Mon allocution à la cérémonie du 18 juin

Mesdames et Messieurs les élus,

Messieurs les porte-drapeaux,

Mesdames et Messieurs,

Chers compagnons,

 

Permettez-moi d’utiliser le terme compagnon, un terme utilisé entre gaullistes même si je n’en suis pas un, mais je crois qu’en ce jour spécial, nous devons tous être un peu gaullistes si vous le permettez.

Je tiens à vous remercier toutes et tous pour avoir rejoint les élus de groupe Stains pour tous pour cette cérémonie organisée dans des conditions particulières puisqu’une fois de plus, le Maire de Stains n’a pas voulu l’organiser.

Je tiens à remercier tout particulièrement les membres de l’association des jeunes porte-drapeaux d’Ile de France et leur président et co-fondateur Monsieur Philippe Wolf de s’être rendus disponibles pour nous apporter leur soutien et donner à notre cérémonie ces belles couleurs de bleu blanc et rouge aux côtés du président de l’amicale des anciens de la marine de Stains.

Je veux te remercier également cher Yassine pour ce beau texte que tu nous as lu et qui nous a émus. Je me souviens lorsque nous nous sommes rencontrés le 8 mai dernier et que tu m’as fait part de ta volonté d’intervenir lors d’une cérémonie patriotique : c’est chose faite maintenant et je pense pouvoir dire au nom de tous ceux qui t’ont entendu que tu nous as rendu fier de notre jeunesse stanoise. Merci à toi et continue sur cette lancée.

Je remercie également toutes les personnes qui ont contribué à l’organisation de cette cérémonie, Luc, notre maître de cérémonie, Sébastien pour le son, Evelyne et bien sûr Marie-Claude pour leur appui technique (et moral ?).

Le 18 juin 1940, depuis Londres où il cherche à rassembler tous ceux qui sont prêts à combattre pour la France, le Général de Gaulle prononce sur les ondes de la BBC un discours fondateur pour la Résistance. Alors que la France a capitulé face à Hitler, pour de Gaulle le combat n’est pas terminé et doit se poursuivre bien au-delà des limites de l’hexagone.

En septembre 1939, l’invasion de la Pologne par les nazis avait suscité l’entrée en guerre de la France et la Grande-Bretagne. Peu après 8 millions de civils se trouvaient sur les routes en exil.

Le 14 juin 1940, les bottes des soldats allemands battaient le pavé parisien. Le Gouvernement de la France se déplace à Bordeaux. Le Général de Gaulle en fait partie.

Le 16 juin, il est envoyé en mission officielle à Londres pour convaincre Churchill de poursuivre le combat.

En France, Pétain veut un armistice et réussit à l’obtenir à la faveur des nazis. A Londres, de Gaulle lance un appel à la Résistance qui poussera quelques milliers d’hommes à le rejoindre. D’autres à prendre les armes contre l’envahisseur, d’autres à jouer des rôles plus ou moins déterminants mais tous importants pour faire libérer la France. Beaucoup périront. On compte parmi eux de nombreux Stanois. Certains seront fusillés sur le champ, d’autres seront déportés et d’autres encore fusillés au Mont-Valérien. J’en profite pour vous annoncer que nous aurons l’occasion de leur rendre un bel hommage en nous rendant tous ensemble au Mont-Valérien le 1er juillet prochain à l’occasion d’une sortie patriotique qu’est en train de nous préparer Marie-Claude.

C’est à la suite d’une longue série d’appels lancés par les ondes de la BBC qu’une armée se monte. Cette armée ira sur les plages du débarquement le 6 juin 1944 et libèrera la France aux côtés des forces alliées. C’est cet appel qui placera la France non pas parmi les pays occupés mais au rang des vainqueurs aux côtés des Etats-Unis, de la Grande Bretagne et de l’URSS. Au lendemain de la guerre, ce discours fondateur a fait de la France un pays libre et un grand pays.

