L'Ile de France, Stains

Le lycée Utrillo mérite des actes !

Pendant que la Région agit, le Maire joue la comédie !

Cette semaine un article est paru dans le journal Libération à propos de la situation du lycée Maurice Utrillo.

Peu après, le Maire s’est fendu d’un communiqué sur les réseaux sociaux afin d’apporter son soutien aux personnels, élèves et parents. Quel hypocrisie, lorsque l’on sait que les violences qui ont touché l’établissement au printemps dernier émanaient de l’extérieur, c’est à dire de la ville.

Je me souviens aussi qu’au terme de la visite de Valérie Pécresse au lycée Utrillo, lorsque nous sommes arrivés sur le parvis à l’extérieur, au moment même où se posait la question de l’action de la Ville pour sécuriser les abords, le chef de cabinet du maire a soudainement disparu. Venir aujourd’hui parler de soutien après un tel abandon, c’est fort ! Du grand art, digne des plus grands acteurs…

Je profite donc de cette actualité pour faire un point 6 mois après la venue de la Présidente de Région, qui, je le rappelle, n’a compétence que sur l’intérieur du lycée :

  • Le rehaussement de la clôture est en cours
  • Les caméras existantes ont été réglées pour plus d’efficacité et 3 nouvelles caméras ont été installées
  • Une étude pour sécuriser les entrées depuis le parvis sont prévues pour janvier 2019
  • Le chantier de rénovation du foyer des élèves, de la cafétéria et de la rotonde sont programmés pour début 2019
  • Le CDI bénéficie d’une enveloppe de 7000 euros pour son équipement.

Par ailleurs des travaux sur d’entretien du bâti sont lancés pour améliorer le confort des usagers de l’établissement.

Notons également que ces évènements n’ont pas soudainement déclenché un intérêt pour le lycée : depuis l’élection de Valérie Pécresse en décembre 2015, ce sont 3 subventions qui ont été attribuées pour sécuriser les abords.

Pour finir, et vous dire à quel point la sécurité des jeunes mais aussi de tous les Stanois compte peu pour le Maire de Stains, la Région propose des subventions aux villes afin qu’elles s’équipent ou de financer la pose de caméras : aucune demande concernant Stains n’a été enregistrée au Conseil régional…

Quelle comédie !

30768297_260562014485519_1230937691_o

Publicités
L'Ile de France, Stains

Valérie Pécresse à Stains au lycée Utrillo

30223802_260561914485529_475203974_oJe suis très heureux d’avoir pu accompagner la présidente de la Région en visite ce midi au lycée Maurice Utrillo. Au contact des personnels, élèves et parents, Valérie Pécresse a montré sa détermination pour la réussite des jeunes de Stains et de Pierrefitte.

Ce fut tout d’abord une rencontre riche avec des représentants de lycéens, de professeurs, du personnel régional et de parents d’élèves. Cette réunion se fit à huis clos pour préserver la qualité d’un échange cordial et dans le respect où chacun a pu s’exprimer.

A titre personnel, j’admire la capacité d’écoute de Valérie Pécresse qui n’a écarté aucun sujet et a répondu à chaque question qui lui avait été posée de manière constructive. Femme à poigne elle a su dire non aux réclamations qui n’étaient pas réalisables et femme passionnée par notre territoire, elle s’est montrée ouverte à l’expression des besoins qui permettront aux jeunes Stanois de réussir. Car au final, c’était bien là le sujet : j’ai été heureux de l’entendre défendre le droit à la réussite des élèves du lycée Maurice Utrillo, rappelant à plusieurs reprises les très bons résultats acquis par la témérité des élèves mais également un engagement fort de l’équipe pédagogique.

Cette visite n’était pas une simple visite de courtoisie : la présidente fait d’Utrillo un lycée pilote pour la Région. Les besoins du lycée ont été listés, diverses réflexions sur la sécurisation ont été amorcées et donneront lieu à des aménagements, mais surtout, des travaux très concrets auront lieu dans les prochaines semaines et mois. Certains travaux étaient prévus de longue date du fait de la vétusté du bâtiment, d’autres accéléreront suite à la crise qu’a connu l’établissement. La construction prochaine du lycée de Pierrefitte a été rappelée : attendu pour 2021, il permettra de régler le problème de surpopulation d’Utrillo qui pèse au quotidien. En tant que membre du conseil d’administration du lycée pour la région, je veillerai à ce que cette réunion ait des suites.

Petit bémol toutefois pour la Ville de Stains. On sait que les problèmes de ces derniers jours sont liés à des évènements extérieurs. Or le Maire de Stains, ne pouvant pas être présent en personne, avait mandaté un membre de son cabinet. Mais en plus cette personne, présente dès l’arrivée de la Présidente dans le lycée, a pourtant soudainement disparu au moment où la visite arrivait sur le parvis… Comble de la lâcheté alors que des lycéens avaient évoqué quelques minutes avant leur sentiment d’insécurité dans la rue Jean Durand et qu’il était prévu que l’on aborde sur le fameux parvis la question d’aménagements extérieurs. Il n’aurait peut-être pas été facile de manipuler cet auditoire comme ils le font quotidiennement avec les Stanois.

