Stains

La Cour des comptes scrute les finances de Stains : et c’est pas bon…

Fin septembre, la Chambre régionale de la Cour des Comptes a publié son rapport sur la gestion financière de la ville de Stains. Ce rapport est accablant pour le maire actuel Azzédine Taïbi, qui en a toutefois fait une lecture biaisée et très personnelle.

Aucune surprise à la lecture de ce rapport, qui rejoint et dépasse tout ce que j’ai affirmé depuis le début du mandat. Ce rapport nous donne raison d’avoir exercé un fort contrôle de la gestion financière municipale depuis les élections de 2014, en travaillant nos dossiers et en surveillant la gestion de la ville au quotidien. Qu’en aurait-il été si nous étions restés silencieux face aux égarements de la municipalité? L’opposition a bel et bien joué son rôle de garde-fou.

Les conclusions du rapport relèvent un manque alarmant de maitrise dans la gestion de la ville, des irrégularités inquiétantes et une transparence très relative. En effet, avec 11 rappels au droit et 4 recommandations, Stains se situe dans le haut du classement au vu du nombre de points de vigilance adressés par la chambre : « Des irrégularités importantes à corriger en matière de commande publique », « Une insuffisante maîtrise des dépenses de personnel liée aux faiblesses de la gestion des ressources humaines », « Un suivi partiel et incomplet des relations avec les associations, porteur de risques » etc… telles étaient les grandes conclusions du rapport.

Les principaux points que j’ai relevés sont au nombre de 5.

Nous assistons à un désengagement du Conseil départemental : sa participation passe de 700 000€ en 2012 à 100 000€ en 2017. Que nous apporte donc d’avoir un Maire également conseiller départemental de la majorité??

On constate par ailleurs à un manque de maîtrise dans le paiement des factures, l’évaluation du patrimoine, les effectifs du personnel, et dans le suivi de l’exécution des marchés publics.

On prend note également de marchés irréguliers, quelques titulaires de marchés représentant les dépenses les plus importantes. La vigilance de la Cour des comptes est attirée par le nombre important de contrats passés hors marché. Exemple : les frais d’avocats pour une dépense de

188 145€ auraient dû faire l’objet d’un appel d’offre. Rappelons que de manière générale, une telle procédure assure une mise en concurrence des entreprises et empêche qu’un maire puisse en choisir une en fonction d’autres intérêts que ceux de la ville.

Gros point rouge également constaté ; les dépenses de personnel. Elles ont augmenté de 5,2 millions d’euros de 2012 à 2017, les TAP ne représentant que 1,2 millions d’euros; leur temps de travail est de 81h inférieur à la durée réglementaire, ce qui coûte 1,2 millions d’euros par an. Le taux d’absentéisme est élevé, 14% en 2017 et est en progression : il coûte 5,2 millions d’euros en 2017 soit 115 ETP (Equivalents d’un emploi en Temps Plein). Sur ce point, je me suis d’ailleurs interrogé sur le fort malaise dans l’administration, la quinzaine d’agents pour la communication ou encore la gestion à 2 vitesses des ressources humaines dénoncée par beaucoup d’entre eux qui est confirmée dans ce rapport avec l’attribution de primes irrégulières à des membres du cabinet du Maire.

Pour finir, le rapport évoque des irrégularités dans la gestion du personnel tels qu’un écart entre les éléments renseignés à la Cour des comptes et les fiches de paie.

Enfin, au niveau des finances, on constate une véritable dépendance de la ville vis-à-vis des dotations, indicateur selon moi d’une mauvaise gestion générale ; les recettes réelles de fonctionnement sont en hausse de 15,1% de 2012 à 2017, mais l’importante capacité d’autofinancement est essentiellement soutenue par les dotations. Des dotations en hausse contrairement à ce que les coups de com d’azzedine Taïbi voulaient nous faire croire : « plumés de l’austérité », recours contre l’état, etc… La ville est dépendante des financements extérieurs qui augmentent heureusement. Qu’en sera-t-il demain?

Si dans sa communication, Azzédine Taïbi s’appuie sur les améliorations constatées entre 2012 et 2017 par la Cour, il faut rappeler que la situation désastreuse des comptes de la ville à son élection relevait de l’urgence : endettement explosant les seuils d’alerte, emprunts toxiques et manque total de maîtrise de la dépense publique.

Pour les plus courageux retrouvez le rapport complet : https://www.ccomptes.fr/fr/publications/commune-de-stains-seine-saint-denis-2

Publicités
Stains

Tribune au Stains actu : octobre 2019

Des disparitions marquantes

Nous avons été touchés collectivement par les adieux à despersonnes qui chacune à leur façon ont œuvré pour Stains.

Je devais évoquer le rapport inquiétant de la Cour des comptes sur la gestion de la commune, le procès que m’a intenté M. Taïbi ou son silence sur le coût de son bilan de mandat mais jesouhaite consacrer la tribune de ce mois à ces défunts car ils le méritent bien plus.

Je pense à Dalila FERKOUS, qui à travers l’association SFMAD a aidé des familles à remonter la pente en se formant et s’insérant professionnellement.