Je vous l’ai annoncé, j’ai voulu que cette cérémonie soit dédiée à la jeunesse stanoise car je crois en l’actualité de cet appel et des idées qu’il véhicule.

En ce 18 juin 2018, le Général de Gaulle reste un symbole à suivre pour une génération qui se demande, peut-être un peu plus que les précédentes, quelle est sa place, quel est son avenir, en quoi elle doit croire. J’ai envie que ce personnage historique soit un exemple à suivre pour la jeunesse de notre pays et plus particulièrement pour la jeunesse stanoise. Le Général de Gaulle n’est pas un portrait poussiéreux qui n’a de sens que pour les anciens combattants. S’ils ont cru en lui, c’est qu’il réunit par sa personne et par l’appel historique du 18 juin tout ce qui peut conduire une génération à la réussite.

Le Général de Gaulle c’est l’abnégation, la droiture, et l’idéalisme. Le Général de Gaulle c’est aussi le pragmatisme des 30 glorieuses, qui a remis en route l’économie française avec des projets structurants. Mais le Général, c’est aussi la solidarité et je sais que notre jeunesse y est attachée : c’est le gouvernement de la Libération qu’il dirige qui met en place la sécurité sociale, les allocations familiales ou encore le droit de vote des femmes.

Mais ce 18 juin 1940, l’appel qui fut lancé depuis Londres ne fut pas seulement un appel à Résister à l’envahisseur nazi. Ceux qui réduisent cet acte à un simple épisode historique se trompent. C’est pour cette raison que nous le commémorons aujourd’hui. C’est pour cette raison que c’est le maire de Stains qui aurait dû se tenir ici à ma place. L’appel du 18 juin, c’est le 1er appel de l’Histoire à défendre la France pour qu’elle reste la France, dans son histoire, dans sa langue, dans ses valeurs, dans sa liberté. C’est en cela que ce combat est tellement actuel même si le contexte, bien évidemment, est très différent.

Mais qui peut dire qu’aujourd’hui défendre la France pour ses valeurs et sa liberté n’est plus une nécessité? Qui peut dire que face au terrorisme, à l’intégrisme religieux, défendre la France pour ses valeurs et sa liberté n’est plus LA solution ? Qui peut dire que face à un monde qui change, dans une Europe qui est en panne, défendre la France pour ses valeurs et sa liberté n’est pas un refuge?

Je veux dire aux plus jeunes que ceux qui ont défendu la France, l’ont fait pour laisser en héritage ces valeurs et cette liberté qui leur appartiennent aujourd’hui. Et quelles que soient leurs origines, qui qu’ils soient, en tant que Français, cette histoire de France est la leur, cette langue est la leur, ces valeurs sont les leurs, et cette liberté aussi. Qui qu’ils soient, d’où qu’ils viennent, ils sont la France et personne ne leur enlèvera.

Le Général de Gaulle le démontrera par sa politique dans les années qui suivront : il respecte chacun dans ce qu’il est et d’où qu’il vienne. Cela ne l’a pas empêché d’être exigeant pour la France.

Car hériter ce n’est pas tout bénéfice. C’est une responsabilité : il faut défendre cet héritage pour que les générations futures en bénéficient. Il faut non seulement le respecter, l’intégrer mais aussi le faire fructifier. La France est un grand pays pour tous ceux et toutes celles qui s’y trouvent et qui y ont un destin. Et c’est là que se trouve la clé de cet acte d’amour pour la France que fut l’appel du 18 juin.

Mes chers compagnons, je vous propose donc de continuer à rendre hommage au général de gaulle en l’érigeant à la place qui est la sienne pour notre jeunesse.

Vive la République

Vive la France.

Je vous remercie.

Publicités

A propos julienmugerin

Chef de l'opposition municipale à Stains, je me bats avec mon équipe pour une ville belle, sûre et à vivre.
Cet article, publié dans Stains, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s