Stains

Fresque à Stains : pour une 3e voie

Une fois encore, le Maire de Stains a mis les pieds dans le plat en prenant une position des plus radicales. Avec la fresque contre « le racisme et les violences policières » il n’a fait avancer aucune cause. Il a juste réussi à diviser encore un peu plus cette ville qui a tant besoin d’équilibre, d’union et de sagesse.

Lorsque l’on est radical on ne peut qu’entraîner une réaction radicale. Ce que je vois, c’est qu’elle n’éveille pas mais elle ferme le dialogue, elle pousse dans les retranchements, elle nourrit une réaction.

A-t-il réussi à ouvrir les yeux de policiers qui côtoient des ripoux et des racistes. Non il a éveillé une réaction de groupe naturelle. A-t-il réussi à faire entendre aux jeunes de couleurs que la meilleure solution dans un contrôle de police qui tourne mal est d’être exemplaire et de se défendre par la loi. Non, il renforce un sentiment d’exclusion et de stigmatisation. Cette fresque est-elle une simple prise de position facile, ou cherche-t-on le moyen de se prémunir des violences en généralisant par exemple la vidéoprotection, outil contre la délinquance mais aussi preuve accablante en cas d’abus ?? Ou tant d’autres solutions…

Son but n’est pas de faire avancer l’ensemble de la société mais de conforter ses ouailles, ceux qui pensent comme lui. Comme à son habitude, Azzedine Taibi a voulu imposer son point de vue à toute la population au risque de diviser. Non, ce n’est pas ce qu’on attend d’un Maire. Au contraire c’est de ménager la chèvre et le chou, faire s’asseoir à la même table ceux qui pensent différemment justement pour la paix. C’est cela être responsable. C’est cela renforcer les liens et ne pas dresser les uns contre les autres. J’aime beaucoup entendre les anciens dire « avant on était des blancs, des noirs et des beurs, on s’en foutait » : je rêve du retour à cette insouciance et ce vivre ensemble naturel, évident… Voilà mon combat et j’ai honte de cette fresque et l’image de Stains qu’elle renvoie.

Vous ne m’entendrez pas évoquer le passé délinquant des noirs qui sont morts. Ils méritent respect et dignité. Dans le cas de Georges Floyd, les images sont évidentes, des policiers ont mal fait leur boulot. Et heureusement qu’il y avait ces images pour le prouver. Personne ne peut mériter cela.

De manière générale, les policiers font bien leur travail. Ce sont nos héros lorsque tout va mal. Ils font un métier difficile, celui « d’attraper les méchants et de les mettre en prison » comme disent les enfants. Ils ne sont pas sûrs de rentrer chez eux en un seul morceau. Ils méritent notre soutien. Mais ils peuvent faire des erreurs.

Je défends donc une 3e voie, celle de l’échange entre ceux qui croient en la police et ceux qui la défient. Celle de la confiance en la police pour qu’en son sein elle continue à trier les bons des mauvais flics. Celle de l’éducation aussi, comme les noirs le font aux États-unis, en disant que l’outrage, la fuite, se débattre, pousse même le bon flic à faire usage de la force parce que c’est son métier. Enfin, celle de la vidéo protection généralisée, pour tous nous protéger.

Cette 3e voie, c’est celle qui est sourde aux appels des 2 extrêmes, consciente mais qui veut la paix. Si vous y voyez une inspiration du docteur Martin Luther King, c’est que vous y êtes…

Stains

Tribune au Stains actu : février 2020

Stains mérite mieux

Nous étions plusieurs centaines ce dimanche 16 février à défiler pour l’arrêt de la violence dans notre ville. Suite aux décès successifs de jeunes dans nos quartiers, nous avons répondu présents à l’appel de mamans. Il y avait des mamans du Clos St Lazare mais pas seulement : des citoyens, des habitants de tous les quartiers, des fils, des filles, unis pour dire stop à ces événements qui marquent une ville toute entière et qui ternissent sa réputation.

Cette manifestation était belle, nous étions fiers et unis. Mais espérons que ce sera la dernière. Parce que Stains, nous l’aimons avec tous ses habitants et sans violence. Nous l’aimons avec un avenir pour nos jeunes et la tranquillité pour les moins jeunes.

Ce vœu d’une ville sans violence, je veux le faire également pour cette campagne électorale : en tant qu’élus et/ou futurs élus, nous devons être exemplaires. Trop souvent il y a eu des dérapages : on a transformé des vérités, on a lancé des rumeurs, on a mis des coups, sali la ville par un affichage sauvage. Tout cela n’a fait qu’abaisser le niveau du débat.

Lors de cette marche, tous les candidats aux municipales étaient présents scandant aux côtés des habitants un douloureux « stop à la violence » : cela doit commencer par cette campagne !

Les Stanois méritent mieux. Les victimes de ces violences et leurs familles méritent plus de paix et de dignité. Les plus jeunes regardent. Nous ne sommes ni dans une cour de récréation, ni dans un octogone.

Vive le débat d’idées ! Vive la confrontation des bilans ! Vive le respect ! Vive la démocratie !

Julien Mugerin