Je pense ensuite au Père Guy GELLY, prêtre de Stains qui était connu bien au-delà des parvis de nos 3 églises. Pour ma part, je le connaissais depuis 19 ans et, comme beaucoup, il m’a poussé à m’exprimer, m’engager sous son regard et son sourire bienveillants qui manqueront à plus d’un.

Enfin, septembre a vu le départ d’un homme d’Etat : le Président Jacques CHIRAC. Chacun pourra piocher une raison de lui rendre hommage parmi la création de l’ANPE, la reconnaissance de l’esclavage, de la participation française à la collaboration, le non à la guerre en Irak, la construction européenne ou son action contre l’insécurité. A Stains, nous sommes marqués par la rénovation de nos quartiers populaires dès 2002, avec le plan Borloo et ses 46 milliards injectés. Il aura transformé la Cité-jardin, le Moulin neuf, le Clos St Lazare, la cité du Maroc. Pour l’emploi, il a créé les zones franches urbaines. Je suis fier d’être issu de la famille politique de Jacques Chirac et souhaite qu’une rue porte son nom dans notre ville.

Contact : 07 85 55 88 96 ou www.julienmugerin.fr

Julien MUGERIN

 

Stains

Pour nos quartiers populaires à Stains, une rue Jacques Chirac ?

IMG_1172En cette journée de deuil national en mémoire de Jacques Chirac, l’élu de Stains que je suis ne peut pas s’empêcher de penser à ce que cette disparition peut représenter pour notre ville.

Je ne suis pas de ceux qui idéalise les gens, une fois disparus mais il faut dire une vérité qui n’est dite que sur les rangs de l’opposition. La rénovation urbaine, organisée, financée dans un vaste plan mené par Jean-Louis Borloo, c’était Chirac ! Les Zones Franches Urbaines, c’était sous sa présidence aussi poursuivie par ses successeurs.

Ces politiques ont permis la rénovation de 4 de nos quartiers : Moulin neuf tout d’abord, Cité jardin, Clos St Lazare et le Maroc, associé à Sarcelles. Et comme rénover l’habitat ne suffisait pas, des plans ont été créés par ces mêmes gouvernement pour travailler sur l’habitant. C’est ainsi que sont nés tant de dispositifs en faveur des Stanois : Atelier Santé Ville Stains, Contrat Local Sécurité, Projet de Réussite Educative, etc…

La politique humaniste de Jacques Chirac, se mesure encore au quotidien dans notre ville.

Alors pour ces métamorphoses, pour cet accompagnement, nous vous disons merci Monsieur le Président. Et nous souhaitons que l’une de nos rues, plus particulièrement dans nos quartiers populaires porte votre nom.

Stains

Tribune au Stains actu : septembre 2019

Un beau bilan pour détourner l’attention

«L’élan populaire» joue aux héros en multipliant les réunions publiques, les actes de présence, ou les coups de com pour détourner vos regards de ses échecs. Votre ville n’est pas plus sûre, plus propre, plus agréable, vous entendez plus que jamais « ça y est enfin, je quitte Stains ». Nous avons un nouveau tramway, un marché rénové oui mais grâce au financement de la Région. Total qui s’installe à la demande de la Métropole.Une nouvelle médiathèque qui appartient à Plaine Commune, des quartiers renouvelés mais grâce à l’Etat… 

Ce même Etat qui perfuse notre budget – nous sommes la 2èmeville du 93 la plus aidée après Clichy-sous-bois  mais contre lequel le Maire veut faire un recours. Un tel succès qu’il lui aura fallu près d’un an pour que 3 maires (sur 40) l’accompagnent.

Pourtant la semaine dernière, vous avez reçu dans vos boîtes aux lettres un bilan des plus glorieux ! Pourquoi maintenant ? Parce que c’était interdit après le 1er septembre. C’est pour cela que jusqu’au bout, le 31 août, Azzédine Taïbi distribuait ce document sur le marché, au même endroit où l’on distribue les tracts de campagne, confirmant ce que j’écrivais dans la tribune qui m’a été permis d’y écrire.

Le plus scandaleux, c’est que ce bilan dont j’évalue le coût à plus de 10 000€ (je m’en assurerai au prochain conseil municipal), c’est vous qui le payez !

Je préfère finir sur notre jeunesse qui rentre en classe pour percer les nuages ou dont on voit qu’elle s’engage pour le cadre de vie avec le Clean challenge en cours dans plusieurs quartiers. Bonne chance à eux.

Julien Mugerin

Stains

Bilan de mandat : tribune de l’opposition

Sa campagne est lancée

Dans ce tract déguisé que vous payez, vous pouvez lire ce que vous savez faux : avec « l’élan populaire » tout va bien àStains.

Votre quotidien vous le connaissez : les incivilités, la saleté des rues, les cages d’escalier occupées, les trafics, l’insécurité. Pire, la ghettoïsation, le communautarisme ont accéléré. Les agents souffrent, l’opposition est calomniée, on vous a menti avec des discours répétés en boucle.

Heureusement, il y a eu les autres pour financer la rénovation Cité jardin et au Clos, du marché, l’arrivée du tram, de la médiathèque, du collège Barbara et de Engie.

Ne disons plus « c’est normal, c’est Stains ». Soyons exigeants et retrouvons notre Stains : rassemblée, solidaire,  la Loi est respectée.