La Seine-Saint-Denis, Stains

Stains, ville sous perfusion porte plainte contre l’Etat

Il y a quelques jours, le Maire de STAINS entouré d’une poignée de maires de Seine-Saint-Denis annonçait dans une conférence de presse porter plainte contre l’Etat pour abandon. Mais Stains est-elle vraiment abandonnée ?

Le constat d’un recul de l’Etat dans notre beau département est désormais partagé par tous : même le Premier ministre reconnaissait cette inégalité devant les parlementaires qu’il recevait à déjeuner en septembre dernier. Justice, scolarité, sécurité, etc dans de domaines, alors que le besoin est plus fort chez nous qu’ailleurs l’investissement financier est moindre. Il faut désormais aller au-delà du constat et exiger des actes, c’est vrai.

Cette réalité est avérée à Stains comme dans toute la Seine-Saint-Denis. Mais Stains est loin d’être la plus à plaindre…

Il y a tout d’abord la rénovation urbaine : depuis 20 ans l’Etat a accru son intervention dans nos quartiers populaires, particulièrement sous Chirac et Sarkozy, avec 4 quartiers rénovés (Clos St Lazare, Moulin neuf, Maroc et Cité Jardin) et bientôt la Prêtresse. Cette rénovation urbaine a été rendue possible à coup de millions par l’Etat.

Il y a ensuite les nombreux projets et associations soutenus par l’Etat au titre de la politique de la ville.

D’autre part, comme vous pourrez le voir dans cet article du Parisien, Stains est l’une des villes les plus accompagnées du département : avec 635€ par habitant en 2018, nous sommes la 2e ville où la dotation globale de fonctionnement est la plus forte après Clichy sous bois. Cette dotation est une somme donnée par l’Etat à la mairie pour qu’elle puisse fonctionner. A cela s’ajoutent de nombreuses autres dotations, toutes calculées en fonction du nombre d’habitants mais surtout de la fragilité sociale des populations et des recettes de la ville.

Techniquement, la Municipalité a tout intérêt à ce que la ville soit pauvre économiquement et socialement, ce qui lui assure des rentrées d’argent importantes dans les caisses.

Cet intérêt est aussi sur le plan personnel : les indemnités des élus sont majorées dans les communes attributaires de la dotation de solidarité urbaine et de cohésion sociale.

Le but de cet article n’est pas de nier les manquements de l’Etat qui sont réels mais de rappeler qu’Azzedine Taibi se garde bien de dire dans ses conférences de presse qu’il est à la tête d’une ville sous perfusion de l’Etat.

Une fois encore toute la vérité n’est pas dite. Bien des problématiques rencontrées par les habitants peuvent être traitées à l’échelle locale. Pour Azzedine Taïbi c’est tellement facile de rejeter toute la faute sur quelqu’un d’autre, surtout quand il s’agit de l’Etat. Malgré une succession de mauvais choix bien choisis sur la mixité sociale, l’économie ou encore la sécurité cela lui donne l’air d’agir : voilà tout ce qui compte pour lui.

A la lecture de ces informations, vous pourrez juger en toute connaissance de cause.

Publicités
Stains

Tribune au 7 jours à Stains : janvier 2019

Nouvelle victoire pour l’opposition

Depuis que vous nous avez élus en 2014, nous ne cessons d’être à vos côtés et de travailler pour vous. STAINS POUR TOUS a vocation à défendre l’intérêt des Stanois, l’image de notre ville et la justice pour tous et en cela, à donner une voix à la majorité silencieuse.

Azzédine Taïbi, dans la peur que je lui « vole » la place,rejette toute proposition, sacrifiant l’avenir de notre ville sur l’autel de son intérêt politique. Mais le plus surprenant, c’est que ces idées sont récupérées mais dans une pâle copie. Il faut toujours préférer l’original à la copie

Quelques exemples :

 la vidéoprotection avec quelques caméras posées (il manque encore celles promises par le Maire rue Victor Renelle),

 la stabilisation des dépenses de personnel que nous exigions dès 2014 (et non « baisse », contrairement aux mensonges que l’on peut entendre),

 la subvention de 157 000€ à l’ESS que nous trouvions trop faible (voir tribune de mai 2018) : une subvention complémentaire de 20 000€ a été votée au dernier conseil,

– le permis de louer que j’avais personnellement proposé en conseil municipal en septembre 2017, rejeté et critiqué par la majorité vient d’être voté,

Chaque fois, c’est 1 à 5 ans de retard !

