Saint-Denis

Lettre ouverte au Maire de Saint-Denis sur les risques de démantèlement de campements illégaux de roms par la population à Saint-Denis

Manifestation de riverains contre l’installation d’un campement par la Mairie de St Denis le 12 mars 2012
Depuis plusieurs années nous n’avons de cesse d’interpeller le Maire quant à la situation des campements de roms installés illégalement sur le territoire communal.
 
Non content de rester inactif face aux occupations de territoire, celui-ci les encourage, allant jusqu’à établir lui-même des camps dits « légaux ».
 
Les évènements qui ont amené les habitants d’un quartier de Marseille à procéder eux-mêmes à l’évacuation d’un camp rom illégal doivent toutefois ouvrir les yeux à la Municipalité qui demeure sourde à nos avertissements.
 
C’est la raison pour laquelle j’ai décidé d’écrire une lettre ouverte au Maire concernant cette affaire dont vous trouverez le texte précis ci-dessous :
 
 

Monsieur le Maire,

Je souhaite attirer votre attention sur l’affaire des riverains marseillais qui, excédés, ont procédé par eux-mêmes à l’évacuation d’un campement rom aux abords de leur cité.

Cet évènement qui a eu lieu à l’autre bout de la France doit cependant vous faire vous interroger sur votre politique complaisante à l’égard des populations qui occupent illégalement des terrains sur notre ville. C’était à craindre et malheureusement c’est arrivé.

En effet, les conditions de mécontentement qui ont mené ces habitants marseillais à de tels agissements sont également réunies à Saint-Denis : aujourd’hui nombre de nos concitoyens n’en peuvent plus de voir des campements sauvages pulluler sans aucun respect de nos lois relatives à l’occupation du domaine public, et parfois même privé.

Lorsque votre Municipalité installe elle-même des campements, dans des conditions dignes d’une autre époque, après tant d’efforts entrepris par l’Etat, par des associations, mais aussi par vos prédécesseurs pour éradiquer les bidonvilles de Saint-Denis, le rejet de la population devient franc et massif. Mais vous refusez de l’entendre.

Ce que vous n’entendez pas, Monsieur le Maire, c’est cette majorité silencieuse dans notre ville qui n’attend qu’une chose : le départ des populations Roms.

A titre personnel, humaniste et responsable, je partage un idéal d’intégration des Roms, en nombre maitrisé dans notre pays. Européen engagé, j’estime aussi que la Roumanie et la Bulgarie, pays d’origine de ces populations doit assumer ses responsabilités et traiter leurs ressortissants de manière plus digne.

Mais nous devons également entendre la colère montante de la majorité silencieuse, qui, comme à Marseille, risque à tort un jour de prendre le taureau par les cornes et remplacer l’ordre républicain auquel vous concourez par votre pouvoir de police mais aussi par votre responsabilité politique.

Il est d’ailleurs à craindre que cela ne se passe pas aussi bien qu’à Marseille où fort heureusement la police encadrait l’évacuation citoyenne du campement en prévision de tout débordement.

Il est inconcevable que des personnes perdent la vie dans des affrontements qui restent plausibles : comme vous devez le savoir, des bagarres et agressions, heureusement sans conséquences graves, ont déjà eue lieu dans notre ville.

Je ne souhaite pas aborder ici les questions liées à l’irrégularité de la présence sur le territoire français de ces personnes, ni même aux récentes affaires de trafic autour d’enfants qui ont une fois encore mis notre ville au centre de l’actualité médiatique. Néanmoins ces 2 questions contribuent au fait que ces populations dérangent.

Si la haine inacceptable, inquiétante mais compréhensible, de la majorité silencieuse de nos concitoyens envers les populations Roms venait à prendre un caractère violent voire dramatique, vous en seriez, Monsieur le Maire, responsable politiquement et humainement !

C’est la raison pour laquelle, nous vous exhortons :

–          A stopper et à revenir sur votre politique d’installation de bidonvilles modernes sur notre commune

–          A interpeller les autorités nationales (Préfet, Ministre de l’Intérieur, etc…) afin qu’elles interviennent plus rapidement afin de démanteler les campements sauvages

–          A soutenir une politique qui vise à ce que les autorités roumaines et bulgares assument leurs ressortissants.

Espérant avoir mis en lumière la réalité du terrain qui vous semblait inconnue, j’attends de votre part, Monsieur le Maire, une réponse à ma demande mais surtout de l’action.

Respectueusement.

Julien MUGERIN

2 réflexions au sujet de “Lettre ouverte au Maire de Saint-Denis sur les risques de démantèlement de campements illégaux de roms par la population à Saint-Denis”

  1. kamel hamza ,votre ami ump de la courneuve fricote avec le qatar…et vous ? L’actualité récente indique montre sue les antillais peuvent passer du côté obscur de l’islam…

    J'aime

    1. Bonjour,

      mon ami Kamel Hamza entretient des relations étroites avec le Qatar, mais aussi la Grande Bretagne et les Etats-unis. Mais où est le problème?
      Pour ce qui est des récents évènements, je trouve en effet cela inquiétant et triste…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s