Uncategorized

Notre tribune au 7 jours à Stains : juin 2017

En juin, Stains insoumise !

Etre insoumis, c’est refuser le régime en place. Et si à Stains, la véritable insoumission était de mettre un terme à la logique d’appropriation de notre ville et des villes alentours par le parti communiste ?

Le diktat du Maire et de ses proches, c’est la volonté de s’approprier les gens : nous évoquons régulièrement l’obligation pour les associations d’entretenir les meilleures relations avec la Municipalité pour pouvoir disposer de salles ou de subventions. Mais également celle des employés municipaux victimes de pressions et de la désorganisation et qui n’ont pas le droit d’adresser la parole aux élus de l’opposition. Même les expulsés ne sont pas tous logés à la même enseigne : si vous ne faites pas partie des « amis », vous ne serez pas soutenus par les écharpes tricolores à l’arrivée des huissiers… Les élus de l’opposition rencontrent régulièrement des personnes dans cette situation.

Mais nous subissons également une appropriation du territoire : lorsqu’ils donnent un nom à une rue, la Municipalité impose systématiquement des personnalités « humanistes » (en réalité marxistes). C’est le cas de la plupart des rues baptisées sous le mandat d’Azzédine Taïbi quand d’autres villes préfèrent des personnalités locales, des sportifs, des artistes de renom, etc… Attention, nous ne sommes pas contre les communistes par principe : nous serions par exemple très heureux que l’on donne à une rue le nom de Louis Pierna, maire communiste apprécié par beaucoup de Stanois, au-delà des étiquettes politiques. Nous voulons simplement de la diversité, nous voulons que chacun puisse se sentir représenté. La Ville n’appartient à aucun groupe politique ou bande d’amis. Cette équipe étouffe les Stanois et les soumet à une pression digne des régimes staliniens où on vous indique à qui parler, que penser, que croire. De l’air ! Les Stanois ne sont pas des moutons, ils n’en peuvent plus.

Etre insoumis à Stains, c’est faire ce que les Dugnysiens et les Blanc-mesnilois ont réussi à faire en d’autres temps, en renversant un pouvoir qui était aux manettes depuis des décennies et qui, vu ce qui a été découvert dans les ateliers municipaux du Blanc-Mesnil, s’appropriait même le bien public.

A l’occasion des législatives, être insoumis, c’est appeler à faire battre Marie-Georges Buffet représentante du PCF et indéfectible soutien de la Municipalité mais également le parti socialiste qui lui a permis d’être élue à 100% en 2012. C’est lui dire qu’après 20 ans de mandat à l’Assemblée nationale, il faut penser au renouvellement, qu’on ne peut pas défendre la retraite à 60 ans et se représenter à l’âge de 68 ans. C’est lui rappeler qu’elle ne peut décemment pas être la députée d’un territoire comme le nôtre, qui se métamorphose en 2017 grâce à l’ANRU, au Clos, au Moulin Neuf, à la Cité jardin, au Maroc, alors qu’elle s’était abstenue de voter la Loi du Gouvernement de droite qui l’a permis en 2003.

Etre insoumis à Stains, c’est aussi honorer la mémoire de Charles de Gaulle ce que le Maire refuse de faire dans ses discours. Aucune cérémonie officielle n’étant prévue par la Ville, nous vous invitons donc à commémorer l’Appel du 18 juin lancé depuis Londres par le Général de Gaulle. En raison du 2nd tour de l’élection législative nous vous donnons rendez-vous le samedi 17 juin à 11h au Monument aux Morts de Stains.

Suivez notre actualité sur les réseaux sociaux @STAINS POUR TOUS et contactez-nous au 07 85 55 88 96.

Julien Mugerin

IMG_0625
A Stains, quartier du Maroc, on s’interroge sur la prolongation du mandat de MG Buffet
Publicités
Uncategorized

Cérémonie du 18 juin à Stains

Afin de commémorer l’Appel à la Résistance lancé depuis Londres par le Général de Gaulle le 18 juin 1940, les élus du groupe Stains pour tous vous invitent à une cérémonie qui aura lieu le 17 juin (la veille) en raison du second tour des élections législatives.

