Stains

Tribune au Stains : décembre 2019

Le combat des extrêmes ? Sans nous !

Loin d’être raciste, l’opposition considère qu’un Stanois est un Stanois, peu importe sa religion, son origine ou son quartier. Il est urgent de parler de l’état de nos écoles, de l’isolement des seniors, logement, insécurité, propreté, argent public, sport, emploi, mixité sociale, etc. Ne vous faites pas voler le débat.

Les extrêmes se servent de vous. Le vrai danger, c’est de vouloir installer un faux débat POUR ou CONTRE les musulmans.Azzédine Taïbi, comme Eric Zemmour, surfent sur les peurs pour tirer un bénéfice personnel.

Zemmour, pour vendre plus de livres fait du musulman un ennemi dans un discours qu’il ne tenait pas, en 2011, sur France 2 ou RTL.

Les travaux et la navette 6 mois avant les élections ne suffisaient pas. M. Taïbi, aux abois face une opposition devenue dangereuse pour lui et ses amis, constamment pris en flagrant délit de mensonges, semant la déception parmi ses soutiens historiques, tente de trouver refuge dans le vote musulman pour sauver son siège. Il s’empresse et multiplie les faux pas : manifester à côté de l’Islam politique et de l’extrême gauche radicale, faire une minute de silence pour l’attaque de la Mosquée de Bayonne, alors qu’il n’y a heureusement pas eu de morts, causant l’incompréhension de tous

Le jeu des extrêmes a toujours été le même : choisir et détourner le débat, se nourrir des peurs pour s’ériger en héroset cibler. Les plus grands dictateurs ont suivi cette méthode. La Justice m’a même donné raison en déboutant M. Taïbi qui se sentait injurié lorsque je l’ai comparé à Staline : cette comparaison était appuyée sur des faits réels.

Julien Mugerin

Stains

Taïbi/Zemmour, le combat des extrêmes mais sans nous!

Se servir des musulmans est le jeu dangereux auquel Azzedine Taïbi et certains de ses proches ont décidé de jouer. Comme Eric Zemmour, ils surfent sur les malaises de la société afin d’en tirer un bénéfice personnel.

Zemmour, pour vendre plus de livres fait du musulman un ennemi dans un discours qu’il n’a pas toujours tenu, surtout quand il était la star des plateaux de la télévision publique France 2 ou de la 1ère radio de France RTL. Ces grandes maisons ont décidé de se séparer de ce polémiste qui a peu peu glissé vers l’obscurité.

Taïbi, aux abois face une opposition devenue dangereuse, constamment pris en flagrant délit de mensonges, qui sème les déceptions parmi ses soutiens historiques, a bien senti le malaise de nombreux musulmans qui se sentent discriminés et a décidé de s’en servir. Pour s’arroger leur vote et tenter de sauver son siège, il s’empresse et multiplie les faux pas : manifester aux côtés de ceux qui veulent un Islam politique, les frères musulmans, à faire une minute de silence pour l’attaque de la Mosquée de Bayonne, alors qu’il n’y a heureusement pas eu de morts, causant l’incompréhension en Conseil municipal…

Le jeu des extrêmes a toujours été le même : pourrir le débat, s’ériger en héros pour une partie du peuple en se nourrissant de ses peurs et mener à l’échafaud, l’autre partie du peuple, devenue une cible. Cette méthode fut celle des plus grands dictateurs, l’Histoire nous l’a appris.

La Justice m’a même donné raison en déboutant Azzedine Taïbi lorsque je l’ai comparé à Staline car cette comparaison était appuyée sur des faits précis.

Alors, à tous, n’entrez pas dans le jeu dangereux des extrêmes qui se servent de vous en touchant à ce que vous avez au plus profond de vous.

Le vrai danger aujourd’hui à Stains, c’est de vouloir installer un faux débat politique POUR ou CONTRE les musulmans en voulant bien sûr nous placer contre. Non, l’opposition n’est pas contre les musulmans. Nous n’avons jamais entretenu d’ambiguïté : un Stanois est un Stanois, peu importe sa religion, son origine ou son quartier. Et placer dans le contexte politique actuelle une photo de 2011 ne changera rien à cette réalité.

Il est donc urgent de recentrer le débat sur les sujets qui vous préoccupent vraiment et qui prennent sens dans votre vie. Parlons de l’état de nos écoles, de logement, sécurité, propreté, utilisation de l’argent public, parlons de sport, de nos anciens et de nos jeunes, emploi, mixité sociale, etc

Stains

Tribune au Stains actu : novembre 2019

Cour des comptes : un rapport accablant

La Chambre régionale de la Cour des comptes a analysé la gestion de Stains. Son rapport disponible sur internet est accablant pour la majorité qui veut lui faire dire l’inverse.

Il relève un manque alarmant de maitrise dans la ville, des irrégularités inquiétantes et une transparence très relative. Avec 11 rappels au droit et 4 recommandations, Stains se situe dans le TOP du nombre de points de vigilance.

Ce que nous affirmons depuis 6 ans se confirme,comme l’arnaque des « Plumés de l’austérité » et du recours contre l’Etat : « Stains a bénéficié du renforcement de la péréquation financière entre communes » (dotations) et « les produits de fonctionnement de la commune de Stains se sont accrus sensiblement » (impôts).

