10 m de diamètre et mettre à dispostion des vélos bricolés en triporteurs, 18 000 € pour « provoquer la parole des habitants et la sublimer artistiquement », 12 000 € pour promouvoir la pratique des jeux de société, 12 578 € pour réaliser un herbier à Sao Paulo (Brésil), 2 500 € pour la réinsertion des détenus via des ateliers de percussions africaines, 10 000 € pour « rappeler aux autorités et à l’opinion publique chilienne l’engagement du conseil régional au Chili », 129 726 € pour un centre d’animation culturelle au Mali, etc.
536 M€ versés en 2013

« Face à cette utilisation inacceptable de l’argent des Franciliens, nous demandons que cesse ce gaspillage. Nous proposons que ces crédits soient redéployés vers l’apprentissage, priorité pour notre jeunesse », conclut la chef de fil de l’opposition.
Réponse cinglante des troupes de Jean-Paul Huchon : en 2013, le conseil régional a versé 536 M€, une somme stable depuis le début du mandat. Sous-entendu, la liste à la Prévert de Valérie Pécresse ne représenterait qu’une goutte d’eau. Sur cette somme, 147 M€ sont consacrés aux centres de formation des apprentis (CFA) et 61 M€ aux lycées privés.
Par ailleurs, la région, via un communiqué officiel, « revendique totalement le fait de subventionner des associations comme la Croix Rouge, le Secours catholique, ou les nombreuses associations de quartier, pourvoyeuses d’emplois et de lien social ».
Mais quid des « subventions farfelues » comme aime à les surnommer la droite ? « Pour l’herbier de Sao Paulo, par exemple, se justifie la majorité régionale, c’est un projet de coopération scientifique piloté par le Muséum national d’histoire naturelle. Contrairement au dire de Madame Pécresse, ces projets ont toutes leur pertinence en matière de rayonnement, d’attractivité et de solidarité internationale pour l’Ile-de-France. »
Bertrand Schneider

L'Ile de France, La Seine-Saint-Denis, Stains

Transports : Valérie Pécresse demande à Jean-Paul Huchon d’assumer enfin ses responsabilités pour améliorer la régularité des trains

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU GROUPE UMP A LA RÉGION

Alors que Jean-Paul Huchon se dédouane une nouvelle fois, aujourd’hui dans les colonnes du quotidien 20 Minutes, de ses responsabilités en matière d’organisation des transports en Ile-de-France, Valérie Pécresse lui demande de prendre enfin toutes les mesures visant à améliorer rapidement la régularité des trains.

Face à la situation toujours aussi catastrophique vécue quotidiennement par les millions d’usagers des transports en commun franciliens, Valérie Pécresse, administratrice au STIF, demande l’acquisition urgente de nouveaux trains et la mise en place d’un nouveau système de bonus-malus spécifique à la régularité.

Valérie Pécresse rappelle en effet qu’il y a un an la SNCF avait proposé l’achat de 97 rames du Francilien afin de répondre aux besoins identifiés sur le réseau francilien. Or le Syndicat des transports d’Ile-de-France (STIF) s’apprête à n’en commander qu’une quarantaine, soit moins de la moitié. Conséquence directe : la promesse de Jean-Paul Huchon faite aux Franciliens d’avoir d’ici 2016 un matériel roulant neuf, récent ou rénové ne sera pas tenue, faute de volontarisme politique.

A l’occasion de l’audition des opérateurs cet après-midi au STIF et alors que 9 des 13 lignes Transilien et RER ne respectent pas leurs objectifs de ponctualité, Valérie Pécresse a demandé également la mise en place d’un système de bonus-malus spécifique à la régularité des trains aux heures de pointe, priorité numéro 1 des usagers.