Les faits sont là : ces décisions ont indiscutablement été inspirées par l’opposition, qu’ils essayent cependant de démolir par tous les moyens.

Mais parfois, nous devons aller plus loin, devant la Justice. Sur ma requête, le Tribunal administratif vient d’annuler la délibération faisant de Fadwa Barghouti citoyenne d’honneur de Stains. Une nouvelle victoire pour l’opposition !

Nous sommes 8 élus face à la majorité mais jamais nous ne flanchons pour rappeler au Maire où se trouve votre intérêt, jamais nous n’arrêtons de travailler nos dossiers pour la bonne utilisation de votre argent et nous continuerons à être à vos côtés avec des réunions dans chaque quartier.

Les élections municipales, c’est l’année prochaine : ce sera à vous de préférer STAINS POUR TOUS qui est mollement copié par une gauche extrême qui défend sa place et ses marottes.

Avec les élus de mon groupe, je vous souhaite une bonne année 2019 ainsi qu’à ceux qui vous sont chers.

Contactez-nous sur les réseaux sociaux, www.julienmugerin.fr ou au 07 85 55 88 96.

Julien Mugerin

Stains

Fadwa Barghouti ne sera pas citoyenne d’honneur de Stains

Nouvelle victoire pour l’opposition :  le vœux voté en Conseil municipal faisant de Fadwa Barghouti est annulé par le Tribunal administratif.

Une nouvelle fois, j’ai du présenter à la Justice cette décision totalement illégale. En effet, le Maire ne doit prendre des décisions ne concernant que l’intérêt de la commune dans laquelle il a été élu.

Une fois encore, il ne s’agit pas ici de dénoncer l’engagement politique en faveur de la Palestine qui est un droit absolu et que beaucoup de gens partagent. Mais la morale de l’histoire c’est que le combat d’Azzedine Taïbi lui-même ne doit pas être celui du Maire de Stains. Cet engagement est personnel et il ne peut pas y engager tous les Stanois.

Le Maire fait preuve d’un entêtement qui revient cher aux habitants : un énième procès pour le faire abandonner, ce sont autant de frais d’avocat payés par la commune.

Lisez ci-dessous le jugement du Tribunal administratif :

Jugement Fadwa Barghouti

Stains

Bonne année 2019, prêts pour 2020!

Avec les élus du groupe Stains Pour Tous, je vous présente à chacun de vous mes meilleurs vœux pour l’année 2019 ainsi qu’à ceux qui vous sont chers.

1 an avant les élections municipales je veux vous assurer de ma détermination à faire basculer notre ville.

Stains mérite une politique plus juste, qui construise un avenir pour chacun et travaille à un cadre de vie amélioré. Je veux une ville où le droit humain et le droit commun ne s’opposent pas mais s’appliquent de concert. Voilà ce que je souhaite pour 2019 à notre ville et que nous amplifierons en 2020.

Très bonne année à tous.

Julien Mugerin

Stains

Tribune au 7 jours à Stains : décembre 2018

Calme et responsabilité

A l’heure où j’écris ces lignes, la révolte des gilets jaunes n’est pas retombée. Ils manifestent une colère liée à leur pouvoir d’achat, provoquée par l’arrogance d’Emmanuel Macron dont l’erreur a été de faire de l’écologie une punition. La lutte contre le réchauffement est un impératif rendu indiscutable par des catastrophes naturelles renforcées. Il faut accompagner le peuple, encourager sa prise de conscience et agir.

Les gilets jaunes, eux, doivent trouver une autre façon d’exprimer leur colère car, chaque samedi, ils convoquent inconsciemment les casseurs.