Ce rapport nous donne raison d’avoir suivi la gestion municipale, en travaillant nos dossiers (ceux que le Maire n’a pas voulu cacher). L’opposition est convaincue d’avoir joué les garde-fous face une majorité qui se savait surveillée.

Si M. Taïbi s’appuie sur les améliorations constatées entre 2012 et 2017, l’état des finances municipales demeure très moyen, vue notre dépendance aux dotations, une dette importante et des charges de personnel représentant une part écrasante des dépenses de fonctionnement.

Quant à la « déprécarisation » des agents qui expliquerait les augmentations de dépenses de personnel, je m’interroge sur leur malaise, la quinzaine d’agents pour la communication ou encore la gestion à 2 vitesses des ressources humaines dénoncée par beaucoup et confirmée avec l’attribution de primes irrégulières au cabinet.

Julien MUGERIN

Stains

La Cour des comptes scrute les finances de Stains : et c’est pas bon…

Fin septembre, la Chambre régionale de la Cour des Comptes a publié son rapport sur la gestion financière de la ville de Stains. Ce rapport est accablant pour le maire actuel Azzédine Taïbi, qui en a toutefois fait une lecture biaisée et très personnelle.

Aucune surprise à la lecture de ce rapport, qui rejoint et dépasse tout ce que j’ai affirmé depuis le début du mandat. Ce rapport nous donne raison d’avoir exercé un fort contrôle de la gestion financière municipale depuis les élections de 2014, en travaillant nos dossiers et en surveillant la gestion de la ville au quotidien. Qu’en aurait-il été si nous étions restés silencieux face aux égarements de la municipalité? L’opposition a bel et bien joué son rôle de garde-fou.

Les conclusions du rapport relèvent un manque alarmant de maitrise dans la gestion de la ville, des irrégularités inquiétantes et une transparence très relative. En effet, avec 11 rappels au droit et 4 recommandations, Stains se situe dans le haut du classement au vu du nombre de points de vigilance adressés par la chambre : « Des irrégularités importantes à corriger en matière de commande publique », « Une insuffisante maîtrise des dépenses de personnel liée aux faiblesses de la gestion des ressources humaines », « Un suivi partiel et incomplet des relations avec les associations, porteur de risques » etc… telles étaient les grandes conclusions du rapport.

Les principaux points que j’ai relevés sont au nombre de 5.

Nous assistons à un désengagement du Conseil départemental : sa participation passe de 700 000€ en 2012 à 100 000€ en 2017. Que nous apporte donc d’avoir un Maire également conseiller départemental de la majorité??

On constate par ailleurs à un manque de maîtrise dans le paiement des factures, l’évaluation du patrimoine, les effectifs du personnel, et dans le suivi de l’exécution des marchés publics.

On prend note également de marchés irréguliers, quelques titulaires de marchés représentant les dépenses les plus importantes. La vigilance de la Cour des comptes est attirée par le nombre important de contrats passés hors marché. Exemple : les frais d’avocats pour une dépense de

188 145€ auraient dû faire l’objet d’un appel d’offre. Rappelons que de manière générale, une telle procédure assure une mise en concurrence des entreprises et empêche qu’un maire puisse en choisir une en fonction d’autres intérêts que ceux de la ville.

Gros point rouge également constaté ; les dépenses de personnel. Elles ont augmenté de 5,2 millions d’euros de 2012 à 2017, les TAP ne représentant que 1,2 millions d’euros; leur temps de travail est de 81h inférieur à la durée réglementaire, ce qui coûte 1,2 millions d’euros par an. Le taux d’absentéisme est élevé, 14% en 2017 et est en progression : il coûte 5,2 millions d’euros en 2017 soit 115 ETP (Equivalents d’un emploi en Temps Plein). Sur ce point, je me suis d’ailleurs interrogé sur le fort malaise dans l’administration, la quinzaine d’agents pour la communication ou encore la gestion à 2 vitesses des ressources humaines dénoncée par beaucoup d’entre eux qui est confirmée dans ce rapport avec l’attribution de primes irrégulières à des membres du cabinet du Maire.

Pour finir, le rapport évoque des irrégularités dans la gestion du personnel tels qu’un écart entre les éléments renseignés à la Cour des comptes et les fiches de paie.

Enfin, au niveau des finances, on constate une véritable dépendance de la ville vis-à-vis des dotations, indicateur selon moi d’une mauvaise gestion générale ; les recettes réelles de fonctionnement sont en hausse de 15,1% de 2012 à 2017, mais l’importante capacité d’autofinancement est essentiellement soutenue par les dotations. Des dotations en hausse contrairement à ce que les coups de com d’azzedine Taïbi voulaient nous faire croire : « plumés de l’austérité », recours contre l’état, etc… La ville est dépendante des financements extérieurs qui augmentent heureusement. Qu’en sera-t-il demain?

Si dans sa communication, Azzédine Taïbi s’appuie sur les améliorations constatées entre 2012 et 2017 par la Cour, il faut rappeler que la situation désastreuse des comptes de la ville à son élection relevait de l’urgence : endettement explosant les seuils d’alerte, emprunts toxiques et manque total de maîtrise de la dépense publique.

Pour les plus courageux retrouvez le rapport complet : https://www.ccomptes.fr/fr/publications/commune-de-stains-seine-saint-denis-2