L'Ile de France, La Seine-Saint-Denis, Stains

Transports : Valérie Pécresse demande à Jean-Paul Huchon d’assumer enfin ses responsabilités pour améliorer la régularité des trains

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU GROUPE UMP A LA RÉGION

Alors que Jean-Paul Huchon se dédouane une nouvelle fois, aujourd’hui dans les colonnes du quotidien 20 Minutes, de ses responsabilités en matière d’organisation des transports en Ile-de-France, Valérie Pécresse lui demande de prendre enfin toutes les mesures visant à améliorer rapidement la régularité des trains.

Face à la situation toujours aussi catastrophique vécue quotidiennement par les millions d’usagers des transports en commun franciliens, Valérie Pécresse, administratrice au STIF, demande l’acquisition urgente de nouveaux trains et la mise en place d’un nouveau système de bonus-malus spécifique à la régularité.

Valérie Pécresse rappelle en effet qu’il y a un an la SNCF avait proposé l’achat de 97 rames du Francilien afin de répondre aux besoins identifiés sur le réseau francilien. Or le Syndicat des transports d’Ile-de-France (STIF) s’apprête à n’en commander qu’une quarantaine, soit moins de la moitié. Conséquence directe : la promesse de Jean-Paul Huchon faite aux Franciliens d’avoir d’ici 2016 un matériel roulant neuf, récent ou rénové ne sera pas tenue, faute de volontarisme politique.

A l’occasion de l’audition des opérateurs cet après-midi au STIF et alors que 9 des 13 lignes Transilien et RER ne respectent pas leurs objectifs de ponctualité, Valérie Pécresse a demandé également la mise en place d’un système de bonus-malus spécifique à la régularité des trains aux heures de pointe, priorité numéro 1 des usagers.

Enfin, elle considère que contrairement aux affirmations de Jean-Paul Huchon, la Région a les moyens d’améliorer la situation des transports à condition que toutes les recettes que perçoit la Région chaque année y soient effectivement consacrées, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

20131107-215645.jpg

Publicités
L'Ile de France

« Métropole de Paris » : la nouvelle usine à gaz de la Gauche

Communiqué du Groupe UMP au Conseil Régional d’Ile de France

 article_CPS.HZP14.250108092214.photo00.photo.default-512x352

 Suite aux bisbilles à répétition entre Jean-Paul Huchon et Bertrand Delanoë sur la question de la gouvernance francilienne, en particulier en matière de logement, le gouvernement a tranché en faveur du maire de Paris et de la création d’une « Métropole de Paris ».

Pour Valérie Pécresse, cette décision qui démontre le dramatique affaiblissement du conseil régional après 15 ans de gestion socialiste, est une mauvaise nouvelle pour les Franciliens.

Alors que nos concitoyens attendent une réelle simplification dans l’organisation des territoires et une clarification des compétences, le Gouvernement fait le choix inverse en créant une énième couche au millefeuille administratif, synonyme d’enchevêtrement des compétences et d’impôts toujours plus élevés.

En effet, alors que la baisse des dépenses publiques doit être une exigence tant au niveau de l’Etat que des collectivités locales, la création de la « Métropole de Paris » conduira immanquablement à une hausse des dépenses puisque la Métropole, qui disposera d’une dotation de fonctionnement et de nouveaux fonctionnaires, viendra s’ajouter aux collectivités existantes.

Valérie Pécresse déplore également la main mise d’une nouvelle technostructure sur les maires franciliens qui se voient en partie dépossédés de leurs prérogatives en matière de logement et placés sous la double tutelle de la Métropole et des futures intercommunalités.

Enfin, pour Valérie Pécresse, la création de la « Métropole de Paris » vise à masquer l’incapacité, ces 10 dernières années, de la région Ile-de-France et de la ville de Paris à contenir la spéculation immobilière et à offrir des solutions de logement décentes aux Franciliens et, en particulier, aux classes moyennes.

L'Ile de France

Tarifs des transports : Valérie Pécresse dénonce une cinquième hausse depuis 2010 injustifiable.

Communiqué de Presse du Groupe MP au Conseil Régional d’Ile de France

Valérie Pécresse dénonce la nouvelle augmentation des tarifs de + 2,9% en moyenne au 1er janvier 2013, votée aujourd’hui par la majorité de gauche au conseil d’administration du Syndicat des Transports d’Ile-de-France (STIF).