Cette année encore, il s’agira d’une initiative du groupe d’opposition, le Maire refusant d’honorer la mémoire et le rôle incontournable du Général dans la libération de notre pays.

Venez nombreux !

Uncategorized

Bon Ramadan!

Je souhaite un bon Ramadan à tous les musulmans.

Que ce mois de jeûne soit pour vous un phare sur votre route vers la sagesse.
Que vos rencontres familiales qui se multiplieront au cours du Ramadan soient aussi l’occasion de transmettre les valeurs de tolérance, de respect et de paix de l’Islam.

La transmission familiale sera toujours plus forte contre ceux qui se sont perdus et veulent dévoyer votre religion vers la haine, l’obscurantisme et la violence.
Bon Ramadan à vous.

Uncategorized

Mon allocution au Conseil municipal sur la dénomination de nouvelles rues à Stains

Monsieur le Maire,
Nous n’avons rien contre des noms de rues donnés à des personnalités communistes, mais chacun se rendra compte que sur les 6 nouvelles dénominations de rues, 4 sont réservées à des personnalités marxistes et une en était très proche mais également membre du FLN*.
A un moment, on ne peut que dire que trop c’est trop. On veut de la diversité, des noms qui rassemblent, tous les stanois. Il nous faut des figures en lesquelles chacun se reconnaîtra et qui dépassent tous les partis, les idéologies. Le seul critère pour qu’une rue de Stains porte le nom d’une personnalité devrait être l’exemplarité. 
N’y voyez là aucun anti-communisme primaire. Nous serions particulièrement fiers que Louis Pierna ait une rue à son nom. Mais la richesse nait de la diversité : 5 rues sur 6, sans compter les précédentes dénominations, c’est beaucoup. Je sais que vous avez du mal avec les opinions différentes de la vôtre. Mais si être communiste c’est être contre la propriété privée, la ville de Stains n’est pas non plus la propriété de votre équipe. Oui vous vous comportez en propriétaire terrien, en petit prince qui se donne le droit de nommer les choses comme bon lui semble. Votre volonté c’est d’enfermer la Ville et ses habitants dans votre pensée.
Vous choisissez de tout politiser, la vie associative conditionnée à de bonnes relations avec la municipalité, les personnes que vous décidez d’aider, y compris en cas d’expulsion locative, les noms de nos rues et même les cérémonies patriotiques que vous inondez par vos discours politiques alors que le public vient seulement rendre hommage aux morts pour la France. Ce n’est pas le lieu de parler capitalisme, de montée du Front national, de la Palestine ou de l’opposition municipale. C’est encore moins le moment de mettre un autre drapeau que le drapeau Français sur l’affiche invitant à une cérémonie d’hommage aux personnes ayant donné leur vie pour la France. Cette affiche était une faute lourde. Vous avez piétiné la France et déshonoré votre fonction par votre manque de patriotisme.
Je dis que vous vous comportez en petit prince mais non en réalité : c’est en dictateur que vous vous comportez. Une douce dictature qui n’emploie ni arme, ni prison, mais une dictature tout de même, au sens d’un régime qui vous ordonne quoi dire, avec qui parler, où aller, quoi penser. Cela s’est appliqué à nous, opposition mais s’applique également aux Stanois.
Lors de votre discours à l’occasion de la cérémonie du 8 mai, vous avez fait une litanie des communistes engagés à la libération, en ne citant qu’une seule fois le Général de Gaulle. Ce qui est déjà un progrès par rapport aux années précédentes. Je tiens à vous préciser, là encore, que nous avons le plus grand respect pour l’engagement des communistes qui ont été incontournables dans la Libération de notre pays, mais contrairement à vous, nous en avons pour tous les résistants quels qu’aient été leurs convictions, leurs raisons. Et nous en avons encore plus pour celui qui a été le chef de la France Libre : le général de gaulle. Rendez lui hommage à la hauteur de l’homme qu’il a été !
Vous avez le syndrome du parti qui se sait en voie de disparition et qui veut absolument laisser une trace. Mais rassurez-vous, le mauvais état de la ville, les chances que nous laissons passer, le laissez-aller, voilà quelle sera votre trace.
Les gens n’en peuvent plus de votre emprise qui étouffe, qui divise, qui oblige. Même les catégories que vous faites et que vous vous croyez acquises veulent de l’air. Alors ces rues vous les baptiserez,  sans nous d’ailleurs. Mais laissez les stanois respirer, de l’air !

