Stains

Pourquoi Stains n’aura pas sa Police de sécurité du quotidien

182963_189761611056705_100000686032375_522808_6437797_n
Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois a obtenu une police de sécurité du quotidien

Le Ministre de l’Intérieur a annoncé hier la sélection de 30 quartiers ciblés par ce nouveau dispositif ayant pour ambition la « reconquête républicaine » de territoires considérés comme difficiles. Après les Zones de Sécurité Prioritaire (ZSP) des socialistes, c’est maintenant la Police de sécurité du quotidien macroniens qui échappe à la Ville de Stains.

La réaction la plus évidente serait de considérer ce refus comme un abandon de Stains par l’Etat, alors que le sentiment d’insécurité grandit chez les habitants, que les faits délictueux se maintiennent et deviennent de plus en plus difficiles à vivre. Ce constat est entièrement fondé : il aurait été bon que le Président Macron se rende compte du recul de la République sur notre territoire et choisisse l’un des quartiers de notre ville pour ce nouveau dispositif.

Dans le même temps il faut pousser un peu plus loin l’interrogation et analyser le type de commune retenu, plus particulièrement les 2 plus proches de nous : Garges-lès-Gonesse et Aulnay-sous-Bois. 2 communes dont les maires ont mis en place une police municipale, 79 agents pour Aulnay, une garde montée à cheval pour Garges, un véritable maillage de caméras de vidéoprotection pour les 2, etc… Les élus de Stains ont-ils fait ce qu’il fallait pour attirer les projecteurs sur la ville en termes de sécurité, ou bien ont-ils préféré les étouffer, les cacher pour faire croire que tout allait pour le mieux ? Notre maire est-il réellement la bonne personne pour défendre les intérêts des Stanois ou peut-on penser que sa méthode, ses discours fonctionnent comme un épouvantail ? A-t-il tissé les bons réseaux ou s’est-il davantage isolé même de ses amis politiques naturels de gauche ?

Mais surtout, les gouvernements ne se sentent pas trop seul à agir en matière de sécurité lorsque le Maire de Stains refuse toute action en la matière renvoyant à la responsabilité de l’Etat ? Le Gouvernement ne voudrait-il pas plutôt encourager les villes qui montrent une véritable volonté d’en finir avec la violence et l’insécurité ?

Pour Stains pour tous, même si elle est regrettable, cette décision renforce encore un peu plus notre volonté d’agir concrètement pour la sécurité des habitants en appliquant chez nous les solutions qui fonctionnent ailleurs, en affirmant notre intransigeance quant au respect des Loi de la République, terreau fertile du bien vivre ensemble. En conclusion, en matière de sécurité comme sur d’autres sujets, aide toi et le ciel t’aidera.

Publicités
La Seine-Saint-Denis, Saint-Denis

Récépissé de contrôle d’identité : couac « flicophobe » du Ministre de la Ville

Communiqué de Bruno Beschizza
Secrétaire national de l’UMP en charge de l’emploi des forces de sécurité

182963_189761611056705_100000686032375_522808_6437797_nDepuis plusieurs mois, Manuel Valls, Ministre de l’Intérieur, rassure les syndicats de policiers en affirmant avoir abandonné l’idée de la remise d’un récépissé lors d’un contrôle d’identité par les policiers ou les gendarmes. En contrepartie, encore hier publiquement lors de voeux syndicaux, il demande le port d’un numéro de matricule sur l’uniforme.

Mardi soir, lors de ses vœux à Clichy-sous-Bois, François Lamy, Ministre de la Ville a affirmé être favorable à l’expérimentation du récépissé lors des contrôles de police comme l’un des outils possible de lutte contre « les contrôles d’identité à répétition et au faciès ».

Bruno Beschizza, Secrétaire National de l’UMP, dénonce avec vigueur cette nouvelle mise en accusation publique des forces de l’ordre. Monsieur Lamy a encore cédé aux vieux réflexes « flicophobes » socialistes quand celui-ci est en présence d’associations « amies ».

Bruno Beschizza s’interroge sur le double discours du gouvernement sur ce sujet qui entretient un climat de suspicion permanente sur le travail rendu par les forces de l’ordre de notre pays. Qui doit-on croire ? Manuel Valls ou François Lamy ?