L'Ile de France, Stains

Solidarité avec le lycée Maurice Utrillo de Stains

L’image contient peut-être : arbre et plein air

Depuis hier, le lycée Maurice Utrillo de Stains est au centre de toutes les attentions, notamment médiatiques et politiques. On doit ce tout nouvel intérêt à l’alerte ultime lancée par les enseignants et parents qui n’en peuvent plus de voir la situation s’aggraver et les agressions dont la visibilité et la violence sont plus fortes que jamais. Je tiens tout d’abord à les féliciter pour leur mobilisation et leur témoigner de ma solidarité. J’invite d’ailleurs tous ceux qui le peuvent à les rejoindre dimanche 8 avril à 10h pour une manifestation contre ces actes qui posent de nouvelles entraves à la réussite de nos jeunes.

 Lorsque l’on est de Stains et que l’on parle avec nos jeunes, on sait que ce n’est pas nouveau. Il y a quelques années, lors d’un conseil municipal, j’avais même évoqué le fait que certains élèves venaient armés en cours, non pas pour attaquer mais pour pouvoir se défendre en cas de besoin, parce qu’ils avaient été témoins de scènes devant ce lycée. A l’époque, l’équipe d’Azzédine Taïbi, le Maire de Stains, avait crié au scandale parce qu’elle ne connaissait pas cette réalité… ou bien parce qu’il ne fallait pas en parler. L’opposition municipale Stains pour tous réclame toujours des moyens supplémentaires pour une police municipale tandis que la majorité a décidé de réduire le budget en terme de personnel et de ne pas investir dans le domaine. Choquant !

 En tant qu’administrateur du lycée pour le compte de la région Ile-de-France, je rappelle l’engagement fort de Valérie Pécresse pour une sécurisation des établissements. A Maurice Utrillo il s’est illustré par une amélioration du système de fermeture et d’interphonie évoqué en 2016 sur mon blog. La sécurité est aussi assurée par le système de vidéosurveillance des abords, visionné en direct par un agent et dont les bandes vidéo sont tenues à disposition des forces de police.

 Mais il faut être conscient que le problème vient en bonne partie de l’extérieur. A l’instar de la présidente de Région, j’en appelle au ministère de l’Intérieur et au rectorat pour qu’ils prennent leurs responsabilités. La Région a compétence sur le patrimoine bâti, pas en matière d’éducation, ni dans le domaine régalien.

 Enfin, je demande aux maires de Pierrefitte et de Stains de se saisir sérieusement de la question de la violence de nos jeunes, des trafics dans les quartiers et encore plus de la parentalité. Nos quartiers ne sont pas des territoires que l’on se départage, ils appartiennent à tous : c’est pour cette raison que la seule loi qui doit s’y appliquer est la Loi de la République. Il faut également encourager certains parents à prendre en main sur l’éducation de leurs enfants tant qu’il est encore temps et cela malgré les difficultés de la vie, les logements trop petits, les heures de boulot à rallonge, etc… Comme le disait un vieux RAP des années 90, « laisse pas trainer ton fils » !

 

L'Ile de France

Le calendrier du Grand Paris Express

Extrait de la lettre d’information du Sénateur Philippe Dallier

Le calendrier de certaines lignes reste inchangé, c’est-à-dire la ligne 16 entre le Bourget RER et Clichy – Montfermeil, l’extension de la ligne 14 Sud jusqu’à l’aéroport d’Orly, la ligne 17 de la gare Triangle de Gonesse jusqu’au Mesnil-Amelot et la ligne 18, de CEA Saint-Aubin à Versailles Chantiers.

Les modifications de calendrier pour les autres lignes se résument ainsi :

  • En 2024 :
    – la ligne 14 Nord et le tronçon commun des lignes 16 et 17 entre Saint-Denis Pleyel et Le Bourget RER (initialement prévus pour 2023).
    – la ligne 15 Sud de Pont de Sèvres à Noisy-Champs (initialement prévue pour 2022).
  • En 2027 :
    – la ligne 17 jusqu’à la gare Triangle de Gonesse (initialement prévue pour 2023)
    – la ligne 18 d’Orly jusqu’à la gare CEA Saint-Aubin (initialement prévue pour 2023-2024).
  • En 2030 :
    – la ligne 15 Ouest, de Pont de Sèvres à Saint-Denis Pleyel (initialement prévue pour 2025-2027)
    – la ligne 15 Est, de Saint-Denis Pleyel à Champigny Centre (initialement prévue pour 2025 pour le tronçon Saint-Denis à Rosny-Bois-Perrier)
    – la ligne 16, de Clichy – Montfermeil à Noisy – Champs (initialement prévue pour 2024).
L'Ile de France, Plaine Commune, Stains

Tribune du 7 jours à Stains : mars 2018

La lucidité

La médiathèque Louis Aragon a enfin ouvert ses portes. Je suis fier que cet emblème de notre Histoire locale qui se dégradait reprenne vie à travers un lieu dédié à la culture. La foule présente à cet évènement tranchait diamétralement avec le bide qu’a été l’assemblée citoyenne du Maire qui n’a pu compter que sur la section locale du PCF pour remplir l’Espace Paul Eluard. Je me félicite de la prise de conscience qui vous fait distinguer le vrai du faux. Les petits mensonges, ça ne prend plus et votre message a été très clair.

