Stains

Notre tribune du 7 jours à Stains : novembre 2016

Le Maire refuse d’armer la police municipale

img_5073Jeudi soir, au Globe, une femme panique car elle vient d’être victime d’un vol à la portière. Vendredi matin, quartier du Maroc, une altercation entre des hommes se conclue aux coups de couteaux. Dimanche soir, je reçois un coup de fil m’apprenant qu’une jeune femme a subit un vol à l’arrachée à la Croix blanche : en s’accrochant à son sac, elle chute et se fracture le crâne. Rue Victor Renelle, un groupe de jeunes perturbe chaque soir la tranquillité des riverains. Voilà une petite série de faits don j’ai été témoin ou qui m’ont été rapportés en l’espace de 3 jours et à laquelle chacun peut s’identifier. Révéler ces faits, ce n’est pas stigmatiser Stains mais dire la vérité. Eviter de parler des problèmes n’a jamais permis de les régler.

Dans le questionnaire stanois réalisé au printemps vous étiez 95% à considérer que la ville doit faire plus en matière de sécurité. Voilà ce que la majorité municipale n’a pas compris en rejetant notre proposition d’armer les agents de la Police municipale, de porter leur nombre à 36 (1 pour 1000 habitants) et de mettre en place une véritable videoprotection de nos rues.

Personne ne croit qu’il s’agisse d’une solution miracle mais ces mesures qui ont déjà fait leurs preuves permettraient à la Police municipale de mieux NOUS protéger et mieux SE protéger. Oui SE protéger car il ne faut pas oublier que depuis l’accroissement de la menace terroriste les agents en uniforme sont devenus des cibles de choix. La fermeture, début novembre, d’une mosquée dont certains responsables étaient liés au salafisme et au «djihad» doit nous rappeler que le danger est partout et souvent proche de chez nous. Azzedine Taibi a eu raison de rappeler que l’immense majorité des musulmans pratiquent leur religion dans le respect de notre culture mais il ne faut pas être naïf sur la présence à Stains de l’intégrisme islamiste que nous étions déjà nombreux à suspecter.

Malgré le rejet incompréhensible de la majorité, le débat en conseil municipal nous a appris que le Maire évaluait nos mesures à 2 millions d’euros par an (beaucoup d’entre elles bénéficieraient d’aides financières). Mais que valent 2 millions d’euros sur un budget sécurité actuel de 8 millions? Que valent les vies des Stanois? Que vaut l’emploi dont on sait que l’insécurité est un frein majeur pour notre territoire ? Pourquoi même les maires de gauche s’y mettent-ils, comme Sarcelles en octobre ? Sans compter qu’une plus grande efficacité de la Police municipale, ce sont des recettes supplémentaires. La vraie raison, c’est que la Municipalité privilégie un traitement doux et social de l’insécurité dont on voit l’efficacité. Nous, nous choisissons la réussite sociale et le rétablissement de l’ordre et de l’autorité. Voilà notre différence.

Julien Mugerin

Suivez notre actualité sur les réseaux sociaux @STAINS POUR TOUS et contactez-nous au 07 85 55 88 96.

 

Publicités
Stains

Insultes et menaces antisémites à l’encontre d’un jeune conseiller municipal de Stains

Laurent DRAI, Conseiller municipal de Stains, a fait l’objet d’insultes antisémites dans un bus de Stains puis de menaces de mort écrites en raison de son appartenance à la communauté juive.

Déjà victime d’agressions racistes par le passé et en raison de la connaissance par les auteurs de la localisation exacte de son domicile, Monsieur DRAI a effectué un dépôt de plainte au commissariat de Stains-Pierrefitte.

Appartenant au groupe « Stains pour tous – UMP » au Conseil municipal de Stains conduit par Julien MUGERIN, Laurent DRAI a été reçu par le Maire Azzedine TAIBI.

Même si le Maire semblait être touché humainement par la situation du jeune juif, il n’en reste pas moins déterminé dans sa position jugée dangereuse par les élus du groupe « Stains pour tous » à la lumière des évènements de la semaine dans la ville voisine de Sarcelles.

L’absence de réaction de la part de la mairie pour effacer les tags de drapeaux palestiniens sur des bâtiments publics, une banderole appelant à la solidarité avec la Palestine instaurent dans la ville un climat propice à l’expression d’une haine latente contre les Juifs.

Egalement cité dans le message de menace, Julien MUGERIN réitère son appel au Maire de Stains à veiller à ce que le conflit israëlo-palestinien ne s’importe pas à Stains et à exprimer, si c’est le cas, son refus des agressions antisémites et son soutien aux Juifs de Stains.

Laurent Drai, Conseiller municipal de Stains
Laurent Drai, Conseiller municipal de Stains
Stains

Il frappe la buraliste et lui vole sa caisse

Extrait du Parisien 93 du 28/04/2014

Peu avant 13 heures, hier, un homme armé d’un pistolet, ganté et le visage dissimulé sous une cagoule, s’est attaqué au bar-tabac de la rue du Moulin-Neuf à Stains. Le voleur n’a pas fait usage de son arme mais a donné plusieurs coups à la buraliste afin de se faire remettre le contenu de la caisse. Il s’est ensuite enfui dans une voiture qui s’est révélée, après vérification de la plaque, avoir été volée. Le montant du butin n’était pas connu hier soir.

Saint-Denis

Quelle honte!! BRAOUEZEC complice de ses propres agresseurs

L’agression dont Patrick BRAOUEZEC, Député sortant et Président de Plaine Commune a fait l’objet jeudi dernier possède le même caractère inacceptable que celles auxquelles sont confrontés des centaines de dionysiens et dionysiennes chaque année.

Rappelons que plus d’une fois, Saint-Denis a été classée ville la plus dangereuse de France.

Malgré les efforts et les bons résultats du Gouvernement et de Nicolas SARKOZY en matière de Sécurité, y compris dans les quartiers de nos villes, la délinquance violente reste un fléau. C’est pour cette raison que ces efforts auraient du être accompagnés par l’action de la Ville de Saint-Denis :

– par la mise en place d’une Police Municipale aux prérogatives et aux moyens de coercition les plus complets dans ce que permet la Loi

– l’installation de la vidéoprotection sur l’ensemble de la Ville (aidée financièrement par l’Etat!!)

Les moyens financiers, nous les avons. Les outils légaux, nous les avons. Les élus et candidats de droite et du centre le réclament depuis de nombreuses années. Sclérosés dans leur idéologie, les élus de gauche se refusent à agir. Ils sont donc responsables de cette dangerosité de notre Ville. Et parmi ceux-ci, nous trouvons en premier lieu, le même Patrick BRAOUEZEC suivi de près par Didier PAILLARD, le Maire et Florence HAYE Conseillère générale et 1ère adjointe en charge de la « Tranquillité publique ».

Patrick BRAOUEZEC est donc victime de ses propres choix et de son idéologie.

Mais comme si cela ne suffisait pas, nous apprenons par le PARISIEN du 14/04/12 que notre Député ne souhaitait pas porter plainte contre ses agresseurs, qu’il restait silencieux sur la question et que sur place même, il tenait à ce qu’ils soient relâchés!

Quelle honte!! Lorsque l’inaction devient de la complicité, de la couverture, il est temps de se demander quels sont les intérêts de notre élu.

 

Dionysiens, Dionysiennes, ce n’est pas sur Patrick BRAOUEZEC complice de ses propres agresseurs qu’il faudra compter pour votre sécurité! Souvenez vous en en JUIN PROCHAIN!!