Face à ce nouveau couac gouvernemental, Bruno Beschizza demande au Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, d’affirmer publiquement la position du gouvernement afin qu’une fois pour toutes cesse ce doute permanent dont les premières victimes sont nos policiers et nos gendarmes.

L'Ile de France, La Seine-Saint-Denis, Saint-Denis

Meeting cantonales au Raincy : plus de 600 personnes!!

Hier soir, plus de 600 personnes sont venues soutenir les candidats de la Majorité présidentielle au Raincy en présence de Jean-François COPE, Secrétaire Général de l’UMP, Valérie PECRESSE en tant que leader de l’UMP en Ile de France, Eric RAOULT, Président de l’UMP 93 et l’ensemble des parlementaires et élus du département.

Un soutien qui arrive à point nommé, la semaine précédent le 1er tour pour dénoncer les erreurs, les échecs, les immobilismes du Conseil général. Idem pour la Région. Idem pour la commune de Saint-Denis. Ceux qui suppriment le remboursement de 50% de la carte Imagin’R, qui laisse l’insécurité grimper à Saint-Denis, qui nous laissent voyager dans des transports inhumains, tous, bizarrement sont de Gauche soi-disant sociale.

La vérité et les responsables de l’UMP l’ont rappelé tour à tour hier, c’est que sur le social, la justice, la sécurité, l’emploi, c’est le Gouvernement qui agit!

Alors pour le changement en Seine-Saint-Denis, pour de la justice, pour des élus au plus près des préoccupations des habitants et non partisanes, dimanche, votez pour les candidats de l’UMP et du Nouveau Centre…

La Seine-Saint-Denis, Saint-Denis

Belle réussite pour la réunion publique sur la sécurité

Jeudi 17 février, la réunion publique de soutien à ma candidature a rassemblé un cinquantaine de personnes entre habitants, sympathisants et militants dans un restaurant en plein coeur du quartier de la gare.

Je veux remercier mes invités Bruno BESCHIZZA (Conseiller régional et Secrétaire national de l’UMP en charge des questions de sécurité), Jean-Luc MILLARD (Conseiller municipal délégué en charge de la Sécurité à Drancy) et les élus dionysiens qui sont venus me soutenir, Evelyne NICOL et Xavier DUCOS-FONFREDE.

L’occasion fut pour moi de faire le bilan désastreux de la politique de la ville en matière de sécurité, échec à mettre sur le compte de Florence HAYE qui ose se représenter et de Didier PAILLARD.

J’ai pu développer les points de mon programme pour plus de sécurité à Saint-Denis, un programme simple: appliquer les solutions qui marchent dans d’autres villes qui ont décidé d’agir. Il nous faut augmenter le nombre de policiers municipaux à 100 agents, tripler le nombre de caméras de vidéoprotection, redéfinir la coproduction de sécurité entre les différentes forces de la ville, s’engager pour l’emploi à St Denis pour endiguer la tentation à la délinquance.

L’ensemble des intervenants ont souligné l’action du Gouvernement en matière de sécurité, action qui porte ses fruits et l’inaction de la municipalité.

Rendez-vous très prochainement pour parler d’Emploi et de logement.

Saint-Denis

Réunion publique : « La Sécurité à Saint-Denis : parlons-en ! »

Réunion publique

La Sécurité à Saint-Denis : parlons-en !

Jeudi  17 février à 20h

Au restaurant

« Le Rond-point des artistes »

18 rue  Brise Echalas à Saint-Denis

A l’invitation de Julien MUGERIN

En présence de :

 

Julien MUGERIN

Candidat aux élections cantonales

Bruno BESCHIZZA

Conseiller régional UMP

Sous-Préfet, ancien Secrétaire général du syndicat Synergie-officier

 

Jean-Luc MILLARD

Conseiller municipal délégué en charge de la Sécurité à Drancy

L'Ile de France

Journal des élus régionaux d’opposition du 93

journal région

Transports, Sécurité, Formation professionnelle, finances régionales, Martine VALLETON, Bruno BESCHIZZA et Patrick TOULMET, nos 3 conseillers régionaux UMP nous tracent en quelques lignes la politique de la région et ses manquements.