Vous avez été nombreux à réagir après que j’aie rendu public un document de travail budgétaire où il apparaissait que contrairement aux discours du Maire, les dotations de l’Etat, à Stains, étaient globalement en augmentation depuis 2016. Sachez qu’avec le mouvement Stains pour tous, je continue à défendre votre droit à connaître la vérité. J’ai demandé au Maire une série d’informations très précises sur la gestion financière de la Ville. Un mois après, je n’ai toujours pas de réponse, toujours aucune communication de documents pourtant censés être accessibles au public. AURAIS-JE TOUCHE UN POINT SENSIBLE ? QU’Y A-T-IL A GARDER SECRET DANS LES FINANCES DE LA VILLE ?

Continuons l’opération vérité. Vous ne voulez plus que l’on vous vende le rêve du métro à Stains : ce que vous voulez, c’est une densification du réseau existant, pouvoir vous rendre en centre-ville sans changer de bus, depuis n’importe quel quartier. Mais surtout, vous voulez la sécurité dans le RER D, la ligne 13, les bus… C’est ce que je défendrai pour vous, auprès de la Région. Nous demanderons aussi au Maire la mise en place d’une navette gratuite et que la Police municipale accompagne les séniors lorsqu’ils doivent faire un retrait d’argent.

Pour finir, je tiens à exprimer ma solidarité à l’égard de nos Anciens combattants qui se sentent bafoués par l’affiche de la cérémonie du 19 mars choisie par le Maire. Ils ne comprennent pas qu’un autre drapeau que celui de la France puisse y être représenté. La paix des mémoires, si nécessaire au renforcement de l’amitié franco-algérienne ne peut pas se faire dans ces conditions.

Contactez-nous sur les réseaux sociaux, www.julienmugerin.fr ou au 07 85 55 88 96.

Julien Mugerin

L'Ile de France, Stains

Logement : les élus STAINS POUR TOUS reçus à la Région

Julien Mugerin, Marie-Claude Goureau et Madi Boina Boina devant les locaux de la Vice-Présidence de la Région après la rencontre avec le cabinet de Geoffroy DIDIER

Les élus STAINS POUR TOUS ont été reçus hier soir dans le bureau de Geoffroy DIDIER, Vice-Président de la Région Ile de France en charge du Logement. Ils tiennent à le remercier de leur avoir accordé ce rendez-vous.

Cet échange a été l’occasion de redire l’engagement de Valérie Pécresse en faveur d’un logement pour tous où les gens vivent bien et dans un cadre agréable. Ces conditions passent par le rétablissement d’une véritable mixité sociale encouragée par le dispositif anti-ghetto. Son objectif, partagé par l’opposition municipale stanoise, est de combattre une logique qui a voulu concentrer sur certains quartiers la pauvreté, les difficultés sociales, d’insertion, et d’intégration.

L’opposition s’interroge d’ailleurs sur la contradiction d’élus de la gauche stanoise, à commencer par le Maire de Stains, qui a quitté ces quartiers « populaires » mais difficiles pour vivre dans des quartiers pavillonnaires plus confortables.

Contrairement au discours accablant du PCF, la Région a augmenté son budget construction de logements sociaux en avril dernier mais pour des logements de qualité. Au final, la Région gérée par la droite et le centre construira plus de logements sociaux que la gauche PS/PC/Verts, précédemment au pouvoir.

Il y va de même pour les Maires pointés du doigt par la gauche : l’écrasante majorité des villes en dessous des seuils fixés par la Loi SRU sont engagés avec l’Etat pour rattraper leur retard en matière de logements sociaux.

Julien Mugerin, chef de file de l’opposition à Stains, convaincu de la nécessité d’une accession à la propriété, est confiant dans la détermination affichée par Geoffroy DIDIER de proposer un prêt à taux zéro régional.

La Région dément ce qui a été affirmé lors des réunions du Maire concernant la dernière tranche de rénovation de la Cité jardin. Aucun financement de 200 000€ n’est en danger puisque tous ont été adoptés définitivement dès le début du programme de rénovation du quartier. Au contraire, tous les financements sont maintenus dans le cadre du 1 logement démoli = 1 logement reconstruit.

Enfin, les élus STAINS POUR TOUS invitent la Municipalité à la retenue lorsqu’elle affirme que 74% de la population est éligible au logement social : en effet si les personnes plus aisées n’encombraient pas les logements sociaux, il y aurait davantage de place pour les personnes en réelles difficultés. Référence à l’interminable liste de cadres et d’élus parisiens vivant dans des logements sociaux.