Enfin, elle considère que contrairement aux affirmations de Jean-Paul Huchon, la Région a les moyens d’améliorer la situation des transports à condition que toutes les recettes que perçoit la Région chaque année y soient effectivement consacrées, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

20131107-215645.jpg

L'Ile de France

« Métropole de Paris » : la nouvelle usine à gaz de la Gauche

Communiqué du Groupe UMP au Conseil Régional d’Ile de France

 article_CPS.HZP14.250108092214.photo00.photo.default-512x352

 Suite aux bisbilles à répétition entre Jean-Paul Huchon et Bertrand Delanoë sur la question de la gouvernance francilienne, en particulier en matière de logement, le gouvernement a tranché en faveur du maire de Paris et de la création d’une « Métropole de Paris ».

Pour Valérie Pécresse, cette décision qui démontre le dramatique affaiblissement du conseil régional après 15 ans de gestion socialiste, est une mauvaise nouvelle pour les Franciliens.

Alors que nos concitoyens attendent une réelle simplification dans l’organisation des territoires et une clarification des compétences, le Gouvernement fait le choix inverse en créant une énième couche au millefeuille administratif, synonyme d’enchevêtrement des compétences et d’impôts toujours plus élevés.

En effet, alors que la baisse des dépenses publiques doit être une exigence tant au niveau de l’Etat que des collectivités locales, la création de la « Métropole de Paris » conduira immanquablement à une hausse des dépenses puisque la Métropole, qui disposera d’une dotation de fonctionnement et de nouveaux fonctionnaires, viendra s’ajouter aux collectivités existantes.

Valérie Pécresse déplore également la main mise d’une nouvelle technostructure sur les maires franciliens qui se voient en partie dépossédés de leurs prérogatives en matière de logement et placés sous la double tutelle de la Métropole et des futures intercommunalités.

Enfin, pour Valérie Pécresse, la création de la « Métropole de Paris » vise à masquer l’incapacité, ces 10 dernières années, de la région Ile-de-France et de la ville de Paris à contenir la spéculation immobilière et à offrir des solutions de logement décentes aux Franciliens et, en particulier, aux classes moyennes.

L'Ile de France, Saint-Denis

RER : Valérie Pécresse rencontre les associations d’usagers et déplore que rien ne bouge, un an après la remise du rapport de la Commission d’enquête parlementaire.

Communiqué du Groupe UMP au Conseil Régional d’Ile de France

 RER-B_La-PlaineValérie Pécresse, présidente du groupe Mouvement Populaire au conseil régional d’Ile-de-France, a reçu aujourd’hui les représentants des associations franciliennes d’usagers des RER*.

 Alors que les incidents sur les lignes de RER se multiplient, Valérie Pécresse a souhaité entendre les préoccupations des différentes associations d’usagers.

Elle déplore qu’un an après la publication du rapport parlementaire, plus des deux-tiers des mesures proposées par la commission d’enquête sur les RER n’aient toujours pas été mises en œuvre.

C’est en particulier le cas du commandement unifié sur la ligne B qui permettra d’améliorer significativement la régularité des trains. Réclamé par la commission d’enquête pour la fin 2012, le commandement unifié a été repoussé à avril 2013 avant que la RATP et la SNCF n’annoncent finalement qu’il ne serait pas effectif avant octobre 2013. La situation est encore plus préoccupante sur la ligne A où la procédure d’unification n’a toujours pas été lancée.

La seule mesure réellement sur les rails est la mise en place d’un espace d’affichage en gare pour les associations d’usagers du RER. Et cela grâce à un amendement déposé par Valérie Pécresse lors du dernier Conseil du Syndicat des Transports d’Ile-de-France (STIF), adopté à l’unanimité.

Valérie Pécresse déplore une nouvelle fois l’inertie du STIF présidé par le PS et EELV, dont les premières victimes sont les millions d’usagers quotidiens sur les lignes de RER.

* L’ADURERA et le collectif « Ma ligne A » pour le RER A, le Comité des usagers du RER B et le Comité des usagers du RER B de la Vallée de Chevreuse pour le RER B, les associations « CIRCULE » pour le RER C et « SADUR » pour le RER D.