Pour Valérie Pécresse, présidente du groupe Mouvement Populaire au conseil régional d’Ile-de-France et administratrice du STIF, cette cinquième hausse depuis juillet 2010 est injustifiable, d’autant que les usagers les plus durement impactés sont ceux de la zone 1-4 qui vivent au quotidien la galère du RER.

En l’espace de deux ans et demi et alors que la qualité de service ne cesse de se dégrader dans les transports en commun franciliens, les usagers des zones 1-2 auront vu augmenter leur Pass Navigo mensuel de 8,50 € (+ 15%), ceux des zones 1-3 de 9,70 € (+ 13%) et ceux des zones 1-4 de 10,60 € (+ 12%).

D’ici à 2020, Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France et du STIF, prévoit même une hausse de 25% des tarifs, ce qui portera le tarif du Pass Navigo mensuel à 80 euros pour les zones 1-2.

Pour les élus du groupe Mouvement Populaire, cette nouvelle augmentation est d’autant plus inacceptable que Jean-Paul Huchon et ses alliés du groupe EELV détournent depuis 2012 une partie des recettes fiscales régionales qui leur ont été confiées dans le cadre du Grand Paris afin de moderniser les transports.

En 2013, ce ne sont pas moins de 51 millions d’euros qui ne seront pas affectés à la modernisation des RER. En 2012, ce sont 33 millions d’euros qui n’avaient pas été utilisés à rénover les transports franciliens.

A ce déplorable constat, il faut ajouter que depuis 2008, le STIF a inscrit à son budget près de 400 millions d’euros d’investissements qu’il n’a finalement pas dépensés.

Pour Valérie Pécresse et les élus du groupe Mouvement Populaire, le Parti Socialiste et Europe-Ecologie-Les-Verts ont définitivement trahi le pacte de confiance passé avec les Franciliens.

L'Ile de France

« Système Huchon » : Valérie Pécresse demande la fin immédiate de la gabegie régionale

COMMUNIQUE DE PRESSE DU GROUPE MP A LA REGION ILE DE FRANCE

 Suite à la publication aujourd’hui dans Le Monde d’une enquête sur le « système Huchon » en Ile-de-France, Valérie Pécresse dénonce une nouvelle fois le règne de l’opacité et la gabegie généralisée caractérisant la gestion du président de la première région de France.

Depuis le début de la mandature, les élus du groupe Mouvement Populaire n’ont cessé de condamner les dérives somptuaires de la gauche régionale et de demander la réalisation d’un audit sur le train de vie dispendieux de la Région, ainsi que le regroupement des missions et des services sur un même site.

Alors que la Région ne parvient plus à financer les urgences des Franciliens et s’apprête à faire voter son budget pour 2013 avec un emprunt record à hauteur d’au moins 708 millions d’euros, Valérie Pécresse estime qu’il est désormais urgent pour la majorité régionale d’ouvrir les yeux et d’engager une gestion saine à l’opposé de celle conduite depuis plus de dix ans.

Elle demande instamment qu’un « plan de clairvoyance financière » permettant la réduction drastique des dépenses soit soumis au vote des élus régionaux dès la première séance plénière du conseil régional de 2013.

L’année prochaine, elle propose de réduire de 30 M€ (25 %) l’enveloppe globale allouée aux organismes et invite en outre Jean-Paul Huchon à avoir le courage de supprimer un certain nombre d’organismes qui apparaissent clairement aujourd’hui comme faisant double emploi avec des services existants, telle que l’Agence Régionale du Développement (ARD).

Aujourd’hui il existe pas moins de six structures intervenant auprès des entreprises, c’est pourquoi Valérie Pécresse a demandé à plusieurs reprises la mise en place d’un « guichet unique ».

Ce plan doit surtout traduire la volonté réelle pour la Région de mettre immédiatement un terme à son mode de gestion consistant au gaspillage permanent et ne pas se contenter de présenter un nouvel habillage des organismes satellites de la région.

L'Ile de France

Délocalisation plateforme téléphonique du STIF : Valérie Pécresse dénonce le double le langage de la région en matière d’emploi

Communiqué du Groupe Mouvement Populaire à la Région Ile de France

Au cours du Conseil d’administration du Syndicat des Transports d’Ile-de-France (STIF) du mois de juillet, Jean-Paul Huchon, le président du STIF, a fait adopter, par une gauche unanime, une délibération visant à transférer à un nouveau prestataire dont les centres d’appel sont installés au Maroc, la gestion des cartes de la tarification sociale des transports en Ile-de-France, jusqu’à présent réalisée par une entreprise dont les emplois sont localisés en France, à Fontenay-le-Comte et Saint-Avold.

