Saint-Denis

Vœux de Didier PAILLARD, « Saint-Denis pour tous » mais uniquement sur invitation

Vœux de Didier PAILLARD, double langage et mémoire à 2 vitesses

« Saint-Denis pour tous » mais uniquement sur invitation

En 2008, la liste que conduisait Didier PAILLARD portait le nom de « Saint-Denis pour tous ».

Quel contraste avec la cérémonie de ses vœux 2013 (comme chaque année d’ailleurs) où les citoyens qui n’étaient pas munis du précieux carton d’invitation étaient fermement rabroués à l’entrée de l’Hôtel de Ville, par des agents de sécurité de la compagnie privée 1ère ligne, sympathiques mais aux ordres.

Il est loin l’idéal d’un Saint-Denis pour tous, d’un Hôtel de Ville maison du peuple !

Pourtant cet idéal, Julien MUGERIN l’a retrouvé auprès de ses amis maires de droite et du centre de Seine-Saint-Denis qui n’opposent aucun filtrage à leurs cérémonies des vœux et leur buffet souvent moins prestigieux que celui de Saint-Denis.

Et comme à son habitude, cela n’a pas empêché le Maire de prononcer un discours constellé de mots si beaux : « solidarité », « citoyen », « social », « justice », etc. Des mots qui sonnaient creux car balancés en incantation sans qu’ils ne correspondent à aucune réalité.

Julien MUGERIN dénonce ce double discours, cette contradiction entre les faits et les mots auxquels la majorité de gauche s’adonne depuis le début de son mandat.

Sans oublier cette curieuse habitude qu’à Didier PAILLARD d’avoir une mémoire à deux vitesses, citant les réalisations du Grand Paris, la baisse de la délinquance sans en citer l’auteur : un certain Nicolas SARKOZY.

N’oubliez pas Dionysiens, qu’à la mairie, on mange vos impôts sans vous inviter !

voeux

Publicités
Saint-Denis

Lettre ouverte au Maire de Saint-Denis sur les risques de démantèlement de campements illégaux de roms par la population à Saint-Denis

Manifestation de riverains contre l’installation d’un campement par la Mairie de St Denis le 12 mars 2012
Depuis plusieurs années nous n’avons de cesse d’interpeller le Maire quant à la situation des campements de roms installés illégalement sur le territoire communal.
 
Non content de rester inactif face aux occupations de territoire, celui-ci les encourage, allant jusqu’à établir lui-même des camps dits « légaux ».
 
Les évènements qui ont amené les habitants d’un quartier de Marseille à procéder eux-mêmes à l’évacuation d’un camp rom illégal doivent toutefois ouvrir les yeux à la Municipalité qui demeure sourde à nos avertissements.
 
C’est la raison pour laquelle j’ai décidé d’écrire une lettre ouverte au Maire concernant cette affaire dont vous trouverez le texte précis ci-dessous :
 
 

Monsieur le Maire,

Je souhaite attirer votre attention sur l’affaire des riverains marseillais qui, excédés, ont procédé par eux-mêmes à l’évacuation d’un campement rom aux abords de leur cité.

Cet évènement qui a eu lieu à l’autre bout de la France doit cependant vous faire vous interroger sur votre politique complaisante à l’égard des populations qui occupent illégalement des terrains sur notre ville. C’était à craindre et malheureusement c’est arrivé.

En effet, les conditions de mécontentement qui ont mené ces habitants marseillais à de tels agissements sont également réunies à Saint-Denis : aujourd’hui nombre de nos concitoyens n’en peuvent plus de voir des campements sauvages pulluler sans aucun respect de nos lois relatives à l’occupation du domaine public, et parfois même privé.

Lorsque votre Municipalité installe elle-même des campements, dans des conditions dignes d’une autre époque, après tant d’efforts entrepris par l’Etat, par des associations, mais aussi par vos prédécesseurs pour éradiquer les bidonvilles de Saint-Denis, le rejet de la population devient franc et massif. Mais vous refusez de l’entendre.

Ce que vous n’entendez pas, Monsieur le Maire, c’est cette majorité silencieuse dans notre ville qui n’attend qu’une chose : le départ des populations Roms.

A titre personnel, humaniste et responsable, je partage un idéal d’intégration des Roms, en nombre maitrisé dans notre pays. Européen engagé, j’estime aussi que la Roumanie et la Bulgarie, pays d’origine de ces populations doit assumer ses responsabilités et traiter leurs ressortissants de manière plus digne.

Mais nous devons également entendre la colère montante de la majorité silencieuse, qui, comme à Marseille, risque à tort un jour de prendre le taureau par les cornes et remplacer l’ordre républicain auquel vous concourez par votre pouvoir de police mais aussi par votre responsabilité politique.

Il est d’ailleurs à craindre que cela ne se passe pas aussi bien qu’à Marseille où fort heureusement la police encadrait l’évacuation citoyenne du campement en prévision de tout débordement.

Il est inconcevable que des personnes perdent la vie dans des affrontements qui restent plausibles : comme vous devez le savoir, des bagarres et agressions, heureusement sans conséquences graves, ont déjà eue lieu dans notre ville.

Je ne souhaite pas aborder ici les questions liées à l’irrégularité de la présence sur le territoire français de ces personnes, ni même aux récentes affaires de trafic autour d’enfants qui ont une fois encore mis notre ville au centre de l’actualité médiatique. Néanmoins ces 2 questions contribuent au fait que ces populations dérangent.

