Stains

Pourquoi Stains n’aura pas sa Police de sécurité du quotidien

182963_189761611056705_100000686032375_522808_6437797_n
Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois a obtenu une police de sécurité du quotidien

Le Ministre de l’Intérieur a annoncé hier la sélection de 30 quartiers ciblés par ce nouveau dispositif ayant pour ambition la « reconquête républicaine » de territoires considérés comme difficiles. Après les Zones de Sécurité Prioritaire (ZSP) des socialistes, c’est maintenant la Police de sécurité du quotidien macroniens qui échappe à la Ville de Stains.

La réaction la plus évidente serait de considérer ce refus comme un abandon de Stains par l’Etat, alors que le sentiment d’insécurité grandit chez les habitants, que les faits délictueux se maintiennent et deviennent de plus en plus difficiles à vivre. Ce constat est entièrement fondé : il aurait été bon que le Président Macron se rende compte du recul de la République sur notre territoire et choisisse l’un des quartiers de notre ville pour ce nouveau dispositif.

Dans le même temps il faut pousser un peu plus loin l’interrogation et analyser le type de commune retenu, plus particulièrement les 2 plus proches de nous : Garges-lès-Gonesse et Aulnay-sous-Bois. 2 communes dont les maires ont mis en place une police municipale, 79 agents pour Aulnay, une garde montée à cheval pour Garges, un véritable maillage de caméras de vidéoprotection pour les 2, etc… Les élus de Stains ont-ils fait ce qu’il fallait pour attirer les projecteurs sur la ville en termes de sécurité, ou bien ont-ils préféré les étouffer, les cacher pour faire croire que tout allait pour le mieux ? Notre maire est-il réellement la bonne personne pour défendre les intérêts des Stanois ou peut-on penser que sa méthode, ses discours fonctionnent comme un épouvantail ? A-t-il tissé les bons réseaux ou s’est-il davantage isolé même de ses amis politiques naturels de gauche ?

Mais surtout, les gouvernements ne se sentent pas trop seul à agir en matière de sécurité lorsque le Maire de Stains refuse toute action en la matière renvoyant à la responsabilité de l’Etat ? Le Gouvernement ne voudrait-il pas plutôt encourager les villes qui montrent une véritable volonté d’en finir avec la violence et l’insécurité ?

Pour Stains pour tous, même si elle est regrettable, cette décision renforce encore un peu plus notre volonté d’agir concrètement pour la sécurité des habitants en appliquant chez nous les solutions qui fonctionnent ailleurs, en affirmant notre intransigeance quant au respect des Loi de la République, terreau fertile du bien vivre ensemble. En conclusion, en matière de sécurité comme sur d’autres sujets, aide toi et le ciel t’aidera.

Publicités
Stains

Stains Parent pauvre de l’ANRU ère Hollande

Aucun quartier de Stains retenu par l’ANRU version Hollande.

La Prêtresse non, Louis Bordes pas besoin, Lurçat et Boin tout va bien.

Seul le Clos poursuivra sa rénovation.

Pour rappel sous Chirac et Sarkozy c’est le Clos, Moulin neuf, la Cité jardin entière qui ont bénéficié d’une rénovation.

Et dire que 73% de Stanois ont voté Hollande pour être aussi rapidement oubliés…

IMG_2902.PNG

La Seine-Saint-Denis, Stains

Communiqué sur les manifestations du Maire de Stains

La ville de Stains n’est pas désœuvrée !

Julien Mugerin dénonce les manœuvres politiques de M. Azzedine Taibi, Maire de Stains et futur candidat à sa succession aux élections départementales. Ce dernier stigmatise la ville et ses habitants au travers d’opérations de communication, qui n’ont pour but que de servir son intérêt personnel et sa campagne électorale.

En effet, le Maire de Stains communique sur la diminution des dotations de l’Etat, tout en renvoyant aux médias une image d’une ville et de ses habitants au bord de la mendicité.

Julien Mugerin tient également à dénoncer la diminution des dotations de l’Etat. Sauf que lui n’a pas comme M. Azzedine Taibi aidé François Hollande à se faire élire avec l’aide PS/PC/Verts pour plumer les Stanois. Cette baisse des dotations ne doit pas devenir une excuse de plus pour ne pas améliorer le quotidien des habitants.

Saint-Denis

Vidéoprotection : un tiers de moins pour l’aide de l’Etat aux communes

camera-videoOn savait déjà que François HOLLANDE comptait faire payer la note de la crise et de son incompétence aux autres et notamment aux communes. Il vient à nouveau de s’illustrer dans ce registre.

C’est officiel : l’aide financière qu’avait accordé Nicolas SARKOZY aux collectivités territoriales afin qu’elles s’équipent en matériel de vidéoprotection va être lourdement réduite.

Cette aide passera de 30 millions d’euros en 2012 à 19,7 millions d’euros en 2013.

Pauvres Dionysiens, votre Maire Didier PAILLARD n’avait déjà pas la volonté : et bien maintenant grâce à HOLLANDE, il n’aura pas l’argent non plus!!!

Le tournant sécuritaire que vous attendez légitimement n’aura pas lieu.

L'Ile de France, Saint-Denis

Cité du cinéma de Luc Besson, rendons à Sarkozy ce qui revient à Sarkozy !

Un petit rappel historique se révèle bien utile, en ces temps de réjouissance autour de l’inauguration de la cité du cinéma de Luc Besson à Pleyel que ce projet voit enfin le jour grâce à l’action du précédent gouvernement.

En effet, il faut rappeler que sans le soutien déterminant de Nicolas SARKOZY, la cité du cinéma n’aurait pas vu le jour.

L’ancien Président de la République a immédiatement saisit l’intérêt pour la France et pour Saint-Denis de l’existence d’un tel établissement qui devait s’intégrer dans le projet du Grand Paris et apporter de l’emploi dans les quartiers sensibles environnants.

A tel point qu’il a donné le signal pour que la caisse des dépôts accepte d’apporter 40 millions d’euros qui manquaient à un projet qu’aucune banque ne souhaitait financer à ce moment. Par la suite, les autres soutiens financiers ont commencé à s’engranger.

Le Premier Ministre François FILLON était même venu, accompagné du Ministre de la Culture et du Ministre de la Ville y signer un accord-cadre du Grand-Paris liant cette cité du cinéma encore en travaux à des projets de construction de logement et de développement des transports en commun. (pour rappel consulter cet article )

Cette présence massive et ce soutien du Gouvernement de l’époque contraste avec l’absence des ministres socialistes Aurélie FILIPETTI (Culture) et Arnaud MONTEBOURG (Redressement productif), tandis que des stars hollywoodiennes avaient, elles, fait le déplacement.

C’est une honte pour ce gouvernement qui montre par là sa fermeture par rapport à un projet certes soutenu par la droite, mais ambitieux pour la France qui se dote d’un équipement à la pointe de la création cinématographique, ainsi que d’une école formant les futurs techniciens du 7ème art. Dommage pour Saint-Denis qui a voté massivement pour Hollande et qui est remerciée aussi sèchement lorsqu’on braque sur elle des projecteurs qui la mette en valeur.