Le groupe Mouvement populaire avait alors voté contre ce marché qui menace directement 80 emplois en France.

Il avait demandé sa relance avec l’introduction, dans le cadre des possibilités offertes par la procédure de marchés publics, de critères sociaux suffisamment précis et exigeants pour privilégier les emplois localisés sur notre territoire.

Une nouvelle fois, la gauche est prise en flagrant délit de contradiction, comme on a pu le voir sur le dossier de soutien à l’industrie automobile.

Le groupe Mouvement populaire demande à nouveau à Jean-Paul Huchon de prendre toutes ses responsabilités et d’étudier immédiatement toutes les voies de droit pour relancer ce marché avec pour objectif de préserver l’emploi en France qui doit être la première priorité.

L'Ile de France, Saint-Denis

Et si le STIF s’installait lui aussi à Saint-Denis??

Communiqué du Groupe Majorité Présidentielle sur la « Politique immobilière du STIF : Jean-Paul Huchon dépense sans compter ! »

A l’instar de la politique qu’il mène au conseil régional d’Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, président du Syndicat des Transports d’Ile-de-France (STIF), persiste et signe dans la folie dépensière.

Alors que l’État rationalise son parc immobilier et qu’il s’inscrit dans une politique immobilière économe, en s’imposant notamment de ne payer plus de 400 euros du mètre carré pour ses locaux parisiens, le STIF continue de dépenser sans compter.

Aujourd’hui à l’occasion de son conseil d’administration, le Syndicat a voté, malgré l’opposition des administrateurs de la majorité présidentielle, la location de nouvelles surfaces au sein d’un immeuble chic du neuvième arrondissement de Paris : 2 494 m² sur deux niveaux pour un prix au m² de 635 € !

Au total, la charge de loyer annuelle du STIF va dépasser plus de 5 millions d’euros par an.

Alors que le STIF a emménagé en mai 2009 dans de nouveaux locaux flambant neufs (rue de Châteaudun à Paris), la direction du Syndicat doit faire face à la croissance incontrôlée de ses effectifs : en l’espace de quatre ans ils ont presque doublé, passant de 148 agents en 2007 à 287 fin 2011.

En période de crise et à l’heure où la SNCF vient de décider de délocaliser son siège à Saint-Denis (93), le STIF serait bien inspiré de maîtriser ses dépenses de fonctionnement et d’envisager à son tour, le regroupement de ses services au sein d’un même site moins onéreux.

C’est pourquoi les administrateurs de la majorité présidentielle ont déposé un vœu visant à ce que le STIF étudie, dans les meilleurs délais, la possibilité d’implanter son siège sur un territoire offrant un prix au m² beaucoup moins élevé et présentant un caractère symbolique fort.

L'Ile de France, Saint-Denis

La Gauche régionale augmente le prix des transports : dites NON!!

Le mercredi 7 décembre, lors de son conseil d’administration, le STIF proposera une nouvelle augmentation des tarifs des transports franciliens : + 2,5% applicable au 1er juillet 2012, y compris pour les cartes imagin’R des jeunes (applicable à la rentrée scolaire 2012-2013).

C’est la troisième augmentation depuis le début de la mandature (en 2010 et 2011, les tarifs avaient déjà respectivement augmenté de 3,9% et de 2,7 % en moyenne). Depuis 2010, les tarifs auront ainsi augmenté de 7 à 10% pour 85% des usagers ! Et le mouvement ne fait que commencer puisque Jean-Paul Huchon et de Cécile Duflot préparent la mise en place du tarif unique.

Hausse des prix d’un côté, dégradation de la qualité de service de l’autre !

Pour protester contre cette nouvelle augmentation, les élus du groupe Majorité Présidentielle du Conseil régional d’Ile-de-France organiseront un tractage à Saint-Lazare (devant la « bulle », Cour de Rome) le 7 décembre, à 8 heures. Ils manifesteront ensuite à 9H devant le STIF (39 bis – 41 rue de Châteaudun Paris 9ème ; métro : St Lazare ou Le Peletier).