Stains

Vrai faux débat sur les rythmes scolaires à Stains

Ce mardi le Maire a convié la population stanoise à débattre sur les rythmes scolaires mais en réalité c’est à une conférence de 1h30 de Claire Lecomte, professeur chercheur mais surtout militante acharnée pour cette réforme que nous avons assisté.

Au moment du véritable échange, raccourci en raison de l’heure tardive, les quelques questions accordées à la salle doivent respecter la volonté du Maire et surtout ne pas contredire cette réforme, au risque de se voir tâcler. Elles doivent encore moins l’interroger sur sa volonté d’appliquer cette réforme à Stains malgré le recul de certaines communes qui ont tenté le diable. Elles doivent encore moins aborder le sujet du financement de ces changements lorsque l’on sait pertinemment que les 90€ versés par l’Etat pour ce transfert de compétence, cette territorialisation de l’éducation nationale, ne suffiront pas.

Pourtant cette réforme dangereuse pour nos enfants mérite un vrai débat. L’avenir de nos enfants est précieux. L’école est essentielle à Stains car seule moteur d’ascension sociale.

Nul doute que d’autre lieux seront proposés aux Stanois pour débattre.

20131210-210647.jpg

Saint-Denis

Les communistes et leurs amis aux abois après la victoire d’HANOTIN

Depuis que Patrick BRAOUEZEC a été battu le 17 juin dernier aux élections législatives, il flotte un air de fin de règne pour les communistes sur Saint-Denis.

A tel point que l’on voit fleurir ci et là les premiers gestes de défense des communistes se sentant menacés par le PS qu’ils ont cependant soutenu aux élections présidentielles, faisant même de la victoire de François HOLLANDE la leur.

Parmi ces gestes d’autodéfense, tels les réflexes d’un agonisant, on trouve le grand renfort de communication appelé par la mairie à coup de magazine municipal (41 pages en couleurs !!) dont la distribution en boîte aux lettres a été étendue, interview du Maire dans le Journal de Saint-Denis sur le sujet, communiqués intempestifs de Patrick BRAOUEZEC, toujours dans le JSD, etc…

Bref, jusqu’à 2014, la machine de communication de la Ville tournera à plein régime pour rendre hommage aux actions de la municipalité, vendre le bilan des communistes & co et vilipender notre fameux député comme un vilain petit canard, lui accordant bien moins d’indulgence qu’à BRAOUEZEC qui n’en méritait aucune.

Même son stationnement fait l’objet d’un encart dans le JSD sous la forme de témoignages évidemment anonymes et citoyens tandis que d’autres adjoints ou conseillers généraux peuvent apparemment continuer à stationner sur les trottoirs ou sur des parkings qui n’en sont pas…

Au lieu de gesticulations qui reflètent un manque de confiance ou la conscience d’un manque, il serait bon que la municipalité se retrousse les manches et agisse pour améliorer le cadre de vie de nos concitoyens : agir pour la sécurité, renforcer l’emploi en menant de véritables négociations avec les entreprises présentes sur notre territoire, construire notre ville de manière cohérente et en tirant les leçons des erreurs du passé, se battre pour un commerce de qualité et varié, défendre le Grand Paris initié par le Président Nicolas SARKOZY et lancer la révolution de transports, soutenir et innover en matière d’éducation, démocratiser la culture et la rendre aux habitants. Tout simplement nous rendre fiers de cette ville qui le mérite.

Il serait bon également de trouver la municipalités à nos côtés, non seulement pour dénoncer les méthodes de stationnement de Matthieu HANOTIN, mais surtout son soutien au Gouvernement AYRAULT qui dans son discours de politique générale n’a rien annoncé de concret pour les quartiers populaires malgré leur besoin d’un second plan de rénovation urbaine après 10 ans d’efforts et d’investissement des Gouvernements de Jacques CHIRAC et Nicolas SARKOZY, qui prévoit des augmentations d’impôts qui ne toucheront pas seulement les plus aisés mais aussi les classes moyennes et populaires, qui veut instaurer le Droit de vote pour les résidents étrangers en violation de la conception française de la citoyenneté qui doit être conditionnée à la nationalité ou encore dont tant les cadeaux électoraux que l’absence de rigueur dans les dépenses budgétaires mettent en danger l’équilibre économique et financier de notre pays.

Au lieu de s’inquiéter de leur propre avenir à Saint-Denis, les communistes et leurs amis devraient se préoccuper de celui des Dionysiens.