*Rosa Luxembourg, Jean-Paul Sartre, Jack London, Madeleine Riffaut, Franzt Canon et… Rosa Parks. 

Uncategorized

Tribune du 7 jours à Stains : mai 2017

Ce dimanche 7 mai a vu l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République. Au cours de cette campagne passionnante et riche en rebondissements, chacun avait de quoi faire son choix.

A plus de 78% pourcents, les Stanois l’ont choisi pour Président. Pour la France, et pour Stains, je lui souhaite la plus grande réussite car les 5 prochaines années seront fortes en enjeux pour notre pays : sécurité face au terrorisme, emploi et économie, identité de notre pays, challenge mondial et européen, etc… 

Comme sous François Hollande et comme cela aurait été le cas si n’importe lequel des candidats l’avait emporté, et quelle que soit la majorité qui sortira des élections législatives en juin prochain, STAINS POUR TOUS s’engage à rester vigilant à la politique qui sera menée.

D’ores et déjà, nous serons très attentifs à la suppression de la taxe d’habitation voulue par le Président élu : telle que présentée, cette réforme représente un danger pour les communes, car mal compensée, c’est une perte de recettes importante. Nous resterons également exigeants en matière de sécurité, pour que Stains ne sera pas laissée de côté parmi les 10 000 postes de police et de gendarmerie qu’il prévoit de créer.

Vous l’aurez compris, face à Emmanuel Macron et à la majorité parlementaire qui sortira en juin prochain, nous resterons fermes et sans complaisance, mais également justes et reconnaissants selon ce qui sera réservé aux Stanois. Si STAINS POUR TOUS en tant que telle est resté en dehors de cette campagne présidentielle, c’est bien parce qu’il rassemble des membres d’opinions différentes mais aussi pour demain, être en mesure d’être juge de paix, uniquement guidé par l’intérêt des Stanois.

Depuis 3 ans, notre motivation à défendre notre ville n’a pas changé. Il faut dire qu’elle dérange certains dans la Majorité municipale à en croire l’attitude du Maire et de certains élus qui nous calomnient en public ou nous ferment les portes des réunions publiques. Monsieur Kassem Idir en est un bel exemple : en criant et en refusant notre présence aux réunions qu’il conduit, il croit nous intimider. Sans succès. Il vient également perturber nos rencontres avec les habitants dans les quartiers, dans le seul but d’empêcher tout contact entre vous et nous : cela ne fait que renforcer notre détermination car cela exprime en réalité une crainte. Ils tentent de se rassurer avec le score certes important à Stains de Jean-Luc Mélenchon au 1er tour : un score comparable à d’autres villes du département ayant basculé à droite et très heureuses de leurs nouveaux maires…

Peu importe qui il a face à lui, le mouvement STAINS POUR TOUS restera donc fidèle à son engagement de 2014 pris lors de sa fondation : priorité à Stains et à ses habitants.

Suivez notre actualité sur les réseaux sociaux @STAINS POUR TOUS et contactez-nous au 07 85 55 88 96.

Julien Mugerin

Uncategorized

Le Maire de Stains refuse de condamner la prière au marché et mon agression

Lors du conseil municipal de jeudi 26 janvier, le groupe à Stains pour tous s’attendait à une condamnation de la part du maire de Stains de l’agression dont j’ai été victime le 24 décembre et de la prière se déroulant régulièrement sur le marché.

Le résultat fut totalement inverse, les communistes préférant detourner l’attention sur les commentaires de l’extrême droite publiés sur mon mur à la suite de ma publication que j’avais d’ailleurs condamné à maintes reprises. Ils oublient d’ailleurs les commentaires tout aussi haineux envers la France.

Au final, rien sur la prière, rien sur mon agression. Quelle honte d’être gouvernés par une telle équipe antipatriote, et semeuse de division.

La question posée par Marie-Claude Goureau (LR).

La réponse de Mathieu Defrel au nom du groupe communiste et de Najia Amzal au nom du groupe socialiste.

La réponse d’Azzedine Taïbi feignant la surprise et l’indignation.