Cette crise a généré des violences intolérables, allant jusqu’à la souillure de l’Arc de Triomphe. Dans les lycées et notamment dans notre ville, à Maurice Utrillo, des incidents ont éclaté. Je tiens à remercier les élus de tous bords, les citoyens, les associations, le délégué du Préfet mais également les enseignants et les cadres du lycée : nous étions nombreux devant l’établissement pour apaiser les jeunes. Cet élan de solidarité, nos gestes d’amour et nos paroles de raison ont aidé à réduire débordements et interventions de la police. Je félicite les forces de l’ordre pour leur sang-froid car dans ces situations, difficile de trouver le juste milieu.

Mon appel à la présence d’adultes devant le lycée, lancé sur les réseaux sociaux, n’a pas convaincu tous les Stanois : certains devaient être pris par des obligations professionnelles et familiales, mais d’autres m’ont avoué être convaincus, sans se tromper totalement, que certains professeurs très politisés s’étaient rendus responsables de ce vent de rébellion à cause des différentes frondes qu’ils ont menées depuis plusieurs mois sous les yeux des élèves et des manipulations dont ils ne se privent pas.

Quant aux casseurs dont beaucoup ne sont pas des lycéens, ils resteront impunis des dégradations qu’ils ont causées puisque la Ville n’a toujours pas posé les caméras nécessaires rue Jean Durand, contrairement à la Région qui a renforcé la protection du lycée.

Chers Stanois, que cette actualité ne vous empêche pas de passer de bonnes fêtes de fin d’année, entourés des gens que vous aimez. Je vous souhaite à tous, un joyeux Noël.

Julien MUGERIN

Stains

Tribune au 7 jours à Stains : novembre 2018

La mairie tombe en ruine : dommage pour les Stanois ayant subi les inondations

Le Maire refusait de me communiquer des documents malgré l’obligation par la Loi. La Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA) m’a donné raison et j’ai pu accéder aux infos qu’il voulait cacher. Pour moi, c’est une victoire mais pour mieux vous défendre.

Autre silence cultivé par le Maire : l’arrêté de catastrophe naturelle suite aux inondations de mai et juin a été publié en août. Ce document qui est la reconnaissance par l’Etat des graves dommages, facilite la prise en charge des dégâts par les assurances. Des maisons avaient été touchées à Stains et le Maire s’était précipité sur place, promettant de faire la demande au Préfet. Un déplacement et des paroles.

Dans l’arrêté paru au Journal officiel, Saint-Denis et Sarcelles bénéficient d’une reconnaissance de catastrophe naturelle MAIS POUR STAINS, RIEN. Alors que Sarcelles est située en hauteur et Saint-Denis en contrebas, alors que l’origine du nom Stains vient des « eaux stagnantes », comment comprendre cette décision ? Comment expliquer le silence du 7 Jours à Stains qui ne reparle plus de cette promesse du Maire ?

Le dossier de catastrophe naturelle est lourd à monter. Vu comme la mairie tombe en ruine, au propre comme au figuré, est-ce la raison ? Les habitants qui ont subi les inondations payent-ils la désorganisation municipale ?

Vous avez tous vu devant la mairie ces barrières qui protègent les piétons des chutes de pierres. Depuis 2014, je demande une restauration et une extension du bâtiment pour redonner de la fierté aux Stanois et de bonnes conditions de travail aux agents. Le Maire préfère installer les services municipaux au collège Thorez désaffecté, rejetant notre proposition de création d’une pépinière d’entreprises. J’y souhaite également une nouvelle crèche pour répondre au manque que vous connaissez et confirmé par Le Parisien et le Schéma départemental de la petite enfance et de la parentalité.

Prochaines réunions de quartier au Clos St Lazare :

  • Vendredi 23 novembre à 19h30 pour la partie Nord,
  • Vendredi 30 novembre à 19h30 pour la partie Sud.

Le lieu sera indiqué par affichage.

Contact STAINS POUR TOUS : sur les réseaux sociaux, au 07 85 55 88 96 et sur www.julienmugerin.fr.

Julien MUGERIN