Si la haine inacceptable, inquiétante mais compréhensible, de la majorité silencieuse de nos concitoyens envers les populations Roms venait à prendre un caractère violent voire dramatique, vous en seriez, Monsieur le Maire, responsable politiquement et humainement !

C’est la raison pour laquelle, nous vous exhortons :

–          A stopper et à revenir sur votre politique d’installation de bidonvilles modernes sur notre commune

–          A interpeller les autorités nationales (Préfet, Ministre de l’Intérieur, etc…) afin qu’elles interviennent plus rapidement afin de démanteler les campements sauvages

–          A soutenir une politique qui vise à ce que les autorités roumaines et bulgares assument leurs ressortissants.

Espérant avoir mis en lumière la réalité du terrain qui vous semblait inconnue, j’attends de votre part, Monsieur le Maire, une réponse à ma demande mais surtout de l’action.

Respectueusement.

Julien MUGERIN

Saint-Denis

Quelle honte!! BRAOUEZEC complice de ses propres agresseurs

L’agression dont Patrick BRAOUEZEC, Député sortant et Président de Plaine Commune a fait l’objet jeudi dernier possède le même caractère inacceptable que celles auxquelles sont confrontés des centaines de dionysiens et dionysiennes chaque année.

Rappelons que plus d’une fois, Saint-Denis a été classée ville la plus dangereuse de France.

Malgré les efforts et les bons résultats du Gouvernement et de Nicolas SARKOZY en matière de Sécurité, y compris dans les quartiers de nos villes, la délinquance violente reste un fléau. C’est pour cette raison que ces efforts auraient du être accompagnés par l’action de la Ville de Saint-Denis :

– par la mise en place d’une Police Municipale aux prérogatives et aux moyens de coercition les plus complets dans ce que permet la Loi

– l’installation de la vidéoprotection sur l’ensemble de la Ville (aidée financièrement par l’Etat!!)

Les moyens financiers, nous les avons. Les outils légaux, nous les avons. Les élus et candidats de droite et du centre le réclament depuis de nombreuses années. Sclérosés dans leur idéologie, les élus de gauche se refusent à agir. Ils sont donc responsables de cette dangerosité de notre Ville. Et parmi ceux-ci, nous trouvons en premier lieu, le même Patrick BRAOUEZEC suivi de près par Didier PAILLARD, le Maire et Florence HAYE Conseillère générale et 1ère adjointe en charge de la « Tranquillité publique ».

Patrick BRAOUEZEC est donc victime de ses propres choix et de son idéologie.

Mais comme si cela ne suffisait pas, nous apprenons par le PARISIEN du 14/04/12 que notre Député ne souhaitait pas porter plainte contre ses agresseurs, qu’il restait silencieux sur la question et que sur place même, il tenait à ce qu’ils soient relâchés!

Quelle honte!! Lorsque l’inaction devient de la complicité, de la couverture, il est temps de se demander quels sont les intérêts de notre élu.

 

Dionysiens, Dionysiennes, ce n’est pas sur Patrick BRAOUEZEC complice de ses propres agresseurs qu’il faudra compter pour votre sécurité! Souvenez vous en en JUIN PROCHAIN!!

Saint-Denis

Conseil municipal du 25 novembre : la municipalité frileuse sur les transports du Grand Paris

Alors que le Président de la République a lancé le Projet du Grand Paris dans lequel Saint-Denis tient une place centrale, la municipalité et l’opposition socialiste ont encore montré leur frilosité sur le projet.

Pourtant il s’agit d’un projet majeur qui dessinera l’Ile de France du 21e siècle : le metropherique avec une gare à Saint-Denis, une gare TGV à Pleyel, ajoutés aux autres projet d’ampleur dont la ville sera le siège, changeront réellement le visage de la région mais aussi de la ville.

Malgré cela, la gauche municipale, n’osant pas critiquer ce projet qu’elle sait répondant aux attentes des dionysiens et mettant en valeur notre ville tant stigmatisée, choisi lors de cette séance du conseil municipal de débattre mollement sur le sujet.

Une seule raison à ce comportement toutefois étonnant vue la nature tellement moderne et nécessaire du Grand Paris : celui qui le propose, Nicolas SARKOZY.

Chers élus, mais surtout chers militants, mettez de cotés vos cartes de parti et vos regrets de ne pas avoir été à la source d’un projet aussi ambitieux, pensez à l’intérêt de la population et dites ce que vous pensez réellement!!! Soutenez le Grand Paris.

Saint-Denis

Le Gouvernement injecte 20 millions d’euros pour la rénovation de l’habitat ancien dégradé à Saint-Denis

Le 14 novembre, j’accompagnais le Secrétaire d’Etat au Logement, Benoist APPARU à Saint-Denis. Il visitait avec les élus, le Préfet Christian LAMBERT et le Sous-Préfet le quartier de la gare où un projet de réhabilitation prévoit un vrai changement pour les habitants et pour toute la ville.

C’est le Gouvernement qui finance la plus grosse part de ces travaux avec 19 millions d’euros dans le cadre du Plan National de Rénovation des Quartiers Anciens Dégradés (PNQRAD).

Même Didier PAILLARD et Patrick BRAOUEZEC n’ont pas tarri d’éloges à l’égard du plan voulu par Nicolas SARKOZY!!

Après l’ouverture du commissariat  de Police à la Gare, avec le Grand Paris pour objectif, tout prouve que le Gouvernement n’abandonne pas Saint-Denis.